14 juin 2020

Yankees, je t’aime moi non plus !

Par Philippe Randa

 

Outre-Rhin, certains appréhendent un possible retrait d’une grande partie des troupes US stationnant sur – ou « occupant encore », c’est selon – la patrie de Goethe.

Troupes US basées en Allemagne.

Troupes US basées en Allemagne.

L’éventuel rapatriement de près d’un quart des 34 500 hommes se justifierait officiellement pour des raisons d’économies budgétaires exigées par le président Donald Trump.

« Nous prenons note d’un éventuel retrait d’une partie des troupes américaines. Nous apprécions la coopération qui s’est développée au fil des décennies avec les forces américaines. C’est dans l’intérêt de nos deux pays », a déclaré Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, au quotidien Bild am Sonntag). Il a néanmoins ajouté que si les USA et l’Allemagne sont des « partenaires proches au sein de l’alliance transatlantique », c’est tout de même « compliqué. »

D’autant que le voisin polonais ne cache pas qu’il verrait bien se redéployer les soldats à la bannière étoilée sur son territoire : « J’espère profondément qu’à la suite des nombreux pourparlers que nous avons eus […] une partie des troupes basées aujourd’hui en Allemagne qui sont en train d’être déplacées par les États-Unis […] viendra en effet en Pologne », a annoncé Mateusz Morawiecki à la radio privée RMF24.

Autrefois, on avait connu le slogan « US go home ! », scandé un peu partout à travers le monde par les opposants à la politique hégémonique de l’Oncle Sam. Autre temps, autres mœurs : aujourd’hui, le refrain à la mode semble plutôt être « Yankees, je t’aime moi non plus ! »

 

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99