Étiquette : Carl Schmitt

10 avril 2020

Pour le retour du politique

Il y a un aspect du problème que pose le coronomachin et qui n’est pas du tout exploré par nos médias, c’est bien celui du politique et son l’absence dans le concert viralo-pandémique. Mais, allez-vous me rétorquer, il n’y a que ça, les Macron, Philippe et consorts ne font que défiler à la téloche ! On notera à ce sujet l’étourdissant mutisme de l’opposition de […]

Partager :
31 décembre 2018

Le « Carl Schmitt » de Robert Steuckers

Sur et autour de Carl Schmitt (Éd. du Lore, cliquez ici)s’offre à lire comme un essai très personnel sur la pensée du juriste de Plettenberg. Son auteur, Robert Steuckers nous a habitués, notamment avec sa Révolution conservatrice et, dernièrement, avec son Europa[1], aux longues digressions discursives sur des thèmes qui lui tiennent à cœur. Dont acte.

Partager :
28 novembre 2018

Robert Steuckers à propos de la Révolution conservatrice allemande

La parution récente, aux éditions du Lore du second volume de l’ouvrage intitulé, La Révolution conservatrice allemande[1] de Robert Steuckers, nous donne l’occasion – plutôt rare, s’agissant d’un sujet n’ayant que très peu les faveurs de l’Université française comme celles du « public cultivé » – d’évoquer brièvement cette célèbre nébuleuse idéologique en cours durant la période weimarienne de l’Allemagne d’entre-deux-guerres.

Partager :
4 mai 2018

Les États-Unis dictent leur conception du « bien » et du « mal »…

La vérité est donc qu’il n’existe pas de droit international, mais seulement une morale juridicisée américaine étendue à la planète entière. Comme le soulignait pertinemment le géopolitologue, Aymeric Chauprade, « l’Amérique veut l’Amérique-monde ; le but de sa politique étrangère, bien au-delà de la seule optimisation de ses intérêts stratégiques et économiques du pays, c’est la transformation du monde à l’image de la société américaine. L’Amérique est […]

Partager :
26 janvier 2018

De l’introuvable à l’impossible citoyenneté européenne

Le projet européen est une vieille idée neuve que l’on a fourvoyé dans le fourrier des idéologies planétaires-cosmopolites, sans tenir compte de l’âme des peuples qui composent le vieux continent. Telle est, en substance, la thèse défendue par Georges Feltin-Tracol dans son dernier opus, L’Europe, pas le monde, sous-titré « un appel à la lucidité », et publié par les courageuses éditions du Lore.

Partager :
30 décembre 2017

De Vienne à Vienne, naissance et mort de la société ouverte ?

  Alain de Benoist est un philosophe, écrivain et journaliste qui poursuit un travail d’analyse et de réflexion dans le domaine des idées. Il a publié plus de 50 ouvrages et plus de 3 000 articles. Ces écrits sont traduits dans une quinzaine de langues. Lionel Baland l’a interrogé, dans le cadre de l’entrée en fonction du nouveau gouvernement autrichien et des positions adoptées par le […]

Partager :
22 décembre 2017

L’Union européenne face à l’Europe des peuples

« Savez-vous que l’Union européenne (UE) a déjà perdu plus d’un tiers de sa superficie ? Que les régionalismes identitaires européens sont proches des mouvements Verts ? Que les mouvements régionalistes européens sont souvent soutenus par l’Union elle-même ? Que les régionalistes écossais préfèrent l’Union européenne à l’Union Jack ? Qu’en Espagne, l’identité régionale puise son renouveau à l’extrême gauche ? Qu’en Italie, une région est germanophile ? Qu’un territoire français est […]

Partager :
13 septembre 2017

Comme un air de guerre

Fondées et animées par Slobodan Despot, auteur des brillants romans Le Miel (2014) et Le Rayon bleu (2017), les éditions Xenia ont un auteur fétiche, Éric Werner. Naguère publié par L’Âge d’Homme, ce philosophe suisse poursuit son examen méticuleux du monde hyper-moderne. Son nouvel essai, Un air de guerre, s’attarde sur les derniers attentats islamistes survenus en France, en Belgique et ailleurs en Europe.

Partager :
24 juin 2017

Le quorum est-il démocratiquement correct ?

  Le vote suffit-il, en démocratie, à fonder la légitimité de l’élu ? Bien plus, le simple fait d’obtenir la majorité des suffrages exprimés, lors même qu’un nombre significatif d’électeurs se sont purement et simplement abstenus de voter, doit-il automatiquement emporter, en l’absence de quorum légalement requis, l’élection du candidat ? La question de l’exigence du quorum de participation s’est posée à nouveau, en France, à l’issue […]

Partager :