4 octobre 2017

L’AfD a subi la « Reductio ad Hitlerum »

Par admin

Les élections allemandes sont passées. Elles sont pour moi décevantes car en fait, j’espérais une sorte de raz de marée de l’Afd. Les Allemands nous ont fait le coup des Français avec le FN. Des grandes gueules, mais des petites mains.

Je veux bien entendre que les Allemands sont des gens calmes, pondérés et qu’ils ne souhaitent pas l’incertitude. Je veux bien entendre que les Allemands subissent le complexe d’un lourd passé historique. Je veux bien entendre qu’Angela Merkel est comme une nounou pour eux. Qu’elle rassure le petit Allemand quand il va se coucher. Je veux bien entendre l’infantilisation d’un peuple, du gentil élève de la classe qu’il ne faut pas perturber, etc.

Il n’en reste pas moins, qu’en 2016, ces Allemands ont accueilli près d’un million de migrants. On les a vus les  applaudir à la sortie des cars ou des trains…

Il n’en reste pas moins qu’à Cologne, plus de 735 femmes furent violées par des immigrés, mais la propagande allemande comme française ne s’en fit guère l’écho. Nous savons désormais que Cologne n’est pas le seul exemple de débordements de ces clandestins renommés « migrants fuyant la guerre » avec photo d’un gamin noyé pour amadouer les foules quelque peu inquiètent. Tous en majorité des hommes jeunes. Viendra le regroupement familial avec la bénédiction des autorités qui recherchent des bras et des ventres à engrosser pour sa démographie et tant pis s’ils se sentent plus proche de l’Oumma que de la culture européenne !

Il n’en reste pas moins que les outils de la compassion, de la pitié, ces ressorts classiques d’une culture judéo-chrétienne tendant la main aux « défavorisés » ont été usés jusqu’à la corde. On aurait pu imaginer que les Allemands, dans leur fors intérieur, avaient compris que l’immigration n’était pas une chance pour l’Allemagne. Cela ne fut pas le cas ! En Allemagne, comme en France, le même scénario a fonctionné. Les acteurs sont sortis du bois, les journalistes, les commentateurs, les réalisateurs, les journaux, la presse bien-pensante, les politiciens vendus à Bruxelles, les élus mercenaires corrompus de l’Arabie et du Qatar, ont « fait le job » !

L’AfD a subi la « Reductio ad Hitlerum». Au soir des élections, tout comme le FN lors des élections régionales, présidentielles, puis législatives. La machine médiatique s’est mise en route et déroula son discours anxiogène. Inquiétudes d’un score dans un premier temps, puis, discours de lutte contre l’« extrême droite », les alarmes, les films sur la montée de Hitler, la Deuxième Guerre mondiale, la SS,  les camps de concentration…

Alice Weidel et Alexander Gauland, responsables de l'AfD.

Alice Weidel et Alexander Gauland, responsables de l’AfD.

Sur toutes les télévisions, nous avons eu droit aux émissions historiques, aidés en cela par des historiens dans la ligne et « les spécialistes de l’extrême droite »…

Ce fut un pilonnage quasi journalier. Avec moqueries, insinuations, mensonges, grossissement des traits, etc.

Prenez Wikipédia qui entérine le NSDAP (Parti national-socialiste allemand des travailleurs) comme étant d’extrême droite, alors même qu’il fut clairement un parti ouvrier. Affabulations et mensonges permanents. Essayez de changer la formulation sur Wikipédia, et vous aurez rapidement un retour aux mêmes mensonges.

Nous savons et connaissons désormais les outils et les techniques du système pour interdire une éventuelle prise de Pouvoir par les anti-Europe fédérale de Bruxelles, qui sont contre une immigration débridée, et pour un retour aux Nations. Nous avons les mêmes à la maison France.

L’AfD a pourtant de la chance : contrairement au FN, à DLF, et autres partis patriotes français, ils ont obtenus 94 sièges sur près de 700. En France, les patriotes nationaux en ont seulement 8 sur 577, alors même qu’ils furent plus de 11 millions à avoir voté pour Marine  Le Pen.

La bien-pensance allemande doit nous envier notre système électoral. Un système « démocratique » dont les journalistes vantent les mérites sur toutes les chaînes, et pour cause, puisque le peuple a, de fait, un Président élu par une minorité de citoyens (44 %), mais, parfaitement dans la ligne des patrons de presse et de la finance, et avec une opposition gauchiste complice.

Au lendemain des élections allemandes, deux ou trois centaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège de l’AfD en scandant leur haine. Pitoyable arnaque relayée par les médias français en gros plans. Ces ignorants, ces incultes ignorent sans doute que qu’Hitler n’était pas homosexuel et qu’il ne partageait pas sa vie avec un homme de Ceylan, un « non aryen » : Alice Weidel, Présidente de l’AfD vit en effet en couple avec une Ski-lanquaise.

Pour mener la campagne des législatives, les quelque 600 délégués du parti ont misé sur un programme résolument anti-islam et anti-immigration, accusant Angela Merkel d’avoir trahi et mis en danger le pays. L’AfD promet la fermeture des frontières, la fin de la bi-nationalité, un durcissement du droit d’asile et des expulsions massives : le nazisme a à bon dos, n’est-ce pas !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.