26 janvier 2019

Ce que l’affaire Benalla ne révélera pas

Par Henri Feng

Parfois, l’intuition philosophique peut faire valoir ses droits par rapport aux déductions journalistiques. Ceux qui sont censés relater les faits semblent abdiquer devant le cas Benalla. L’ex-« chargé de mission » (dixit l’Élysée) natif d’Évreux (en 1991) et d’origine marocaine a eu une enfance chahutée. Son père qualifié de violent aurait tenté de l’enlever, à trois reprises, pour le ramener à sa mère patrie. À l’évidence, Alexandre « Marouane » est un dur à cuire et ne s’est pas privé pour en faire montre lors de sa deuxième audition par la commission des lois du Sénat (cliquez ici).

Le président de la commission des Lois du Sénat, Philippe Bas, va auditionner Alexandre Benalla…

Le président de la commission des Lois du Sénat, Philippe Bas, va auditionner Alexandre Benalla…

Ainsi, le Rastignac attitré de la Macronie a parfaitement exécuté les plans de ses avocats (Pierre Haïk et Jacqueline Laffont forment un couple proche de la Sarkozie, comme le mentionne l’article de Benoist Fechner et de Laurent Léger dans un article de L’Express publié le 27 septembre dernier). Ces derniers l’ont protégé des pièges possiblement tendus par cette commission présidée par Philippe Bas, ancien secrétaire général de l’Élysée sous Jacques Chirac.

En vrai professionnel du poker menteur, l’ex-« épaule du Président Macron » n’a pas plié et est même parvenue à tordre le bras à un Bas de plus en plus agacé. En se réfugiant derrière le statut de « témoin assisté » obtenu après sa sortie de garde à vue (le 18 janvier), il était en position de refuser sans vergogne de répondre aux sénateurs.

De fait, l’ancien chauffeur incontrôlable de Bercy (sous la direction d’Arnaud Montebourg) a clairement humilié « des petites personnes qui n’ont aucun droit » (selon ses dires du 11 septembre), et à travers eux, l’ensemble de la République française. Assurément, la Sarkozie veille au grain pour la Macronie.

En philosophie, la vérité se situe au-delà de ce qui se joue et de ce qui se voit. D’abord, Bas n’a plus que faire du personnage Benalla ainsi que de ses facéties qu’on ne compte plus depuis le 1er mai 2018 ; les dossiers de presse sur le sujet étant développés à foison depuis cette date par plusieurs sites d’information (comme Mediapart par exemple). Bas veut surtout sauver le Sénat que Macron projette de supprimer à moyen terme. Le président de la chambre haute, Gérard Larcher, joue également sa peau dans cette affaire. Bas n’a de cesse de déclarer aux médias combien sa commission d’enquête a du sens au niveau institutionnel.

Par ailleurs, les politiques et les journalistes font preuve d’une hypocrisie crasse dans cette affaire : Benalla fait ce qu’il a à faire sans que cela doive relever du « Secret-défense ». Le reconnaître serait simplement discréditer l’État français dans ses pratiques les plus sombres depuis Jacques Foccart, le Monsieur « Françafrique » du Général de Gaulle. Le mythe de la transparence prend ainsi un sacré coup à l’ère des images à outrance. Comment ne pas comprendre que tout État démocratique se plaît à employer des hybrides, voire des agents doubles ? Ni flic ni voyou, mais gardien du Temple.

Il ne faudrait pas oublier ce que Saïd Bouteflika, frère et conseiller spécial du Président algérien, avait dénoncé en février 2016 ; à savoir : la « marocanisation de la vie politique française ». À coups de « Go fast » (livraisons massives de haschich par voie routière à une vitesse vertigineuse) et d’achats du silence des journalistes (selon l’article de Marie Verdier publié dans La Croix du 28 août 2015), le Maroc sait protéger ses intérêts auprès des élites françaises. Dans tout ça, qui est le calife à la place du calife ? Mohamed VI ou Emmanuel 1er ?…

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99