Étiquette : Françafrique

28 juillet 2020

Stopper le rouleau compresseur mondialiste

Grève civique aux municipales. Vague verdâtre, PS qui se maintient, LR qui pavoise et le RN qui gagne Perpignan. LREM en queue de peloton, mais n’oubliez pas que ce parti est composé de gens de gauche, de droite, du centre et des écolos. Le fondu politique vaseux par excellence. Rien de neuf sous le soleil républicain. L’uniformité est bien présente et risque de perdurer longtemps. […]

Partager :
26 janvier 2019

Ce que l’affaire Benalla ne révélera pas

Parfois, l’intuition philosophique peut faire valoir ses droits par rapport aux déductions journalistiques. Ceux qui sont censés relater les faits semblent abdiquer devant le cas Benalla. L’ex-« chargé de mission » (dixit l’Élysée) natif d’Évreux (en 1991) et d’origine marocaine a eu une enfance chahutée. Son père qualifié de violent aurait tenté de l’enlever, à trois reprises, pour le ramener à sa mère patrie. À l’évidence, Alexandre […]

Partager :
17 juillet 2018

Vive l’Union Française !

Alors que d’un coup de balai magique et de pelle miraculeuse, le général de Gaulle jetait dans les poubelles de l’histoire la dépouille de cet empire colonial français, honte de la Terre entière, pour lui substituer une aussi prometteuse que généreuse « Communauté », des humanistes et autres esprits de progrès se réjouissaient plus spécifiquement de la disparition de cet esclavagisme sournois qui jusque-là caractérisait le sport […]

Partager :
19 mars 2018

Des authentiques méfaits de la colonisation

En ces temps troublés où la repentance est érigée au rang de vertu par les uns, de thérapie par les autres, il est bon d’en rechercher les origines. Ce que l’on appela longtemps l’Afrique noire française constitue le champ d’investigation le mieux adapté à cette analyse.

Partager :
14 décembre 2016

Président, remettez-nous ça

Les sautes du vent de l’histoire ont souvent des effets inattendus. Celui, par exemple, qui permet au septuagénaire de se replonger dans quelque atlas de sa scolarité pour y retrouver les taches roses des colonies de naguère et se remémorer leurs appellations d’alors…

Partager :