3 octobre 2017

Détention d’armes par les citoyens : l’ukase européen

Par Euro Libertes

par Frank A.Leutenegger.

Le Conseil fédéral vient de mettre en consultation son projet de révision de la loi fédérale sur les armes, pour se mettre en conformité avec les exigences de l’Europe en la matière. Berne assure que rien ne changera pour les gens ordinaires…. rien !

Suisse parole peuple

Le projet est enrobé comme un paquet de bonbons, pour le faire passer auprès des parlementaires: rien de changé, absolument rien, pour les chasseurs, rien de changé, presque rien pour les tireurs, rien de changé, presque rien pour les collectionneurs. De quoi se plaint donc le peuple ?

Tout le projet se base sur l’idée – fausse – que tous les propriétaires d’armes sont tireurs, collectionneurs ou chasseurs. Même pour les propriétaires légaux, c’est loin d’être le cas.

Rien ne change doc, mais voici malgré tout les principaux points qui changent:

– Les armes semi automatiques passent pratiquement toutes dans la catégorie “interdite”, dans la mesure où elles peuvent être équipées de magasins de plus de 10 coups pour les armes longues, 20, pour les armes courtes. Bien sûr, tireurs et collectionneurs pourront continuer de les posséder et de les utiliser, dans la mesure où ils les enregistrent. Mais un tireur qui arrête le sport, pour une raison ou une autre, se verra déposséder de son fusil d’assaut ou de son pistolet.

– Les armes semi-automatiques d”épaule courtes (moins de 60 cm crosse repliée), peu utilisées dans les stands à 300 m sont interdites.

– Toutes les armes déjà possédées doivent être enregistrées, pour prouver que leur possession est légitime.

– Il faut donner une raison valable pour acquérir une arme.

– Les collectionneurs doivent justifier leur collection en détaillant leurs thèmes de collection et bien sûr enregistrer toutes ces armes.

– Les conditions de détention, sécurité et “justes motifs” (comme le tir ou la collection) doivent être revérifiées tous les 5 ans, ce qui implique des visites domiciliaires.

-Les données personnelles des propriétaires d’armes peuvent être et sont transmises à tous les États européens qui en font la demande.

Pour résumer, toutes les armes semi automatiques qui ne sont pas utilisées pour le tir deviendront interdites. La police fourrera son nez chez tous les propriétaires d’armes, pour s’assurer qu’ils remplissent bien les conditions de détention. Toutes les armes devront être enregistrée et ces données seront diffusées à qui les demandera.

Et pour conclure: tout cela est inacceptable et, si le Parlement se laisse rouler dans la farine, le référendum est inévitable. Et ce référendum, il faudra le gagner !

Article paru sur le site LesObservateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Partager :