6 août 2020

Pologne, future puissance d’Europe ?

Par Jérémy Silvares Jeronimo

Y a-t-il enfin un rôle pour la Pologne en Occident ?

Quand on pense aux grandes nations de ce que l’on appelle l’Occident, il nous vient toujours à l’esprit la France, les USA, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne ou l’Italie (1).

À part les USA, les autres nations mentionnées ci-dessus sont toutes, sans exception, sur le rapide déclin démographique, culturel, militaire et économique, même si dans ce dernier cas l’Allemagne ne rentre pas dans l’équation. Et à y voir de plus près, même les USA sont sur le déclin, plus lent il est vrai, mais ils ne sont plus « l’Hyperpuissance » des années 80 et 90. Il est intéressant aussi de noter que toutes ces nations ont toujours compté dans la destinée de l’Occident depuis environ les mille dernières années, à part les USA naturellement.

Il y a toutefois une nation qui n’a presque jamais eu de place dans le concert des grandes nations d’Occident et qui pourtant risque de devenir un pays incontournable : la Pologne !

Lorsque l’on survole brièvement l’histoire de la Pologne (si l’on excepte la période de puissance et faste que fût la République des Deux Nations)(2) on constate que les Polonais ont subi fréquemment attaques et annexions de leurs voisins.

Entre 1772 et 1918 le pays était continuellement occupé par les Prussiens, les Autrichiens (Autriche-Hongrie à l’époque) et les Russes. Après avoir retrouvé leur indépendance en 1918, rebelote en 1939 avec l’occupation par les Allemands et les Russes (un coup de poignard dans le dos), qui martyrise la nation. « Libérée » par l’Armée rouge en 1944, ce ne fut en vérité qu’une nouvelle occupation, jusqu’à la fin du communisme en 1991.

L’entrée de la Pologne dans l’Union Européenne et l’OTAN a été très importante pour le pays. Pour les Polonais le moment était attendu depuis longtemps. Ce fut le retour à « l’Occident Kidnappé »(3) selon les mots de Milan Kundera, de cet Occident dont les Polonais rêvaient de faire partie mais que l’oppresseur soviétique ne permettait pas.

C’est devenu depuis la fin des années 1990 un pays à l’économie dynamique. Tant et si bien que c’est l’un des seuls pays si ce n’est le seul pays d’Occident qui n’a pas été touché par la crise économique de 2008.

En 2019, le Premier Ministre Mateusz Morawiecki se montrait confiant dans l’avenir. « Nous pouvons espérer que dans quatorze ans nous serons au niveau de l’Espagne ou de la France quant au PIB par habitant. Nous sommes de plus en plus près du G20 puisque nous occupons la 22e place. Bientôt, nous dépasserons Taïwan (4) pouvait-il dire lors de la 29e édition du Forum économique de Krynica. Et afin d’enrayer le problème des jeunes qualifiés qui émigrent, le gouvernement polonais a même exempté d’impôt les jeunes travailleurs de moins de 26 ans (5).

Donc à part peut-être une taxe de natalité assez faible, comme en souffrent tous les pays Occidentaux exceptés l’Irlande et l’Islande, le pays se porte bien, notamment économiquement. Il est à noter que son armée se modernise . En effet depuis 2014 et suite à l’annexion de la Crimée par la Russie, la Pologne se réarme, et plus de 100 000 jeunes polonais ont suivi des entraînements militaires dans des groupes paramilitaires (6), parmi ceux-ci 35 000 ont été intégrés aux forces armées polonaises (armée de défense territoriale) en Juin 2016 (7).

La Pologne présente une forte homogénéité ethnique, et très peu d’immigrés extra-européens (principalement des Vietnamiens). Or un pays homogène est un pays uni, un pays dans lequel la société ne se morcelle pas en petits « États dans l’État » à la manière de la France ou du Royaume-Uni. Selon un sondage de l’Union Européenne, les Polonais ne veulent pas d’immigrés musulmans (8) et pour cause, eux au moins savent ce que coûte à un peuple d’être colonisé par un autre.

Et n’en déplaise aux bien-pensants, la population de ce pays du centre de l’Europe est non seulement patriote, mais aussi conservatrice, chrétienne (9) et fière de son passé. Ces caractéristiques font que les Polonais sont bien mieux vaccinés contre les idéologies déconstructivistes qui ont détruit les fondements des sociétés en Occident (féminisation de la société, destruction de la famille, théorie du genre, immigration massive etc.).

Après tant de siècles sous domination étrangère, durant lesquels tant les Russes que les Allemands ont souvent massacré les élites intellectuelles et politiques du pays, les Polonais ont su sauvegarder leur culture et la flamme patriotique.

La Pologne est, avec les autres pays du Pacte de Visegrad et l’Autriche, un acteur de plus en plus important face aux tentatives d’invasion migratoire de l’Europe. C’est donc vers la Pologne que les patriotes français devraient regarder.
Si l’Occident fut un temps un rêve pour les Polonais, ils sont aujourd’hui possiblement une des dernières nations qui résiste aux mondialistes et souhaite sauver ce même Occident. Les Polonais se sont souvent révoltés contre leurs différents envahisseurs. Et bien que ces révoltes fussent réprimées dans le sang, ils n’ont cessé de se relever et d’affirmer leur sentiment d’unité nationale et leur amour pour leur patrie. Je sais que c’est devenu un gros mot, une idée grotesque et révolue, cependant cette fois-ci c’est nous qui devrions rêver de la Pologne.

Notes

(1) Par le passé il y a eu d’autres grandes nations occidentales, Venise, Gêne, la Grèce dans le sens ou les “polis” grecques partageaient une même langue, une même culture, un même sang; Rome, les Pays-Bas, le Portugal, la Suède, l’Autriche-Hongrie, etc. Mais l’objectif de ce texte n’est pas de les énumérer car sinon il perdrait de son intérêt.

(2) La République des Deux Nations fut une association politique liant la Pologne au grand-duché de Lituanie, en 1569, suite à l’Union de Lublin. Avant, il y avait déjà l’Union de Pologne-Lituanie. Énorme pays, la République des Deux Nations fut un temps une grande puissance jusqu’en 1772, année qui inaugura le partage de ses territoires par les puissances voisines. En 1795, l’Empire d’Autriche-Hongrie, le Royaume de Prusse et l’Empire Russe se partagèrent la Pologne.

(3) Ce livre a été écrit par Milan Kundera dans le but de critiquer la dictature soviétique qui empêchait les nations d’Europe centrale et d’Europe de l’est de se rapprocher de l’Occident.

(4) ABBUNDO, Antoine (06/10/2019), La Pologne se rêve en grand, Journal La Croix, lien: https://www.la-croix.com/Economie/Economie-et-entreprises/Pologne-reve-grand-2019-10-06-1201052398.

(5) Idem.

(6) À noter qu’ils sont tous volontaires, le service militaire n’est pas obligatoire; (14/03/2018), Pologne : la jeunesse s’entraîne à la guerre, France 2, lien: https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/pologne-la-jeunesse-s-entraine-a-la-guerre_2656852.html.

(7) (03/06/2016), Poland to recruit 35,000 strong paramilitary force to combat threat from Russia, The Telegraph, lien: https://www.telegraph.co.uk/news/2016/06/03/poland-to-recruit-35000-strong-paramilitary-force-to-combat-thre/

(8) En cela les Polonais rejoignent les Portugais ou les Tchèques: CORDEIRO, Ana Dias (30/11/2016), Portugal entre os países que mais se opõem a acolher imigrantes, JORNAL PÚBLICO, Lisboa, Portugal, https://www.publico.pt/2016/11/30/sociedade/noticia/portugal-entre-os-paises-que-mais-se-opoem-a-acolher-imigrantes-1753095.

(9) C’est en l’année 966 que Miesko Ier se convertit au christianisme et plaça la Pologne sous la protection pontificale.

Partager :