23 décembre 2016

Suisse : près de 75% des demandeurs d’asile ne sont pas identifiés

Par Euro Libertes

Christian Hofer : En clair notre administration et Sommaruga ont toujours su que tout était faux avec ces requérants et que cela mettait les Suisses en danger.

Il a fallu six ans (!) pour qu’un rapport sorte et l’on sait parfaitement que cela ne freinera pas la propagande des socialistes ou un Burkhalter qui larmoie pour des Érythréens qui ne devraient aucunement se trouver chez nous! On accepte donc d’accueillir à notre charge des profiteurs et des menteurs protégés par la gauche !

A cela s’ajoute le fait que de nombreux requérants se volatilisent lors de la procédure et que le budget de l’asile a explosé pour de la racaille dont le mensonge est leur premier réflexe.

Enfin, on rappelle la violation de nos lois par les socialistes: chaque élément pris à part aurait dû déjà faire éjecter Sommaruga du Conseil fédéral. Il n’en est rien!

**********

Près des trois quarts de tous les demandeurs d’asile ne remettent aucune carte d’identité. Souvent, nous ne savons pas à qui nous accordons le droit de rester.

Si on analyse les dossiers des demandeurs d’asile, on tombe sur une accumulation de cas étranges: Beaucoup d’entre eux sont nés le 1er janvier.

Cela n’a rien à voir avec un temps de procréation particulièrement populaire, mais le fait que de nombreux demandeurs d’asile camouflent leur identité parce qu’ils espèrent tant un avantage dans la procédure d’asile.

À présent les chiffres officiels sur l’ampleur de cette dissimulation sont disponibles. Ils surpassent les pires craintes. « Depuis janvier 2010 jusqu’à août 2016, dans 73 % des demandes d’asiles présentées, les requérants ont… »

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.