Étiquette : Georges Clemenceau

23 novembre 2018

Quand la France perd à gagner

Il y a cent ans s’achevait la première phase de la « Guerre civile européenne » du XXe siècle. Euphoriques après tant d’années de souffrances, d’efforts et de sacrifices, les survivants ignoraient que la tragédie recommencerait plus d’une vingtaine d’années après en raison des calamiteux traités de paix de 1919 – 1920 voulus par trois incontestables ordures : Georges Clemenceau, Thomas Woodrow Wilson et Lloyd George.

Partager :
16 juin 2018

Clemenceau le Tigre (04)

Dès janvier 1917, Charles Ier d’Autriche avait entamé des pourparlers de paix secrets avec Poincaré, qui se montre enthousiaste et prêt à faire des concessions (colonies et avantages commerciaux) à l’Allemagne. Clemenceau, jusqu’au-boutiste, souhaite la guerre à outrance et la destruction des ennemis de la France. Il refuse cette paix séparée, prétextant que c’est un piège tendu par l’Allemagne, qui dans son esprit manipule le jeune […]

Partager :
15 juin 2018

Clemenceau le Tigre (03)

  Profondément républicain mais impatient, Clemenceau est pressé que la République devienne réellement… une République. Il déclare et déplore plusieurs fois dans les années 1870 : « Le régime actuel consiste en une République nominale entourée d’institutions monarchiques ». Ces amis, qui considèrent pareillement que les choses avancent trop lentement, disent même : « Que la République était belle sous l’Empire ! ».

Partager :
14 juin 2018

Clemenceau le Tigre (02)

Clemenceau était littéralement un enfant de 1789 et surtout un héritier de 1793. Au cours de sa longue carrière, Clemenceau eut des amitiés particulières dont certaines peuvent surprendre : « On peut s’étonner de cette amitié et de cette admiration, car Blanqui illustra l’échec permanent de la politique insurrectionnelle, opposée à la République démocratique du suffrage universel. »

Partager :
19 avril 2018

Lettre au Président Macron !

  Monsieur le Président, J’étais un peu inquiet durant votre brillante prestation du dimanche 15 avril, car je me demandais si les fusées de Poutine n’allaient pas abréger votre débat, en représailles des frappes que vous aviez ordonnées, et que je juge provocatrices.

Partager :
5 avril 2018

L’Europe, c’est l’Algérie des années 50 !

La montée de l’islamisme à travers l’Europe ne laisse pas inertes les services de police des différents États qui la décomposent. Contrairement à ce que peuvent penser certains de nos concitoyens, ils sont parfaitement informés de ce qui se trame un peu partout. Les fiches alimentées par des services d’information efficaces s’accumulent sans qu’elles puissent réellement être exploitées du fait des contraintes imposées, par le […]

Partager :
16 février 2018

L’exploitation de la culpabilité des Européens

  Les associations antiracistes ont trouvé le filon : l’exploitation de la culpabilité des Européens et des Français en particulier. Nous subissons depuis des décennies une violence imméritée du fait d’une faute grave commise par des commerçants négriers, il y a 400 ans.

Partager :
6 juin 2017

La reprise des relations franco-russes

Il y a de fortes chances pour que la fausse droite, et peut-être même quelques imbéciles de la vraie, se laissent abuser par le fait que le Président Macron a inauguré avec la Russie, une politique contraire à celle de son triste prédécesseur. Et ce n’est pas rien qu’il ait choisi Versailles pour le recevoir !

Partager :
16 octobre 2016

Aboulique ! Aboulique vous-même !

À un extraterrestre qui se désespérait de l’aboulie de la classe politique, un parlementaire européen répondit qu’il ne voyait pas en quoi le cumul des mandats pouvait être associé à un appétit du pouvoir dès lors que, dans leur immense majorité, les citoyens refusaient de briguer le moindre mandat électoral, fût-il seulement associatif ou syndical. Réponse hors sujet, sauf que…

Partager :
6 octobre 2016

La démission forcée du Président Deschanel

Les chroniqueurs nous l’apprennent, qui ne peuvent ni se tromper ni nous tromper : deux sommités médicales ont secouru Dame Démocratie en forçant un dangereux dément à démissionner de sa sinécure élyséenne. Les plus savants évoquent les conséquences cérébrales de la syphilis comme cause de la démence présidentielle. Tout cela est fort connu… et tout cela est faux !

Partager :