2 juillet 2018

Sanchez et le coup de Soros en Espagne

Par Nicolas Bonnal

Il est à mon sens bien tôt pour affirmer que le système a perdu, que Poutine et Trump ont gagné, que l’Europe de Merkel et Macron est enterrée avec son culte du fric, sa théogonie du grand remplacement, sa tyrannie LGBTQ et son sadisme humanitaire.

Pour l’instant seul un gouvernement semble résister, l’italien, qui peut être renversé sur un coup financier, ou l’inévitable attentat islamique (attention, cher Donald Trump, aux attentats, à la guerre civile des minorités ethniques et sociétales qui en France ont gagné la partie…). Mon sujet du soir est l’Espagne qui, comme par miracle, a pris la relève la semaine même de l’arrivée au Pouvoir des antisystèmes en Italie.

Mis au pouvoir dans des conditions suspectes (comme Zapatero en 2004 après un attentat islamiste qui sanctionnait vicieusement un peuple qui manifestait contre l’attaque de l’Irak), le socialiste non élu Sanchez, formé dans les ateliers du mondialisme (il a contribué au morcellement yougoslave dans les années quatre-vingt-dix), réforme l’Espagne. Donc, quelques milliers-millions de migrants en plus au nom de la solidarité et de la diversité coloriée, exhumation des restes franquistes, épuration mémorielle tous azimuts, confiscation en vue des biens de l’Église comme au temps de Mendizabal (desamortizacion), augmentation des taxes et des impôts, euthanasie, semi-indépendance pour la Catalogne et le pays basque, etc. Au nom de la lutte contre Adolf Hitler. Comme disait Muray, pour une vache folle, il faudra liquider le troupeau…

Le chaos mondialiste est de retour, car Sanchez est le fils spirituel de Soros et le frère jumeau de Macron et de cette génération de politiques efféminés et freluquets (Renzi, Trudeau and Co).

Il a reçu Soros à la Moncloa et a appliqué les instructions et le programme ubuesque (ou satanique) de démantèlement de l’Espagne : terroristes en goguette ramenés chez eux, impôts en hausse de huit milliards, récupération des migrants de partout y compris d’Allemagne, occupation trotskiste de la télévision, en attendant la prédation immobilière.

Voyez le texte de Javier Villamor dans okdiario.es et celui de Maurizio Blondet sur Maurizioblondet.it. La situation choque en Espagne et tout le monde risque de se rebeller, quittant une torpeur rendue bien inopportune par des temps hunniques qui courent ou plutôt galopent. Les Espagnols ne savaient pas leur bonheur (et moi qui ne cessai de leur en parler, évadé du camp de concentration francophone) et ils ont été projetés du soir au matin, à leur insu et sans élections (y en aura-t-il dans le futur ?) dans le bain mécanique mondialiste et totalitaire.

On n’est pas sorti de l’auberge de cette mondialisation, d’autant plus que l’Espagne demeure un pays complexé/manipulé par sa légende noire. Dimitri Orlov vient de rappeler dans une page étincelante le ridicule de notre lâcheté, de notre couardise intégrale qui finit naturellement par rimer avec stupidité et débilité intellectuelle. Tout cela se conjugue très bien dans une société destinée à crever de sa laide mort, entre les arguties humanitaires, féministes et antiracistes.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.