8 mars 2017

Célébration du génie féminin dans la musique celtique

Par Nicolas Bonnal

Un petit rappel pour nous éclairer : « Ils croient même qu’il y a dans ce sexe quelque chose de divin et de prophétique » (Tacite).

On le redit en latin, c’est tellement plus beau en latin : « Inesse quin etiam sanctum aliquid et providum putant » (Germania, VIII).

J’ai déjà souligné l’importance vitale selon moi de cette musique planante allemande, avec notamment Tangerine Dream et Edgar Froese. Il faut aussi indiquer l’autre noyau de génie pop-folk depuis quarante ans, qui semble s’être essoufflé comme tout le reste depuis le début des années Obama (c’est une fin du monde dans la fin du monde).

Il s’agit des génies féminins de la musique celtique, qui appartiennent à l’univers anglo-saxon ou britannique. Les grandes décennies furent les années quatre-vingt et peut-être quatre-vingt-dix. Mais malheureusement cette haute inspiration hauturière semble s’être tarie elle aussi.
Je serai bref dans mon évocation, qui n’a aucune prétention documentaire :

– On a eu Kate Bush depuis les années soixante-dix jusqu’au début des années quatre-vingt-dix. Deux ou trois albums géniaux, Wuthering heights, Babooshka, Hounds of love, au beau milieu des années quatre-vingt quand la belle vague britannique et irlandaise bat son plein. Après on commence le déclin hélas. Écoutez Breathing ou Running up that hill, sans oublier Scander Under ice.

– On a eu la sublime voix alto de Liza Gerrard, depuis trente ans cette fois, très douée quand elle est accompagnée d’Hans Zimmer pour les musiques de Ridley Scott (voyez mon livre sur ce cinéaste). Baroque, gothique noir, paganisme, alchimie, tout y passe pour la définir. Meilleurs albums : Spleen et idéal et Aion, le bien nommé et envoûtant. Quelques chants de haute magie : Black sun, Ascension, the Host of Seraphim, les intuitions grandioses de Gladiateur (and then they are free), le tout pour un ensemble techno-chamanique. Beau chant dans le film maori et cosmologique (chevaucher un cétacé) Whale rider, produit par les Allemands.

– Enya, inspirée au temps des irlandais Clannad (voyez le chant Skellig, l’album extra Macalla, le dénommé Sirius, le chant miraculeux I will find you dans le Dernier des Mohicans) puis en solo avec les chants décalés comme Orinoco Flow, le superbe, phénoménal et instrumental Storms in Africa. Enya reprit aussi Marble halls, clin d’œil au plus beau film onirique du cinéma, Peter Ibbetson d’Hathaway. La Mémoire des arbres est un bel album encore, tout comme le dansant et onctueux Solas. La voix humaine comme instrument harpiste. Son plus beau morceau est Aldebaran, dédié à Ridley Scott (ce n’est pas un hasard). Il est dans l’album Les Celtes.

– Loreena McKennitt, une canadienne qui a magnifiquement rendu hommage à ses origines celtes avant de sombrer dans la World Music et le bric-à-brac ésotérique de la mondialisation. Parallel dreams est une merveille. Ecoutez son feu de Beltaine en hommage à la fête celte, et les Old Ways, de l’album The Visit en hommage aux druides. Ce chant fantastique après une gradation haendélienne vous amène à l’extase. Je l’ai régulièrement adoré, médité, écouté à chaque escalade du Valle de la Luna, au coucher du soleil dans les déserts d’Atacama. C’est mon texte que Jean Raspail préféra – quand il lisait le regretté Libre Journal de la France courtoise. Je le donne en supplément à mon rare et méritant lectorat pour le coup.

Et célébrez ces femmes prodigieuses, faites étudier le chant à vos filles, et priez sainte Brigitte !

Puisqu’on est dans la célébration féministe du monde anglo-celtique, je donnerai cette source qui m’aide beaucoup dans mes recherches et la rédaction de mes livres : Patricia Monaghan.

Voici mon texte sur Atacama, l’esprit du voyageur, écrit en état de grâce… grâce à Loreena.

« J’avais laissé la Patagonie. Je devais me rendre au nord, remontant le long fil de cuivre chilien. La route longiligne s’ornait de merveilleux observatoires, de brumes côtières, de déserts mystérieux jonchés des songes de voyageur. Je me sentais plus fort. Il y a comme cela des voyages qui vous révèlent ce que vous cherchez. Nous voulions le Tibet, et ce furent les Andes. Andes chrétiennes et hispaniques ou je dansai comme l’Inca la danse en l’honneur du ciel et de la vierge. J’arrivai à San Pedro d’Atacama, Mecque andine du tourisme local. Village en adobe, argile cuite sous le soleil, entouré de salars (lacs salés) de la peur, de déserts et de geysers. Une vieille église en bois de cactus, une longue messe guerrière où un bon et jeune prêtre dénonce la main noire qui contrôle son pays et qui, voilà trois ans, brûla sept statues pieuses.

De jeunes voyageuses plus intrépides que les garçons, venues de Grèce, de Scandinavie ou d’Amérique, avec qui l’on partage le cabernet chilien dans les restaurants troglodytiques.

Et ce valle de la luna, ce lieu inaltérable, le lieu où le ciel touche la terre, le cosmos les sables et la pierre. Un lieu de méditation présocratique, une révélation inouïe, du glacier au désert. L’Amérique latine serait l’Eldorado du voyage, Atacama, l’esprit hurlant du voyageur mué en condor éternel. Tout ce qui est humain me serait étranger. D’Atacama, je ne pouvais gagner Salta. Je choisis donc le Nord et ses salars. Le salar d’Uyuni, le plus grand du monde, dans la pauvre et perdue Bolivie qui jouit de commentaires si divers.

Bolivie, le Tibet de d’Amérique latine, ce toit du monde endimanché en ce 20 février par les flonflons du carnaval de nos frères indiens. Cette route d’Uyuni bradée au touriste de passage fait son effet : on navigue plus qu’on ne roule à cinq mille mètres, on crève de froid dans le premier campement, on voit la lagune verte et ses résistants flamants qui virent comme elle de couleur. La lagune devient tahitienne, elle est bordée de volcans enneigés, elle est irrésistible, reflétant toute la beauté de cet altiplano, qui joint la hauteur de l’esprit à l’équanimité de l’âme. Je dirai que la musique de Loreena Mc Kennitt que j’avais découverte à Santiago me fut profitable au-delà de mes espérances. Ce CD me coûtait quarante repas boliviens.

Je pris avec mes compagnons un bain dans les sources thermales, nous gagnâmes les geysers, cette bouche éructant de la terre mère, qui crache les bulles colériques à la face du ciel.

Ce fut l’ivresse du réel. La nuit fut éprouvante (dormir mal enfermé et par zéro degré). Le lendemain nous gagnâmes des déserts, des parois ivres, et une vallée de momies et son village magique Atolxa, avec son petit jardin entretenu par les chrétiens les plus pauvres de la terre. Ils font visiter leurs momies profanes, ils cultivent la quinua, céréale riche et méconnue. Tangerine Dream a écrit un album portant ce titre ! Les cactus se dressent comme des doigts pointés vers le ciel azur et glace, l’accusant de tant de misère. Mais il y a une vierge, la vierge miraculeuse du salar. Je vais prier. Je croyais avoir tout ressenti dans les canaux étroits du Chili, dans les glaciers Moreno et Upsala, dans les détroits d’Ushuaïa. Comme Tintin je découvre que l’Amérique du Sud est la terre des mythes : Valparaiso, Iguaçu, Machu Picchu, Rio, l’Amazonie, toutes les folies du voyageur gavé de lugares de locura, de lieux de folie. Et je ressens le puissant de cette parole : reconquista, la reconquête du soi, cette route du soi que jamais je ne trouvai en Asie. Et cette volonté de devenir un conquérant du monde, un penseur grec ivre du temps et de l’espace, des pierres et des nuances ocre et roses. J’ai conquis l’or de la mémoire. Le soir nous couchons dans un hôtel invraisemblable, l’hôtel du salar, une résidence pour dieu perdu. Nous goûtons la douceur paradoxale de ce lieu chasseur de bruit et des insectes.

Nous sommes à 3 500 mètres et je dors mieux, en dépit de trois bouteilles partagées avec un frère d’échappe, le Japonais Také, avec qui je trinque (kampeï !) en l’honneur de la fin de l’histoire et de la géographie. « Le Japon meurt donc de la défaite de 1945 ? », me demande Take.

Je pense à ces femmes remarquables, rencontrées au cours de mon périple, qui n’auront pas d’enfant et je médite la fin du cycle. Le long hôtel de sel semble un monastère. Il en coûte sept dollars la nuit dans une chambre bien orientée où j’assiste au lever du dieu-soleil. Et nous partons traverser le salar. On croit avoir tout vu. Car j’avais vu le lac salé des mormons sous une brume blanche. C’était à pâques. Mais je n’avais rien vu. Juan Carlos, mon guide chauffeur et organisateur, quitte le chemin de terre et plonge dans l’eau du salar. Nous roulons sur l’eau si bleue de ce lagon immense, nous marchons pieds nus sur les eaux, nous goûtons l’ivresse purificatrice de ce sel si cruel. Le ciel est dur comme la justice divine. Une jeune Française évoque le paradis. Le bleu touche le blanc, le sel touche la terre qu’il convertit en figures hexagonales. Notre Père qui êtes au sel…

Le réel nous rattrape bientôt et le gros Toyota tombe en panne. Nous cuisons et brûlons au soleil pendant que Juan Carlos s’affaire. Le soir nous gagnons Uyuni, bled misérable et perdu au monde, où l’on mange pour trois francs. Je décide de monter dans le bus de Sucre, avec changement à Potosi au milieu de la nuit. Des grondements de tonnerre ébranlent la course du bus bien frêle. Je me rappelle à la cruauté et à l’insignifiance de la nature.

Et je suis le seul Occidental à opter pour un transport si ingrat. Moi qui ai dénoncé tant de fois l’invasion touristique, je me retrouve bien seul à Potosi, ville à drôle de mine, vers trois heures du matin et quatre degrés centigrades en plein été. Pourquoi Sucre ?

C’est un vieux rêve, j’ai toujours aimé les anciennes capitales.

Et je sais par la télévision de mon Espagne bien aimée que Sucre la présidente est la résurrection de ma Grenade bien aimée, un barrio de Santa Cruz perdu au milieu des mondes. Je sais aussi qu’après le sel qui m’a brûlé, c’est un mot que je guette, la face sucrée de Dieu, sa miséricorde après sa rigueur salée. La ville apparaît sous les brumes incas au petit matin, c’est la merveille annoncée. Je trouve un hôtel avec patio colonial où séjourna le Che, et je gagne ma première église pour entendre la messe au petit matin avec le chant du coq. Le sucre m’envahit de sa douceur, et l’Espagne triomphante de Compostelle où Carmona revient chanter à mes oreilles (orilla, rivage, en castillan). J’ai trouvé le château du monde, je vais goûter à la débauche sonore du carnaval de ces frères tranquilles de l’ailleurs absolu. »

Voilà. J’ai romancé cette conquête du ciel, du sel et du sommeil dans lesLes Mirages de Huaraz et autres contes latinos  (Michel de Maule, 2007). Il se nomme le Monastère de sel.

Les Mirages de Huaraz et autres contes latinos.

Les Mirages de Huaraz et autres contes latinos.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.