17 juin 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. Le 1er juillet marquera le lancement de la saison touristique dans toute l’Europe. À cette date devrait rouvrir l’ensemble des frontières intérieures de l’Union, et toutes les mesures de quarantaine seront levées. Cette décision des ministres de l’Intérieur des Vingt-Sept, réunis en vidéoconférence, doit mettre fin aux couacs à répétition.

Espace Schengen

Selon la Banque mondiale, c’est la zone euro qui paie le plus lourd tribut à la pandémie. La croissance devrait plonger de 9,1 % cette année, soit loin devant les États-Unis, le Japon et la Russie.

La présidente de la BCE (Banque centrale européenne), Christine Lagarde, a augmenté la taille du programme d’achats de titres d’urgence pandémique de 600 milliards d’euros et précisé que son institution se tenait prête à agir davantage pour atteindre l’objectif d’inflation. Le jugement de Karlsruhe ne l’a visiblement pas intimidée.

Pour l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) la violation des droits de propriété intellectuelle est un business sérieux : la valeur annuelle des importations de produits de contrefaçon dans l’Union européenne s’élève à 121 milliards d’euros, soit 6,8 % des importations en provenance du reste du monde.

Ces produits de contrefaçon entraînent la perte de plus de 400 000 emplois directs, de 83 milliards d’euros de ventes et de 15 milliards d’euros de recettes fiscales.

Allemagne. L’impact de la crise sur le marché de l’emploi outre-Rhin, s’il a été moins brutal que chez ses voisins, n’en est pas moins passé de 5 % (2019) à 6,3 % en mai, avec 610 000 demandeurs en plus.

Angela Merkel a dénoncé le « meurtre » de l’Afro-américain George Floyd par des policiers et le racisme qui frappe selon elle une « société américaine très polarisée ». Elle a également jugé « très controversé » le style politique de Trump.

Selon le Wall Street Journal, Donald Trump aurait ordonné au Pentagone de réduire la présence américaine en Allemagne d’un tiers. Soit 9 500 sur les 34 500 encore présents. Der Spiegel avance le chiffre de 15 000 hommes. Ce qui suscite un débat très contradictoire.

Le gouvernement Merkel voit surtout dans cette manœuvre un coup de pression géopolitique. « Les États-Unis attendent de nous qu’on les suive sans conditions sur leur politique chinoise, argumente le secrétaire d’État aux Affaires étrangères Niels Annen. Ce que nous ne pouvons leur offrir ».

La coalition au pouvoir en Allemagne vient de s’entendre sur un plan de soutien à la consommation de 130 milliards d’euros, avec notamment une forte baisse de la TVA. Une mesure que l’AFEP (Association française des entreprises privées) avait proposée à Matignon et à Bercy avant d’être éconduite.

Berlin a décidé de dédier pas moins de 7 milliards à la mise en place d’une filière industrielle de l’hydrogène. Pour « devenir le numéro un mondial de la technologie », l’objectif est de produire à l’année l’équivalent en hydrogène de cinq gigawatts d’ici à 2030, à partir d’énergies renouvelables.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99