18 mai 2020

Le Coronacircus continue !

Par Claude Janvier

Terminus pour la démocratie. « Blocus, punus, prunus » (1). Telle est la devise du flicus politicus en cas de non-respect des ordres de l’empereur Macron 1er.

deconfinement

Lundi 11 mai, déconfinement. Cette date restera dans les annales de la supercherie et de la restriction des libertés. Tout le circus politico-médiatique vous laisse croire que, enfin, vous allez pouvoir retrouver les joies de la liberté. Je vous laisse juge :

Inspection rapide des nouvelles règles :(2)

– Régions en zone rouge : collèges et parcs resteront fermés. L’accès aux transports en commun sera « réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer » – raison de santé, convocation de justice, accompagnement des enfants.

Ausweis, arbeit, schnell !

– Déplacement dans un rayon de 100 km à vol d’oiseau autour de son domicile. Encore une idée lumineuse de Castaner. Mais comment le flicus politicus va-t-il mesurer les 100 km à vol d’oiseau ? Mais avec Google Maps, bien sûr. Le circus flicus politicus sera aussi connecticus. Malheur à ceux qui ne sont pas équipés d’un mobile ou d’un ordinateur, car si la mesure Google donne 101 km, ce sera la prune.

À l’intérieur de votre département, la règle des 100 km ne s’applique pas. Grand gagnant : les Girondins. Grand perdant : les Terrifortains – habitants du Territoire de Belfort.

Comme les radiations de Tchernobyl, la propagation du virus doit s’arrêter à 100 km à vol d’oiseau. À 101 km, paf, contaminé et verbalisé. Ce sera le boulot du cruchot. Attention aux abords des plages. Ayez toujours sur vous une facture ou un chéquier prouvant où vous habitez.

Ausweis, arbeit, schnell !

– Vous voulez vous marier ? Excellente idée et félicitations. Profitez-en, car la sauterie sera limitée à 10 personnes. Budget économique, ambiance restrictive.

– Vous enterrez le grand-père ? Hommage restreint. 20 personnes seulement. Mal aimé, bonne pioche. Respecté par beaucoup, mauvais timing.

– En EHPAD, rien de changé. Retranchés dans leurs blockhaus, les seniors meurent doucement. Les visites seront organisées avec la plus grande prudence.

– Les plages. « Il sentait bon le sable chaud, mon légionnaire », chantait Édith Piaf… Sentir le sable chaud n’est pas pour demain. Castaner, le politicien délétère, a décidé que la règle générale, c’est la fermeture. Au cas où nous contaminerions les poissons et les coquillages…

Ausweis, arbeit, schnell.

– Bars, restaurants, cinémas, hôtels, grands musées, plages, théâtres, salles de concert, fermés. Décision le 2 juin.

En attendant, encore et toujours, Ausweis, arbeit, schnell.

Tracking, bracelet électronique connecté (3), application Stop Covid (4), médecins obligés de vous ficher si vous êtes testé positif-contact Covid (5), tout ça sent très mauvais (6).

Ausweis, arbeit, schnell. Et de temps en temps, une « petite » guerre, histoire de diminuer la population. Bienvenue dans Hunger Games, histoire prémonitoire de notre lendemain.

Il est encore temps de dire non. Mais attention, ça devient vraiment urgent.

Notes

(1) Punus = puni. Prunus = prune. Argot d’amende.

(2) https://urlz.fr/cDay

(3) https://urlz.fr/cDaA

(4) https://urlz.fr/cDaD

(5) https://urlz.fr/cDaE

(6) https://urlz.fr/cDaG

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99