5 juillet 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. « La vie des noirs compte », proclame le Parlement européen dans une résolution reprenant le mot d’ordre « Black Lives Matter » du mouvement parti des États-Unis contre le racisme. Les eurodéputés déclarent dans cette résolution adoptée hier, (493 voix pour, 104 contre, 67 abstentions), que la traite des esclaves est « un crime contre l’humanité. »

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé que les restrictions imposées par la Hongrie au financement des ONG par des capitaux étrangers ne sont pas conformes au droit de l’UE. Cette Cour prend donc la défense de Georges Soros qui a pour cibles privilégiées les identitaires et autres populistes en Europe. Cette Cour est bien à la botte du Système.

Il existe au Parlement européen une organisation baptisée Alliance parlementaire sur la Chine (IPAC Inter-Parlementary Alliance on China). Son but, organiser une réponse politique à l’influence croissante de la Chine et la proposer aux exécutifs de chaque pays.

Une centaine d’élus de l’IPAC coordonne ses ripostes politiques sur les nouvelles technologies, les droits de l’homme, le droit international, le commerce et la finance. Le sénateur André Gattolin (LREM), Isabelle Florennes (Modem) et Raphaël Glucksmann viennent d’intégrer l’Alliance.

Allemagne. L’inquiétude renaît en Allemagne avec la découverte de 1300 personnes contaminées par le Covid-19 dans le plus grand abattoir d’Europe, possédé par la société Tonnies dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Les autorités évoquent la possibilité d’un reconfinement à l’échelle de la région.

À Stuttgart, à la suite d’un contrôle de police contre un jeune de 17 ans pour une affaire de stupéfiants, 500 jeunes ont déboulé en petits groupes vers le centre-ville pour y semer le chaos pendant plusieurs heures et faisant 19 blessés parmi les forces de l’ordre. Du jamais vu selon les autorités.

Angleterre. L’Église anglicane et la Banque d’Angleterre, deux des plus vieilles institutions du Royaume-Uni, ont exprimé un repentir quant au rôle historique de certains de leurs membres dans l’esclavage. Et ça…

Italie. La mafia aurait largement profité de la crise en proposant de l’argent à des entreprises en difficulté dont au final elle prend les rênes, ce qui leur permet de recycler ainsi l’argent sale issu des trafics en toute légalité.

Pologne. Andrzej Duda a assuré avoir demandé au président américain de ne pas réduire sa présence militaire sur le Vieux Continent, et a jugé vital de le protéger contre « les fortes tendances impériales de la Russie dans notre partie du monde ».

La Pologne se dit prête à mettre 2 milliards de dollars sur la table pour convaincre Washington d’implanter une base militaire permanente sur son territoire. Un projet baptisé « Fort Trump » à Washington, selon le site en ligne Defense One.

Russie. Dans une longue tribune publiée curieusement dans une revue néoconservatrice américaine The National Interest, Vladimir Poutine accuse l’Occident de « révisionnisme » anti-russe sur la deuxième guerre mondiale, « chose dangereuse » selon lui car pouvant déstabiliser « les principes d’un développement pacifique » du Monde.

Une semaine durant les Russes sont appelés à voter pour la réforme de la Constitution que Vladimir Poutine a menée au pas de charge. Il pourra ainsi remettre ses compteurs présidentiels à zéro et, au terme de son mandat en 2024, après un quart de siècle au pouvoir, rempiler jusqu’en 2036.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99