28 novembre 2018

De l’importance du vêtement et de ses accessoires dans notre histoire

Par Jean-Pierre Brun

Un ami s’extasie sur l’imagination subtile de l’initiatrice du mouvement des gilets jaunes, cet accessoire vestimentaire imposé en cas de panne ou d’accident sur la voie publique. N’est-ce pas justement l’ensemble des usagers de celle-ci que les mesures gouvernementales mettraient en péril…

Je l’écoute d’une oreille distraite lorsqu’une évidence me traverse l’esprit. Notre histoire est balisée par des événements et des personnes dont l’appellation, désormais historiquement contrôlée, se réfère directement au vêtement.

Le Français aurait-il la tête près du bonnet ? Sous Louis XIV, les Bretons le choisissent rouge pour se révolter contre l’augmentation de la taxe sur le papier timbré nécessaire à l’enregistrement des actes officiels (en 2013 ils le recoifferont pour protester contre l’écotaxe sur les poids lourds et incendier les portiques dédiés à sa perception).

Les bonnets rouges rentrent dans la sous-préfecture de Morlaix…

Les bonnets rouges rentrent dans la sous-préfecture de Morlaix…

La révocation de l’édit de Nantes et des persécutions qui s’ensuivent, poussent les protestants cévenols à prendre les armes contre les troupes de l’intendant du Languedoc. Le torse protégé d’une simple chemise, ils resteront dans l’histoire sous le nom de « Camisards » (à noter qu’au début du IIIe millénaire, c’est torse nu et à la pointe agressive de leurs seins que les « Femen » s’empareront audacieusement de Notre-Dame de Paris).

Portons maintenant un regard ironique sur les membres postérieurs de certains bipèdes parcourant les galeries du Palais de Versailles, ou encombrant les salons de dames déjà éblouies par les lumières du siècle à venir. Les uns, les petits marquis, deviennent des « talons rouges ». Quant à ces péronelles aux prétentions littéraires démesurées, elles sont affublées du curieux sobriquet de « bas bleus ».

Le 14 juillet 1789 des sans-culottes, après avoir pris un dernier verre, prennent la Bastille. Adeptes du pantalon, ils laissent néanmoins à leurs épouses le privilège de porter la culotte. Les modes ont passé, pourtant dans la plupart des ménages ces dames la portent encore.

  1. Les ports méditerranéens voient s’abattre sur leurs quais, tels des nuages de sauterelles, les hordes « fâchistes » chassées d’une Algérie désormais libre, démocratique et populaire. Au Ve siècle nos contrées avaient subi les Huns aujourd’hui elles ont les autres, les Pieds-Noirs, ces fils de porteurs de sombres croquenots, écraseurs éhontés d’innocentes babouches.

On ne soulignera donc jamais assez l’importance de la symbolique vestimentaire dans l’histoire de la France. Un dernier argument pour vous convaincre, il concerne l’assimilation de nos ancêtres aux us et coutumes de la Rome impériale. Je le pique à ce bon vieux Suétone et à sa Vie des douze césars : « Les Gaulois ont quitté leurs braies pour le laticlave » (une tunique).

À l’heure où l’on ne parle que de tchadors, d’abayas, de burkinis et autres hidjabs, les tailleurs de l’histoire, les couturiers de la chronique, les petites mains de l’anecdote, les surfileurs de la géopolitique, les merciers de l’information, devraient s’attendre à devoir remettre une cent et unième fois l’ouvrage sur le métier. Ils ne devront toutefois pas oublier que des coups et des douleurs on ne dispute pas.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99