par François Celier (Conseiller National du Comité de pilotage « Volontaires Pour la France ». Chargé des Relations Internationales)

Conversant avec un ami analyste sur la rĂ©sistance française, une rĂ©flexion nous conduisit Ă  la dĂ©finir comme un mouvement de « Gardiens de la MĂ©moire ».La France est prise d’assaut de nos jours par des hordes de damnĂ©s, sans foi ni loi, si ce n’est l’idĂ©ologie mystique de s’en emparer.

La France est riche de son histoire brillante et de sa terre accueillante.

Outre ses talents et son gĂ©nie, elle peut s’enorgueillir de la premiĂšre

dĂ©claration des droits de l’homme et du citoyen, reprise en 1948 dans la DĂ©claration Universelle des Nations Unies, avec quatre libertĂ©s fondamentales : libertĂ© d’expression, libertĂ© de religion, libertĂ© de vivre Ă  l’abri du besoin et libertĂ© de vivre sans peur.

Jadis souveraine, elle est de nos jours confrontĂ©e Ă  l’afflux massif de populations Ă©trangĂšres qui ne veulent pas de nos us et coutumes et contraintes sociĂ©tales. La menace qui en dĂ©coule l’oblige Ă  dĂ©ployer des moyens humains et financiers ruineux, comparables au coĂ»t d’une guerre civile, afin de vaincre ces envahisseurs Ă©trangers mĂ©tamorphosĂ©s en force d’occupation.

DĂ©pourvues d’une volontĂ© opĂ©rationnelle offensive adaptĂ©e Ă  leurs attaques brutales et protĂ©iformes, les autoritĂ©s politiques tentent d’y rĂ©pondre par un principe de laĂŻcitĂ© rĂ©publicaine qui sera vite, telle une ligne Maginot virtuelle de dĂ©marcation, violĂ©e et bafouĂ©e, au nom de leur idĂ©ologie criminelle agressive.

La conjonction des conflits internationaux, l’ampleur du dĂ©litement de ses structures Ă©tatiques et de ses pouvoirs rĂ©galiens n’ont pu empĂȘcher que ces populations importent avec elles leurs maux et leurs conflits inhĂ©rents, prenant en otage les pays qui les avaient accueillis. Leurs guerres extĂ©rieures sont devenues nos guerres intĂ©rieures par la voie du terrorisme.

Ces envahisseurs musulmans arabo-africains expĂ©rimentĂ©s, usent de ruse rampante, d’un phagocytage progressif tactique, d’un communautarisme mĂ©tastatique et de violences moyenĂągeuses.

DĂšs lors, la France plonge en sidĂ©ration, se retrouve bĂąillonnĂ©e par des droits de l’homme inadaptĂ©s, s’endeuille du sang de ses citoyens, perpĂ©trĂ©s par des « s’en-foutent-la-mort » au nom d’un dieu barbare. BernĂ©e et impunĂ©ment massacrĂ©e, une partie de la France se rebelle pour dire : ça suffit ! Une partie de son Ăąme a dĂ©cidĂ© de rĂ©agir, de rĂ©animer son bon sens jusque-lĂ  assommĂ© de dĂ©sinformations mĂ©diatico-politiciennes et d’activer son instinct de survie.

Sourde aux dĂ©clarations de politiciens singeant des menteries sur les podiums et les Ă©crans, cette France qui se rĂ©veille refuse de se voir humiliĂ©e. Par ailleurs, elle ne veut plus se soumettre aux directives europĂ©ennes bureaucratiques, imposĂ©es par 27 pays incompĂ©tents, nantis d’une plĂ©thore de fonctionnaires politiquement nommĂ©s.

Telle une ArmĂ©e de l’ombre de 2016, dispersĂ©e en de nombreux Ăźlots d’insoumis, la France historique des Martel, d’Arc et de Moulin entre en rĂ©sistance patriotique avec le devoir de retrouver la fiertĂ© d’ĂȘtre fidĂšle Ă  sa geste insurrectionnelle, Ă  ses hauts faits d’armes de jadis, Ă  son brillant patrimoine intellectuel et son gĂ©nie crĂ©atif. Chaque français de souche et de cƓur se doit d’en ĂȘtre redevable pour l’avenir des gĂ©nĂ©rations futures.

D’oĂč la levĂ©e des « Volontaires pour la France », des « Gardiens de la MĂ©moire » et d’innombrables autres groupes d’insoumis. Pour rendre la parole Ă  l’ensemble du peuple français, ils sont prĂȘts Ă  faire la guerre de l’ombre pour rĂ©tablir nos libertĂ©s rĂ©publicaines. Cela nĂ©cessite un nouvel État de Droit par les urnes, un État nettoyĂ© de ses corruptions et de ses lĂąchetĂ©s, pour recouvrer l’honneur de servir, de s’allier avec des pays de « l’Europe Ă  l’Oural » pour une collaboration militaire, Ă©conomique et sociale.

Au prix de la libĂ©ration de cette invasion barbare, la France retrouvera son Ăąme et sa grandeur. Nos vies, celles de nos enfants, notre honneur et notre libertĂ© chĂ©rie sont en jeu. DĂ©fendons-les ! Chassons hors de nos frontiĂšres ces Sarrasins relookĂ©s jihadistes ! Nous devons reconquĂ©rir notre libertĂ© avec furia car « Si je t’oublie, ĂŽ douce France, Que ma main droite se dessĂšche ! Que ma langue s’attache Ă  mon palais, Si je perdais ton souvenir, Si je ne mettais en toi toute ma joie, ĂŽ ma belle et douce France ! »

Humbles et courageux supplĂ©tifs de nos armĂ©es conventionnelles, marine, armĂ©es de terre et aĂ©rienne, n’ayons pour seul bagage moral que notre foi patriotique et nos valeurs de loyautĂ© et de justice. Entrons dans l’ArmĂ©e de l’ombre, pour l’amour de nos enfants, hĂ©ritiers lĂ©gitimes de notre pays bien-aimĂ©.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.