17 mai 2020

La Pologne pourrait bientôt dénoncer la Convention d’Istanbul

Par Euro Libertes

La Pologne pourrait bientôt dénoncer la Convention d’Istanbul
que voudrait imposer l’Union européenne

par Olivier Bault.

Après la Hongrie le 5 mai dernier, c’est au tour de la Pologne de faire connaître son rejet de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, appelée aussi Convention d’Istanbul.

Une convention que la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem avait qualifiée en 2014 de « levier formidable » puisqu’elle est imprégnée d’expressions empruntées à l’idéologie du genre et demande aux États signataires de « promouvoir les changements dans les modes de comportement socioculturel des femmes et des hommes en vue d’éradiquer les préjugés, les coutumes, les traditions et toute autre pratique fondés […] sur un rôle stéréotypé des femmes et des hommes ». Le tout accompagné d’un nouvel abandon de souveraineté en faveur d’une commission internationale d’experts chargée d’en surveiller la mise en œuvre.

Le vice-ministre polonais de la Justice Marcin Romanowski a informé le 13 mai sur son compte Twitter que « la Convention d’Istanbul parle de la religion comme étant cause de violence contre les femmes. Nous voulons dénoncer ce baragouin Gender ratifié par la Plateforme civique et le PSL. L’opinion de l’étranger ne nous intéresse pas. Pour nous, le fondement c’est l’État-nation souverain. ». Le vice-ministre a encore estimé que « la bonne méthode pour lutter contre la violence, ce n’est pas d’apprendre aux petits garçons qu’ils peuvent porter des robes et jouer à la poupée » et que la « Convention d’Istanbul ratifiée par le gouvernement de la Plateforme civique et du PSL est de la propagande néo-marxiste qui renverse notre monde de valeurs ».

Au sein de l’Union européenne, avant le refus hongrois cette convention avait déjà été rejetée pour les mêmes motifs par le parlement slovaque et par la cour constitutionnelle bulgare, tandis que le Parlement européen adoptait au contraire en septembre 2018 une résolution en faveur de l’adhésion de l’Union européenne en tant que telle à la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. Les eurodéputés y voyaient, sans doute de manière un peu abusive, un moyen d’imposer à tous les pays membres de l’UE, « les méthodes de contraception modernes et l’avortement sûr et légal ».

La ratification par l’Union européenne de la Convention d’Istanbul reste par ailleurs un objectif déclaré de la Commission européenne présidée par l’Allemande Ursula Von der Leyen.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99