Il paraĂźt que le dĂ©bat des prochaines Ă©lections europĂ©ennes va s’articuler autour d’un choix qui opposerait les EuropĂ©istes, libres-Ă©changistes, mondialistes, ultralibĂ©raux, droits-de-l’hommiens, cosmopolites, d’une part, aux Populistes, nationalistes, anti-europĂ©ens, illibĂ©raux, anti-immigrationistes, d’autre part. Les premiers reprĂ©senteraient l’avenir de l’intelligence rĂ©vĂ©lĂ©e et la VĂ©ritĂ©, les seconds, l’expression d’une populace primaire et le Mensonge.

elections_europeennes_2019_regionalistes_hors_course

Jusque-lĂ , tout est clair. M. Macron, discrĂštement soutenu par l’ectoplasme merkelien, contre l’Italie, la Pologne, la Hongrie, la TchĂ©quie, la Slovaquie et 20 % Ă  30 % des autres peuples europĂ©ens. Quant Ă  la Grande Bretagne on n’en parle plus. Qu’elle retourne dans son Ăźle !

À cĂŽtĂ© de cette dichotomie politique, survivent en vrac l’ex-gauche sociale-dĂ©mocrate ou socialiste et l’ex-droite, divisĂ©e, atomisĂ©e, tous en proie Ă  tous les doutes et incapables de se positionner clairement face aux mutations des peuples et des sociĂ©tĂ©s europĂ©ens : EuropĂ©ens ? Oui, mais
 IdentitĂ©s ? Oui, mais
 Souverainistes ? Oui, mais
 Immigration ? GĂ©nĂ©rositĂ© oui
 mais quand mĂȘme


Bref on n’y comprend rien. Restent les Écologistes qui n’ont de « vert » que ce qu’ils n’ont pas de « rouge » et qui proclament une Ă©cologie politique qui exclut tous ceux qui ne seraient pas « de gauche » dans une confusion suicidaire. Mais ils progressent encore pour ĂȘtre une force d’appoint de gouvernements socio-dĂ©mocrato-europĂ©istes aux abois qui n’ont plus qu’eux comme alliĂ©s potentiels pour se maintenir au pouvoir face Ă  la montĂ©e des populismes.

La question qui se pose alors est celle de la pertinence d’un « systĂšme populiste » face Ă  certaines critiques qui lui sont adressĂ©es. Si on peut comprendre la remise en cause d’un État dit « de droit » qui est devenu le prĂ©texte des injustices ; la volontĂ© de proclamer des identitĂ©s nationales en perdition face Ă  une vague peu Ă  peu submersive en nombre et dans les idĂ©es ; le rappel de la souverainetĂ© populaire face aux puissances technocratiques et financiĂšres ; l’arrĂȘt d’une « gĂ©nĂ©rosité » immigrationniste fragilisant les Ă©quilibres prĂ©caires europĂ©ens, il en va autrement sur le sujet dirimant des nationalismes.

La principale critique de fond faite, par leurs adversaires, aux populismes, repose sur un « repli » des nations Ă©tatiques europĂ©ennes, repli dangereux face Ă  un monde constituĂ© de grandes puissances (USA, Chine) ou de puissances spĂ©cifiques comme la Russie ou le Japon et d’autres pays agressifs ou menaçants Ă©conomiquement ou mĂȘme politiquement. Chaque pays d’Europe, sauf l’Allemagne peut-ĂȘtre, ne pĂšse pas grand-chose face Ă  des gĂ©ants aux objectifs impĂ©rialistes ou dĂ©stabilisants. Comment s’imaginer que la petite Hongrie peut avoir une place diplomatique, Ă©conomique ou politique dans le monde d’aujourd’hui ?

La critique est juste et permet d’apporter la rĂ©ponse la plus pertinente mais la moins reprĂ©sentĂ©e ou dĂ©fendue par tous les partis politiques europĂ©ens audibles. S’il est possible d’aborder des questions trĂšs perturbantes pour nos habitudes socio-Ă©conomiques, de vouloir tout chambouler dans une Europe financiaro-technocratique « plus forte », de prĂ©voir des mesures quasi-rĂ©volutionnaires lorsque ce sont les EuropĂ©istes ultralibĂ©raux qui les avancent sans complexe, il en va tout autrement s’il s’agit d’avancer d’autres idĂ©es tout aussi rĂ©volutionnaires par ailleurs. Et notamment celle qui consiste Ă  soutenir les « Populistes » pour l’ensemble des concepts qu’ils dĂ©fendent sauf celui qui est toutefois l’essentiel de leur dĂ©finition : le « national-populisme ».

Le nationalisme n’est sĂ»rement pas la solution d’avenir pour la survie de l’Europe qu’il convient, au contraire, de crĂ©er en lui donnant des frontiĂšres et des identitĂ©s puissantes, qui passent par la crĂ©ation d’un vĂ©ritable État europĂ©en fĂ©dĂ©ral. Mais sans les États du 19e siĂšcle, et avec des rĂ©gions identitaires et charnelles qui en constituent la moelle nourriciĂšre indispensable.

Construire l’Europe est une nĂ©cessitĂ© vitale et urgente. Mais pas l’Europe de l’UE, pas celle des financiers ultralibĂ©raux, pas celle de l’accueil de toutes les migrations, pas celle d’une Ă©cologie punitive, politisĂ©e et contre nature, pas celle des souverainetĂ©s limitĂ©es, timorĂ©es, bancales et surtout dangereuses ; une Europe des peuples rĂ©gionalisĂ©e et unie par un instinct de survie de ses valeurs pour devenir la premiĂšre puissance du monde, elle qui possĂšde dĂ©jĂ  le premier PIB du monde et qui abrite plus de 500 millions d’habitants.

Les populismes nationaux ne peuvent constituer qu’une premiĂšre, et rapide, Ă©tape vers une Europe libĂ©rĂ©e des carcans nationalistes dĂ©passĂ©s et suicidaires. Mais la pensĂ©e qui les sous-tend en constitue une grave limite inquiĂ©tante. Le seul combat qui importe donc aujourd’hui est celui d’un « europĂ©o-populisme » face, ou, Ă  cĂŽtĂ©, de « nationaux-populismes » qu’il faut faire Ă©voluer.

La vĂ©ritable rĂ©volution rĂ©demptrice de l’Europe n’est pas celle de M. Macron ou de Mme Merkel avec toutes les Ă©lites qui soutiennent avec une conviction servile leur idĂ©ologie destructrice.

La vĂ©ritable rĂ©volution passe par la disparition des coquilles creuses que sont devenus les États et leur remplacement par des rĂ©gions identitaires fortes dans une Europe identitaire, fiĂšre, puissante et respectĂ©e. Toutes choses qui ne peuvent que dĂ©plaire Ă  l’arbitre du monde occidental que sont les USA et qu’il ne faudrait surtout pas inquiĂ©ter.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires