Mes petits-enfants me font honte.

Figurez-vous que l’un d’eux envisage une carriĂšre militaire et que son cadet n’aspire Ă  rien d’autre que devenir sapeur-pompier. Quand je me hasarde Ă  leur demander l’origine de ces vocations douteuses, vous en conviendrez aisĂ©ment, ils me rĂ©pondent par un simple mot incomprĂ©hensible en ce troisiĂšme millĂ©naire balbutiant : « Servir ! »

L’une de leurs sƓurs est aujourd’hui infirmiĂšre pour la mĂȘme raison. Mais qui a pu leur mettre de telles idĂ©es en tĂȘte ?

Quant Ă  leur aĂźnĂ©e, elle vient de se fiancer avec un indigĂšne, blond aux yeux bleus. Elle m’annonce leur mariage en dĂ©cembre prochain comme si une union libre Ă  durĂ©e limitĂ©e, voire Ă  temps partiel, ne ferait pas l’affaire. Un concubin (voire kosovar) ne suffirait-il pas Ă  combler sa solitude ? Qui plus est, les deux nigauds prĂ©tendent fonder une famille pour avoir tout plein d’enfants. Est-ce bien raisonnable pour une femme (bac+ x, y, z), de sacrifier, en mĂȘme temps qu’une carriĂšre, une libertĂ© chĂšrement acquise par ses aĂźnĂ©es.

Famille inuit.

Famille inuit.

J’aurais dĂ» me douter de pareils dĂ©voiements quand leurs parents les ont confiĂ©s Ă  une secte de scouts dont ils se sont entichĂ©s au point d’en ĂȘtre encore, malgrĂ© l’ñge venu, des adeptes aussi fervents que prosĂ©lytes.

Mais qu’ai-je fait aux puissances tutĂ©laires europĂ©ennes pour me voir infliger une telle punition ? Ai-je vraiment mĂ©ritĂ© d’entendre mes rejetons sous influence, invoquer la France et son histoire, la dĂ©fense de la Patrie ou, pis encore, la pratique de la charitĂ© et de la loyautĂ©. Vertus surannĂ©es si l’on admet que, en ce monde sans frontiĂšres, hĂ©rissĂ© de totems des droits de l’Homme (au singulier), charitĂ© commence et finit par soi-mĂȘme. Quant Ă  la loyautĂ©, comment pourrait-elle bĂ©nĂ©ficier Ă  un systĂšme ou Ă  des individus qui ne la pratiquent pas eux-mĂȘmes.

Comment faire tomber des yeux de ces enfants manipulĂ©s, ces ƓillĂšres qui les empĂȘchent de dĂ©couvrir et de goĂ»ter aux fruits du mondialisme et du multiculturalisme que nous prĂ©sentent Ă  toute heure, nos mĂ©dias intercesseurs ? Comment peuvent-ils mĂ©priser ces rĂ©unions de familles recomposĂ©es et multiculturelles qu’ils nous proposent Ă  profusion ? Comment peuvent-ils contester les bienfaits de ce cosmopolitisme fusionnel qui permet de vivre en harmonie au sein de l’édifiant village planĂ©taire, seul garant possible de la paix et de la sĂ©rĂ©nitĂ© pour tous ?

À l’écart de ce dernier, comment pourraient-ils apprĂ©cier, simple exemple, ces nouveaux symboles de la gastronomie universelle auxquels communient les gĂ©nĂ©rations nouvelles, dĂ©sormais libĂ©rĂ©es des lourdeurs des cuisines traditionnelles ? Pourquoi ne goĂ»tent-ils pas aux saveurs fĂ©dĂ©ratrices des hamburgers vĂ©gans scandinaves, des wraps thaĂŻlandais, des tacos auvergnats, des burritos mauritaniens, des nachos bavarois, des kebabs islandais, des falafels maoris, des pitas acadiennes et autres hot-wings burkinabĂ©es ? Serait-ce le dernier de leur sushi ?

N’est-ce pas pourtant, par la grĂące de ces cuisines exotiques, que le Français enfin dĂ©barrassĂ© de sa rĂ©putation peu flatteuse de mangeur de grenouilles, n’est plus coiffĂ© de ce bĂ©ret ridicule qui en faisait la risĂ©e des esprits libres et autres citoyens du monde ? Il ne brandit plus cette baguette de pain aussi discriminante que les crĂ©celles des lĂ©preux de naguĂšre.

Comment ma malheureuse progĂ©niture peut-elle ignorer cette existence dĂ©complexĂ©e, prĂŽnĂ©e par les innombrables messages audiovisuels dans lesquels des couples mĂ©tissĂ©s ou homosexuels devraient pourtant Ă©clabousser de leur joie de vivre, le quotidien encore bien terne d’individus obtus, asservis par un obscurantisme malĂ©fiquement instillé ? Pourquoi rĂ©pugne-t-elle Ă  plonger dans l’onde bienfaisante de ces ruisselets qui irriguent notre sociĂ©tĂ© enfin libĂ©rĂ©e ? Les publicitaires, souvent prophĂštes de nos lendemains enchantĂ©s, ne s’y trompent d’ailleurs pas. Ils exploitent sans complexe ces points de fuite et ces lignes de force qui gomment l’image du couple judĂ©o-chrĂ©tien ringard, pour lui substituer celle, beaucoup plus sĂ©duisante, du couple enfin dĂ©barrassĂ© de toute contrainte ethnique, religieuse ou « gendrique » (c’est tout chaud, Ă  peine sorti des forges du nĂ©ologisme sociĂ©tal).

Que puis-je attendre de pire de ma descendance ? Une vocation religieuse ? Une candidature Ă  une Ă©lection quelconque avec l’investiture de « Debout la France » ? Une Ă©lection Ă  l’AcadĂ©mie française ?

Et toutes ces questions, sans réponses rationnelles, alimentent mon impuissance devant un tel désastre


N’ai-je donc tant vĂ©cu que pour cette infamie ?

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99