L’annĂ©e 2017 sera celle de la dĂ©mocratie dĂ©bridĂ©e en Europe. Du Liechtenstein le 5 fĂ©vrier Ă  la RĂ©publique tchĂšque le 20 octobre, ce seront 28 Ă©lections prĂ©sidentielles, lĂ©gislatives, rĂ©gionales ou par voie de rĂ©fĂ©rendum, qui seront tenues en Europe. Sans compter l’Italie qui souhaite anticiper ses Ă©lections lĂ©gislatives de 2018 en mĂȘme temps que les Ă©lections allemandes (dixit Mateo Renzi) du 24 septembre !

Quelle dĂ©bauche dĂ©mocratique encore jamais vue en Europe, comme si la course aux consultations Ă©lectorales pouvait rĂ©soudre les problĂšmes et problĂ©matiques qui secouent l’Europe avec de plus en plus d’acuitĂ©. En outre, les rĂ©sultats d’élections parfois rĂ©pĂ©tĂ©s laissent des États sans possibilitĂ© de gouvernement : l’Irlande sans gouvernement depuis mars, les Pays-Bas dont les nĂ©gociations d’aprĂšs Ă©lections n’en finissent pas, la Grande-Bretagne avec une PremiĂšre ministre fragilisĂ©e et contestĂ©e. Ailleurs, des coalitions gouvernementales hĂ©tĂ©roclites sont constituĂ©es, parfois avec les partis dits « populistes » en progression dans la plupart des pays europĂ©ens (Bulgarie, NorvĂšge, Finlande, Pologne). Enfin, la hausse gĂ©nĂ©rale du « parti des abstentionnistes » complĂšte le panorama de la rĂ©alitĂ© dĂ©mocratique en Europe (comme aux USA, « pĂšre de la dĂ©mocratie » d’ailleurs).

Devant une telle situation de l’Europe, on ne peut que rester rĂȘveur ou sceptique sur les ressorts et les finalitĂ©s des consultations dĂ©mocratiques : Ă©lections Ă  rĂ©pĂ©tition, abstention, reprĂ©sentativitĂ© mĂ©diocre et dĂ©calĂ©e, coalitions prĂ©caires, les pays europĂ©ens sont dĂ©stabilisĂ©s sur fond de dĂ©gradation Ă©conomique et sociale et de mondialisation inadaptĂ©e aux structures de l’Europe et dans laquelle les pays europĂ©ens s’embourbent. Sauf l’Allemagne qui surnage grĂące Ă  sa position dominante en Europe dont elle affaiblit encore les Ă©conomies par son hĂ©gĂ©monie.

Que valent alors des Ă©lections politiques quand les puissances internationales Ă©conomico-financiĂšres sont devenues Ă  part entiĂšre les vĂ©ritables dirigeantes des peuples europĂ©ens (et d’une grande partie du monde aussi).

La mĂ©diocritĂ© dĂ©mocratique ne peut que les rĂ©jouir et donc ne troubler vraiment personne malgrĂ© les larmes de crocodiles abondamment versĂ©es par nos Ă©lites. Le matraquage dĂ©mocratique est en rĂ©alitĂ© la traduction en forme de trompe-l’Ɠil d’une survivance de la souverainetĂ© populaire affirmĂ©e depuis plus de mille ans et traduite comme un dogme par la philosophie politique. La culture de l’« immĂ©diateté », le culte de l’« apparence » et de l’« image », des « slogans » simplificateurs, le triomphe de l’individualisme, ont fait de la dĂ©mocratie un dĂ©cor de carton-pĂąte, et des peuples europĂ©ens des villages Potemkine du XVIIIe siĂšcle.

Trop de dĂ©mocratie apparente tue la dĂ©mocratie rĂ©elle. L’Europe lĂ©gale n’est pas l’Europe rĂ©elle. D’autant qu’il faut superposer Ă  ces contextes nationaux dĂ©voyĂ©s, le parangon moderne de la dĂ©mocratie reprĂ©sentĂ© par l’Union EuropĂ©enne, autre Ă©talage des distorsions fondamentales entre les peuples et les Ă©lites europĂ©ennes qui cherchent Ă  se « rĂ©former pour mieux rĂ©pondre aux aspirations des peuples », paraĂźt-il
 Il faut comprendre ici une nouvelle dĂ©marche de travestissement dĂ©mocratique constituant un nouvel Ă©cran de fumĂ©e suffisamment convaincant (on compte sur la presse europĂ©enne pour le valoriser) pour gagner du temps par une piqĂ»re de rappel d’anesthĂ©sie populaire.

« Élections, piĂšge Ă  cons » proclamaient les slogans de mai 1968 : « Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours », Ă©crivait Lamartine. Rien n’a changĂ©. Au contraire.

 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Son dernier livre paru est "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse" aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires