17 juin 2020

Suisse : après le Covid, le Pochevid !

Par Euro Libertes

par Éric Bertinat.

Le Conseil national a débattu le 10 juin dernier sur la révision de la loi sur le CO2. Après avoir signé la convention de Paris, notre petit pays s’est mis en tête d’être le meilleur élève du monde. Après le succès des Verts lors des élections nationales, nos élus ne pouvaient pas mieux faire que de céder à une pression plus politico-médiatique que populaire.

Grâce à une alliance du PS, des Verts et d’une majorité de bourgeois, le Conseil national s’est montré ambitieux dans sa lutte contre les gaz à effet de serre. La nouvelle loi sur le CO2 comprendra les objectifs de l’accord de Paris : une réduction de 50 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et une limitation du réchauffement climatique à 1,5 degré. Les Verts auraient souhaité une baisse des émissions de 60 % et l’Union démocratique du centre (UDC) de 40 %.

Oui mais voilà, pour amener tout un pays à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, les autorités ne comptent ni sur la responsabilité individuelle, ni sur des taxes incitatives. Trop facile ! Non, il faut obliger la population à changer ses habitudes, au nom du climat planétaire.

« Il faut suivre les recommandations des scientifiques », a estimé le Vert Bastien Girod.

« Il n’y a pas d’autre choix que d’arrêter le réchauffement climatique. Cette loi, même si elle est insuffisante, montre la voie ! », a ajouté le socialiste Beat Jans. Tout le gratin politique est unanime bien qu’avec tout de même quelques craintes.

« Aller plus loin serait souhaitable, mais il ne faut pas sous-estimer le risque d’un échec devant la population », a relevé la démocrate-chrétienne Christine Bulliard-Marbach. Et la conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga de conclure impérialement ce débat : « Cette loi est une chance pour l’économie et pour positionner la Suisse comme un pays innovateur. Il ne faut pas la rater. »

Ce que le Parlement n’a pas raté, c’est la série de nouvelles taxes qui affaiblira le pouvoir d’achat de la population suisse.

« Mises bout à bout, elles représentent une charge supplémentaire d’environ 1 500 francs par année par ménage », a calculé l’UDC Pierre-André Page. Qu’importe, le Conseil national a accepté la taxe incitative de 30 à 120 francs sur les billets d’avion. Le prix du litre d’essence renchérira de 10 centimes au maximum jusqu’en 2024 et 12 centimes au maximum à partir de 2025.

« La taxe va pénaliser la population des campagnes qui a besoin de circuler en voiture », a fait valoir l’UDC Mike Egger.

« Le recours à des véhicules plus écologiques permettra de réduire les frais », a répondu Mme Sommaruga. Pris dans son élan, le Conseil national a accepté aussi d’augmenter la taxe CO2 sur le mazout. Actuellement plafonnée à 120 francs par tonne de CO2, elle sera relevée jusqu’à 210 francs.

L’UDC s’est opposée mordicus à cette loi qu’elle a jugée « onéreuse et excessive ». Opposée de longue date à tous nouveaux impôts et taxes, elle lancera un référendum. Il appartiendra ainsi au peuple de trancher.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99