En ces temps de persĂ©cutions tous azimuts, qui s’étonnera du bannissement du cochon de noble origine, boutĂ© comme un malpropre, hors de trop nombreuses cuisines de collectivitĂ©s ? On regrettera toutefois l’absence d’un quelconque avocat, commis d’office ou non, pour le soutien de sa cause. Elle pourrait pourtant ĂȘtre incisive, la dĂ©fense d’un cochon ! Qui osera rĂ©habiliter cet animal combien altruiste ? En effet, plus que tout autre et depuis des millĂ©naires, il fait don de sa personne Ă  notre pays. Beaucoup moins ingrate que ses reprĂ©sentants, la France profonde ne fĂȘte-t-elle pas encore ce vĂ©nĂ©rable animal, Ă  l’occasion des rĂ©jouissantes agapes de la « Saint Cochon » !

2019, l'année du cochon.

2019, l’annĂ©e du cochon.

Ne dit-on pas que dans le cochon tout est bon. Et qui contesterait l’usage intĂ©gral qui en est fait dans l’alimentation bien sĂ»r, de ses pieds jusqu’à ses oreilles, mais encore dans la pharmacologie, la cosmĂ©tique, la brosserie, la peausserie, la boyauderie ?


Comment ne pas Ă©voquer le rĂŽle Ă©cologique de ce glouton capable d’avaler tous ces dĂ©chets alimentaires qui, sans lui, s’accumoncellerait (terme typiquement morvandiau) dans les poubelles des cantines de la France entiĂšre ? À preuve du contraire, on n’engraisse pas les cochons Ă  l’eau claire. LĂąchĂ© par exemple, dans les sous-bois politiciens, il les dĂ©barrasserait des glands qui s’y entassent.

Le cochon, un gastronome trop souvent ignoré ! Mais oui ! Existe-t-il un titre plus noble que celui de « cochon truffier » ?

Oublierait-on son rĂŽle juridique dans les tractations commerciales de nos pĂšres, topant un accord d’un tonitruant « Cochon qui s’en dĂ©dit », quasi irrĂ©fragable ?

Que penser de cette rĂ©jouissante convivialitĂ© qu’il incarne lorsqu’il est dit de deux individus qu’ils sont copains comme cochons ? D’ailleurs que chantions-nous Ă  l’issue d’un repas de corps bien arrosé ? Les vertus pour le moins originales d’une certaine donzelle qui ne devait rien Ă  Proust : « Madeleine a les mollets ronds et les pieds de cochon, Marie Dondaine, et les pieds de cochon, Marie Dondon. »

Vous noterez que dans notre pays de grande culture que caractérisent les nuances les plus subtiles, il a des pieds et non des pattes.

Avez-vous encore conscience qu’aux yeux des enfants, il est l’animal le plus familier comme le plus sympathique de la terre. Qui les accueille sur son dos rondouillard, Ă  la faveur d’un tour de manĂšge ? Un chien ? Un chat ? Non, un brave cochon tout rose de plaisir Ă  l’idĂ©e d’en donner Ă  un gamin et au sourire malicieux joyeusement complice. Imaginez un instant un manĂšge sans cochon. Ce serait comme un problĂšme de gĂ©omĂ©trie sans figure, une partition musicale sans clĂ©, Wolfgang sans Amadeus, Strauss sans Kahn, Emmanuel sans Brigitte


Les Espagnols viennent de procĂ©der Ă  l’autodafĂ© de bon nombre de contes pour enfants, au motif qu’ils« discrimineraient » les petites filles. Faudra-t-il brĂ»ler les « Trois Petits Cochons » pour le prĂ©tendu sacrilĂšge qu’ils incarneraient ? À ce propos Plaute comme Hobbes ne s’y sont pas trompĂ©s en affirmant que seul l’homme est un loup pour l’homme. Pas Naf-Naf, Nif-Nif ou Nouf-Nouf.

Il est dit que dans le cƓur de tout homme sommeillerait un cochon. Mais savez-vous qu’il est, potentiellement, l’un des plus sĂ»rs animaux donneurs d’organes pour l’homme. Alors, si dans tout cƓur de cochon sommeillait la survie d’un ĂȘtre humain ? Reste, il est vrai, Ă  traiter le dĂ©licat problĂšme du rejet, Ă  l’image du greffon de « Debout la France » Ă  l’organisme Ă©grotant d’une droite unie. Mais qui vivra verrat.

Certes, cette brave bĂȘte souffre de la mĂ©prisable sinon sulfureuse rĂ©putation de son jumeau, le porc. J’en parlais rĂ©cemment avec un Ă©leveur belge, fournisseur de collectivitĂ©s parlementaires tant nationales qu’europĂ©ennes, un certain DĂ©dĂ© la Saumure. Les turpitudes de ces porcins ne sont plus Ă  souligner depuis que, chassĂ©s par JĂ©sus, les dĂ©mons se rĂ©fugiĂšrent dans l’un de leur troupeau.

Mais le cochon, ce compagnon si gĂ©nĂ©reux! Pas d’amalgame, je vous prie. AntispĂ©cistes de tout poil, de toute soie, qu’en pensez-vous ?

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Jean-Pierre Brun

NĂ© Ă  Souk Ahras, Jean-Pierre Brun a sillonnĂ© l’AlgĂ©rie. Il a rejoint l’ArmĂ©e SecrĂšte et s’est retrouvĂ© Ă  Paris au sein de l’OAS MĂ©tro Jeunes
 Il est l'auteur de plusieurs livres aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires