17 avril 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. Les chefs de 13 partis nationaux membres du Parti populaire européen (PPE) ont écrit une lettre à son président Donald Tusk dans laquelle ils se disent favorables à l’exclusion du Fidesz hongrois (suspendu du PPE depuis un peu plus d’un an). Motif : le vote d’une loi par le Parlement hongrois permettant à Viktor Orban de prolonger l’état d’urgence. Les eurodéputés LR n’ont pas signé cette lettre.

europe

Quatorze États européens ont par ailleurs mis en garde contre les violations de l’État de droit dans l’Union au motif de lutter contre l’épidémie de Covid-19, au moment où le Premier ministre hongrois vient de s’octroyer des pouvoirs quasi illimités dans ce cadre.

Alors que l’ONU a appelé à alléger les sanctions économiques dans le contexte de la pandémie, l’Union européenne a annoncé soutenir un plan de Washington qui conditionne cet allègement… à une transition politique au Venezuela, sans Nicolas Maduro.

Pour la présidente de la commission, Ursula von Der Leyen, le budget européen est « l’instrument de solidarité le plus fort et le plus puissant pour la solidarité européenne ». Difficile d’y croire alors que les dernières discussions sur le budget pluriannuel ont échoué.

Selon Eurostat 20,3 % de la population européenne a plus de 65 ans. C’est en Italie que cette part est la plus haute (22,8 %), et en Irlande qu’elle est la plus basse (14,1 %). En France, le Limousin affiche un taux de 26,7 %.

Allemagne. Le coprésident du parti nationaliste AfD allemand, Jörg Meuthen, souhaite que sa formation se sépare de sa frange la plus radicale, « L’Aile », récemment placée sous surveillance policière, a-t-il annoncé dans la presse. « Il ne doit y avoir aucun parti dans le parti, alors que l’Aile se développe de plus en plus. Il était absolument nécessaire d’agir dans ce domaine » a-t-il précisé.

Angleterre. Le Parti travailliste a élu le successeur de Jeremy Corbyn en la personne du député modéré Keir Starmer, avocat de 57 ans. Spécialiste du Brexit, il est reconnu pour son sérieux, mais manque singulièrement de charisme.

Le Brexit étant acté, le nouvel homme fort du Labour entend désormais militer pour un accord commercial rapproché avec l’UE et le maintien de protections sociales, économiques et environnementales.

Fait rarissime, la Reine s’est adressée au pays via la télévision : « Je vous parle à un moment que je sais être de plus en plus difficile. Un moment de bouleversement dans la vie de notre pays (…) Ensemble nous luttons contre cette maladie et je tiens à vous rassurer que si nous restons unis et résolus, nous allons la vaincre ».

L’état de Boris Johnson atteint du Coromachin a dû être hospitalisé. Aux inquiétudes autour de la santé du Premier ministre et de sa capacité à gouverner depuis un lit d’hôpital, se greffe un sentiment global de confusion concernant la stratégie du gouvernement à l’égard de la pandémie. Aux dernières nouvelles, il était sorti de réanimation.

La situation est cependant suffisamment préoccupante pour qu’une partie de ses responsabilités soient transférées à Dominic Raab, ministre des Affaires étrangères et également First Secretary of State avant la crise.

Danemark. Le gouvernement va lever progressivement les restrictions en vigueur avec la réouverture des crèches, écoles maternelles et primaires. Mais de nombreuses restrictions demeurent et ce pour de nombreux mois a prévenu le Premier ministre, Mette Frederiksen.

Hongrie. Outre 5,5 Mds € consacrés au soutien de l’économie, Viktor Orban compte faire contribuer d’autres agents comme les entreprises internationales, les banques, les municipalités et les partis politiques qui vont perdre la moitié de leur financement public.

Italie. La Banque Centrale Européenne a commencé à mettre en œuvre son vaste plan de dettes souveraines. Selon les premières statistiques disponibles, une grande partie de ces achats de titres a concerné la dette italienne.

Norvège. Le pays juge avoir enrayé la propagation du coronavirus sur son sol et souhaite « rouvrir la société, petit à petit » à compter du 20 avril, avec là aussi la réouverture des crèches et la levée de l’interdiction des séjours en résidence secondaire. Une deuxième étape, à partir du 27 avril, verra la réouverture, seulement partielle, des collèges, lycées et universités.

République tchèque. La mairie de Prague a fait enlever la statue du maréchal soviétique Ivan Konev (1897-1973). S’il a libéré la capitale des nazis en 1945, il était le responsable de la répression brutale du soulèvement antisoviétique de 1956 en Hongrie et a joué un rôle dans la répression du printemps de Prague en 1968.

Serbie. Haro des médias sur Viktor Orban accusé d’instaurer la dictature pour cause de coronavirus. En revanche, grande discrétion sur la situation en Serbie, où, à la faveur de l’épidémie, les autorités ont commencé à mettre hors d’état de nuire tous ceux qui contestent le régime sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que le président de la république, Aleksandar Vucic a nommé Premier ministre une certaine Ana Brnabi, écologiste et lesbienne passée par les universités états-uniennes.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99