Certaines enquĂȘtes sont osĂ©es. Elles dĂ©voilent des pans entiers de la vie privĂ©e des vedettes du cinĂ©ma et de la variĂ©tĂ©. L’ancien ministre français des Affaires Ă©trangĂšres de 1997 Ă  2002, Hubert VĂ©drine, et son fils, Laurent, Ă©voquent, eux, l’énigmatique personnalitĂ© du Colonel Olrik dont l’ombre couvre la plupart des grands Ă©vĂ©nements du XXe siĂšcle.

Olrik ? Oui, le responsable du 13e Bureau de l’Empire Jaune fondĂ© au Tibet par des rescapĂ©s de la Division asiatique de Cavalerie du Baron von Ungern-Sternberg. L’homme qui essaya de s’emparer des secrets de la Grande Pyramide, qui explora l’Atlantide, qui fut la « Marque Jaune » et qui tenta de voler le collier de la reine Marie-Antoinette Ă  Paris !

Au terme de longues et patientes recherches souvent infructueuses, les VĂ©drine publient un premier bilan passionnant dans Olrik. La biographie non autorisĂ©e (Fayard, 2019, 220 p., 20 €). On y apprend que ce maĂźtre espion et grand criminel rencontre avant-guerre Edgar P. Jacobs qui, trĂšs impressionnĂ©, en fait l’adversaire principal du professeur Philip Mortimer et du capitaine Francis Blake. Les auteurs confirment aussi une entrevue avec le jeune rĂ©alisateur Ă©tatsunien George Lucas qui en tira pour la seconde trilogie de StarWars la figure Ă©minemment politique du Chancelier galactique Palpatine alias Dark Sidious, le futur Empereur des Sith !

NĂ© prĂšs de la Baltique au temps de la Russie tsariste, Olrik dont la mĂšre Ă©tait hongroise, aurait Ă©tĂ© proche des mouvements nationalistes d’Europe centrale. Puis ce gĂ©nie de la dissimulation aurait tour Ă  tour travaillĂ© pour la CIA, puis pour le KGB. On retrouve sa trace sur presque tous les continents. Il aurait mĂȘme vĂ©cu en Californie aux cĂŽtĂ©s des rĂ©alisateurs, des producteurs de cinĂ©ma, des acteurs cĂ©lĂšbres et de belles actrices en quĂȘte de gloire dont l’une d’elles lui donna sa fille unique, Julia.

MĂȘlant desseins gĂ©opolitiques et appĂąt du gain, Olrik serait Ă  l’origine du programme nuclĂ©aire pakistanais. Il aurait aussi permis Ă  la CorĂ©e du Nord de contourner l’embargo international afin de se doter de la dissuasion nuclĂ©aire. Les auteurs insinuent qu’au dĂ©but des annĂ©es 1960, leur sujet aurait rencontrĂ© un certain Lee Harvey Oswald. De lĂ  Ă  envisager que le cĂ©lĂšbre colonel, as de l’espionnage, ait tirĂ© sur JFK, les VĂ©drine ne s’avancent pas, mais le doute persiste


Cette « biographie non autorisĂ©e » d’Olrik demeure nĂ©anmoins insuffisante. On peut s’interroger comment un homme seul a-t-il pu survivre Ă  la traque de si nombreux services spĂ©ciaux. À moins qu’Olrik soit affiliĂ© Ă  une puissante organisation clandestine telle SPECTRE bien dĂ©crite par Ian Fleming ou encore Hydra vaincue naguĂšre par Captain America dans l’univers des comics de Marvel. Et si Olrik et le CrĂąne Rouge n’étaient qu’une seule et mĂȘme personne ? À d’autres fins limiers mi-journalistes mi-dĂ©tectives de poursuivre ces recherches afin de mieux cerner le parcours aventurier du Colonel Olrik.

Bonjour chez vous !

Olrik. La biographie non autorisĂ©e (Fayard, 2019, 220 p., 20 €).

Olrik. La biographie non autorisĂ©e (Fayard, 2019, 220 p., 20 €).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99