Sur toutes nos ondes (BFM et Europe 1 entre autres) les commentaires sur l’attentat rĂ©cent de TrĂšbes sont Ă©difiants quant Ă  son auteur.

Pour justifier une quasi-impossibilitĂ© de prĂ©venir des attentats dĂ©finis comme « indĂ©celables », dans le mĂȘme Ă©lan que le ministre de l’IntĂ©rieur lui-mĂȘme, nos idĂ©ologues brandissent en substance l’explication suivante : « Nous n’avions aucun signe de radicalisation du terroriste, bien qu’il soit fichĂ© S
 Bien sĂ»r il avait Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© Ă  plusieurs reprises et condamnĂ© pour des dĂ©lits de droit commun : port d’arme, drogue, etc. rien d’anormal donc  »

Des gendarmes mobiles armés de  Famas.

Des gendarmes mobiles armés de Famas.

D’autres ajoutent mĂȘme que le fait de vivre dans des zones de dĂ©linquance avĂ©rĂ©e et d’ĂȘtre un « petit » dĂ©linquant, est courant et parfaitement banalisé  et donc intĂ©grĂ© dans une sorte de normalitĂ© sociĂ©tale ! Le lien entre dĂ©linquance de droit commun et terrorisme est Ă©galement tranquillement reconnu par nos Ă©lites. « Rien d’anormal » (sic). Tel est le diagnostic entendu tel quel sur la plupart de nos mĂ©dias nationaux et donc le reflet de notre intelligentsia dirigeante.

À travers ces formules atterrantes, c’est l’acceptation d’une dĂ©linquance gĂ©nĂ©ralisĂ©e dans des zones d’immigration de plus en plus nombreuses et la minimisation de cette dĂ©linquance « normalisĂ©e » : agressions, drogue, vol
 la routine en quelque sorte. Et lorsque Éric Zemmour avait osĂ© affirmer une vĂ©ritĂ© que tout le monde connaĂźt, Ă  savoir que 70 % des prisonniers « français » sont d’origine immigrĂ©e et consommateurs de drogues diverses, il a Ă©tĂ© condamnĂ© par la justice.

Le mythe Ă©lectoraliste de Sarkozy, en son temps, de « tolĂ©rance zĂ©ro » est une plaisanterie inapplicable dans le contexte idĂ©ologique qui est le nĂŽtre, avec d’autres pays europĂ©ens d’ailleurs.

Dans ces conditions on ne peut pas surveiller tous les « Français » d’origine immigrĂ©e, Ă  nationalitĂ© française ou double nationalitĂ© ou mĂȘme de leur nationalitĂ© d’origine, susceptibles de se muer en terroristes. Bien sĂ»r. Mais qui se demande comment juguler cette « petite » dĂ©linquance (comprendre dĂ©linquance « acceptable » ), Ă  base de dealer, et foyer terroriste idĂ©al, sĂ»re d’une impunitĂ© proclamĂ©e par nos Ă©lites elles-mĂȘmes ? Il y a des solutions radicales Ă  opposer aux radicaux du terrorisme et de la dĂ©linquance, mais que personne ne veut mettre en Ɠuvre. Droits de l’Homme obligent. Au prix de combien de morts ?

Outre Atlantique, la mĂȘme bonne conscience « à l’amĂ©ricaine » proteste violemment contre les armes Ă  feu qui provoquent 30 000 morts par an aux USA. Jeunesse en tĂȘte. Cette mĂȘme jeunesse droguĂ©e Ă  70 % (ce sont les statistiques qui le disent) depuis l’herbe jusqu’aux substances chimiques les plus sophistiquĂ©es qui, elles, font 70 000 morts par an aux USA. Magie et manipulation idĂ©ologique des chiffres ! En interdisant les armes Ă  feu, il y aura peut-ĂȘtre une baisse des morts. Sera-t-elle d’ailleurs vraiment significative ?

En revanche il y aura toujours de plus en plus de morts par overdose (on est passĂ© de 10 000 à 70 000 en dix ans !) sans que cela n’émeuve la « belle » jeunesse gĂ©nĂ©reuse amĂ©ricaine qui pourra continuer Ă  se droguer paisiblement. Mieux : certains États US lĂ©galisent le cannabis
 pour accĂ©lĂ©rer le mouvement. Pourquoi alors cette haine rĂ©currente contre le lobby des armes Ă  feu ? Si la justification ne repose pas dans la dangerositĂ©, on l’a vu, les prioritĂ©s sont ailleurs, sur quoi repose-t-elle alors sinon dans une volontĂ© politique et idĂ©ologique ?

Enfin, le discours martelĂ© sur la Russie consiste Ă  mettre en avant la reprise de la lutte de Vladimir Poutine contre l’Occident. Poutine est prĂ©sentĂ© comme un dangereux ennemi, et agresseur, de l’Occident. Curieux message guerrier et procĂšs d’intention destinĂ© Ă  remobiliser les bonnes consciences contre un rĂ©gime que l’on s’efforce d’assimiler habilement Ă  celui de l’ex-URSS, avec tous les sortilĂšges et les mĂ©moires qui lui sont attachĂ©s. La manipulation idĂ©ologique frappe ici comme dans bien d’autres domaines. Le malheur de Poutine est de mener des politiques que l’« Occident » rĂ©prouve au nom de valeurs que ce mĂȘme Occident ne respecte pas lui-mĂȘme, mais veut imposer avec grandiloquence aux autres. Le prĂ©texte est grossier mais risque de porter sur une partie au moins des opinions dĂ©sinformĂ©es.

L’union des intĂ©rĂȘts entre l’Europe et la Russie s’éloigne encore, de la volontĂ© des idĂ©ologues occidentaux qui mettent tout en Ɠuvre pour rejeter une Russie dont les valeurs ne plaisent pas.

Trois exemples d’actualitĂ© qui montrent, si besoin Ă©tait, l’hypocrisie et les manipulations de la bonne conscience dominante occidentale pour mener les peuples Ă  un asservissement de plus en plus prĂ©gnant et irrĂ©versible sous le poids d’une immigration bĂ©atement applaudie pour une mixitĂ© gĂ©nĂ©ralisĂ©e et dĂ©sirĂ©e, Ă  n’importe quel prix. Sous le poids des drogues et de citoyens dĂ©sarmĂ©s volontairement fragilisĂ©s. Sous le poids d’alliances comme d’ostracismes contre nature et contre les intĂ©rĂȘts de nos peuples.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "La dĂ©mocratie interdite", "Les grands enjeux du XXIe siĂšcle" et "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse"

Articles similaires