14 juin 2019

Une chronique de l’air du temps

Par Jean-Pierre Brun

Dans le cadre de la politique visant à rétablir l’égalité de traitement des hommes et des femmes, la Fédération Française de Football a profité d’un rassemblement des équipes de France féminine et masculine, au sein de son Centre technique national de Clairefontaine, pour organiser une prise de repas commune aux deux effectifs.

Football France-Bielorussie

Il est loisible d’imaginer les échanges chaleureux intervenus sur les transferts à venir, la renégociation des contrats et de leurs clauses particulières ou libératoires, les commissions des agents, le montant des droits d’image… Peut-être a-t-il même été question, des objectifs respectifs de chacune des équipes.

Les images diffusées à cette occasion témoignent de la bonne entente entre ces ambassadeurs des deux sexes (voire trois ou quatre, tant il est difficile aujourd’hui d’être plus précis). Vous noterez au passage que j’ai prudemment renoncé à utiliser les adjectifs « beau » et « fort » pour les qualifier ; une gaffe est si vite arrivée.

Rien ne permet de savoir si, le cas échéant, une idylle improbable se serait nouée entre un attaquant et une défend… (défenseure, défenseuse, défenderesse, j’hésite), entre une gardienne et une sentinelle et si le jeu de la séduction utilisé en la circonstance s’appuyait sur un « 4-4-2 » ou un « 4-3-3 » . On notera simplement que les convives portaient uniformément un jogging (restons français) de soirée fourni gracieusement par l’équipementier mondialement connu « Nikidas » le bien connu bienfaiteur de la main-d’œuvre enfantine asiatique. Petite incidente, cette marque, compte tenu de l’ego hydrocéphalique de ces messieurs, envisagerait de substituer le chapeau melon à leur trop « clivante » casquette.

N’ayant pas été convié à ces innovantes agapes j’ai pu toutefois bénéficier d’une information glanée par Soulcié, le talentueux dessinateur de L’Équipe (dois-je rappeler que c’est dans ce vénérable organe de presse que j’ai appris à lire). Au sortir de table il prétend avoir remarqué un double tacle de la longiligne Wendy Renard et de la blonde Eugénie Le Sommer, tacle glissé sur leurs compagnons de table dont l’enflure de leurs chevilles fragiles n’est plus à souligner : « Ils sont gentils, hein, mais alors qu’est-ce qu’ils sont superficiels… Ils ne parlent que de coiffure, danse, bijoux, fringues, cosmétiques, massages et selfies. »

Auraient-elles pour autant omis de souligner l’importance que revêt pour eux cette cuirasse de tatouages qui protège leur susceptibilité épidermique. Devant les prétentions superficielles de cette clientèle insatiable, un maître en la matière a d’ailleurs laissé tomber un « Manque de peau ! » révélateur.

Quoi qu’il en soit, quel esprit malveillant pourrait dès lors prétendre que chez nos footballeuses un pois chiche leur tient lieu de cerveau ? Il ne se révèle pas moins dans leur commentaire, une fine pointe d’ironie sexiste que Marlène, désormais informée, ne manquera pas de sanctionner.

Hou, les vilaines !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99