Que s’est-il passĂ© en Europe un mois de mai ? L’occasion de se rappeler ou de commĂ©morer les Ă©vĂšnements importants qui ont marquĂ© l’Histoire de l’Europe, dans sa grandeur autant que dans ses crises et ses malheurs.

Les fĂȘtes « nationales » tout d’abord :

AzerbaĂŻdjan : 28 mai 1918, date Ă  laquelle la premiĂšre RĂ©publique dĂ©mocratique indĂ©pendante d’AzerbaĂŻdjan a Ă©tĂ© fondĂ©e

GĂ©orgie : Pendant la guerre civile russe, le Conseil National gĂ©orgien dĂ©clare l’indĂ©pendance du pays, en proclamant « L’Acte d’IndĂ©pendance » Ă  Tiflis, le 26 mai 1918.

NorvĂšge : Le 17 mai, la NorvĂšge cĂ©lĂšbre sa fĂȘte nationale. Cette journĂ©e commĂ©more le jour de la signature de la premiĂšre Constitution de la NorvĂšge en 1814. Ce jour-lĂ , la NorvĂšge a Ă©tĂ© Ă©tablie comme État souverain et a gagnĂ© son indĂ©pendance par rapport Ă  l’autocratie danoise aprĂšs avoir Ă©tĂ© sous sa domination pendant quatre siĂšcles.

Pologne : La fĂȘte nationale polonaise a lieu le 3 mai en mĂ©moire de la premiĂšre Constitution, qui fut adoptĂ©e le 3 mai 1791. Cette date proclame la rĂ©daction de la constitution polonaise par les bourgeois et les nobles de la DiĂšte de 4 ans sous le gouvernement du dernier roi de Pologne et le Grand-duc de Lituanie Stanislas II. Ce fut la premiĂšre constitution en Europe

Europe : 9 mai

Mai a aussi vu dĂ©filer des Ă©vĂšnements majeurs pour l’Europe :

L’origine de la fĂȘte du 1er mai :

Le 1er mai français vient en rĂ©alitĂ© des États-Unis. Le 1er mai 1886, une grĂšve gĂ©nĂ©ralisĂ©e – suivie par prĂšs de 350 000 travailleurs – paralyse un nombre important d’usines outre-Atlantique. Les salariĂ©s rĂ©clament la journĂ©e de travail de 8 heures mais les patrons s’y opposent. La contestation est particuliĂšrement vive Ă  Chicago, dans l’Illinois. Le 3 mai, environ 10 000 ouvriers grĂ©vistes se massent devant les usines Mc Cormick pour protester contre les briseurs de grĂšve et les conspuer. La police charge alors la foule puis l’armĂ©e intervient, faisant 6 morts et de nombreux blessĂ©s. Le lendemain, un meeting de protestation rĂ©unit prĂšs de 150 000 personnes. La ville est en Ă©tat de siĂšge et une bombe explose tuant 15 policiers. Si les manifestants obtiennent gain de cause, le bilan est lourd avec plus de dix morts du cĂŽtĂ© des travailleurs.

Chicago, le 1er mai 1886. Une grÚve généralisée, suivie par 400.000 salariés paralyse un nombre important d'usines.

Chicago, le 1er mai 1886. Une grĂšve gĂ©nĂ©ralisĂ©e, suivie par 400.000 salariĂ©s paralyse un nombre important d’usines.

Trois ans aprĂšs les Ă©meutes de Chicago, en 1889, l’Internationale socialiste se rĂ©unit Ă  Paris et adopte le 1er mai comme « journĂ©e internationale des travailleurs ». Pour la petite histoire, en 1890, les manifestants arboraient un triangle rouge qui symbolisait leur triple revendication : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Mais l’insigne sera vite remplacĂ© par une fleur d’églantine
 avant de cĂ©der la place Ă  du muguet.

Mai 1428 : Jeanne d’Arc rencontre le futur Charles VII et entreprend de libĂ©rer OrlĂ©ans assiĂ©gĂ©e

31 mai 1434 : Mort de Ladislas II Jagellon Ă  GrĂłdek. Roi de Pologne par son mariage avec Edwige (1386), Grand-prince de Lituanie (1377-1392), il tenta d’établir avec Vytautas le Grand l’union entre les deux royaumes, alliance qui se concrĂ©tisa par une Ă©crasante victoire sur l’ordre des chevaliers teutoniques (1411).

20 mai 1442 : Christophe III du Danemark (1418-1448) accĂšde au trĂŽne de NorvĂšge. ProclamĂ© roi de Danemark le 9 avril 1440 puis roi de SuĂšde Ă  Arboga en octobre, couronnĂ© Ă  Oslo le 15 juin 1442, Christophe III opĂšre, de mĂȘme que son prĂ©dĂ©cesseur, la rĂ©union des trois royaumes scandinaves sous un mĂȘme souverain. La Scandinavie est unie.

Mai 1518 : Mort d’Arudj ReĂŻs, aussi connu sous son nom Barberousse, un corsaire turco-algĂ©rien. Il se fit notamment connaĂźtre pour ses actes de piraterie dans la MĂ©diterranĂ©e oĂč son courage et sa dĂ©termination lui permirent d’accroĂźtre le nombre de ses navires et de disposer d’une flotte assez puissante. LibĂ©rant la ville d’Alger de l’occupation espagnole en 1516, il devint pendant un temps gouverneur de cette ville, garantissant de facto la prĂ©sence ottomane dans le nord de l’Afrique.

17 mai 1642 : Fondation de MontrĂ©al. Paul Chomedey de Maisonneuve, fonde le village de Ville-Marie de MontrĂ©al, sur une Ăźle au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la riviĂšre des Prairies. En 1535, l’explorateur Jacques Cartier l’avait baptisĂ© « Mons realis » (« mont royal » en latin). En 1760, la ville se rendra Ă  la couronne britannique. Elle deviendra bien plus tard la deuxiĂšme ville francophone du monde, aprĂšs Paris.

11 mai 1696 : Mort de Jean de La BruyĂšre, auteur entre autres des cĂ©lĂšbres « CaractĂšres » rendant compte de l’état d’esprit de son siĂšcle.

1er mai 1707 : Union de l’Écosse et de l’Angleterre.

7 mai 1748 : Naissance de Marie-Olympe de Gouge, premiÚre « féministe », auteur de la « Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne », et anti-esclavagiste ; elle est guillotinée en 1793.

6 mai 1758 : Naissance de Maximilien de Robespierre, futur instigateur de la Terreur. Guillotiné en 1794.

10 mai 1760 : Naissance de Rouget de L’Isle, auteur du « chant de guerre pour l’armĂ©e du Rhin » et future Marseillaise. Il meurt en 1836 dans l’indigence.

15 mai 1768 : GĂȘnes cĂšde la Corse Ă  la France.

22 mai 1790 : Le dĂ©cret de « DĂ©claration de paix au monde » se constitue lors de la transition de rĂ©gime en France. PubliĂ© le 22 mai 1790, il est Ă©mis par l’AssemblĂ©e constituante qui refuse d’user de la force contre un peuple libre. O tempora ! O mores !

8 mai 1828 : Naissance d’Henri Dunant fondateur de la Croix Rouge en 1876 aprùs les horreurs de la bataille de Solferino en 1859.

20 mai 1834 : Mort du Marquis de Lafayette, symbole français de la Guerre d’IndĂ©pendance amĂ©ricaine en 1776.

18 mai 1845 : Abdication de Don Carlos en Espagne aprÚs la défaite de la premiÚre Guerre carliste en 1839 (les « Boinas rojas »)

15 mai 1848 : Les rĂ©volutionnaires Armand BarbĂšs, Auguste Blanqui, François Vincent Raspail et l’ouvrier Albert, suivis d’une foule de 50 000 personnes, investissent le palais Bourbon oĂč siĂšge l’AssemblĂ©e nationale. La manifestation tourne au coup d’État. Le gouvernement reprendra le dessus et arrĂȘtera les leaders. C’est la dĂ©faite du camp ouvrier et socialiste.

21 au 28 mai 1871 : Semaine Sanglante à Paris et fin de la Commune écrasée au prix de 20 000 morts, hommes, femmes, enfants par Adolphe Thiers.

16 mai 1877 : « Crise du 16 mai » qui mettra fin aux espoirs de restauration monarchique par Mac Mahon, et aboutira à son remplacement

1er mai 1891 : Le 1er mai 1891 est organisĂ©e une manifestation ouvriĂšre dans la ville de Fourmies, dans le Nord. Il s’agit de revendiquer la journĂ©e de huit heures et l’augmentation des salaires. La nuit prĂ©cĂ©dente, les patrons placardent la ville d’affiches signalant qu’aucune concession ne sera faite. Les manifestants font face au service d’ordre qui reçoit l’ordre de tirer sur la foule, tuant neuf personnes et en blessant trente-cinq.

26 mai 1896 : Couronnement de Nicolas II, dernier Tsar de Russie, massacrĂ© avec sa famille dans la maison Ipatiev en 1918 Ă  Ekaterinbourg et coulĂ© dans la chaux vive


4 mai 1907 : Fondation de l’UNEF (Union nationale des Étudiants de France)

12 mai 1926 : Le marĂ©chal Jozef Pilsudski renverse la dĂ©mocratie et Ă©tablit son pouvoir personnel. Le succĂšs de son coup d’État s’explique notamment par sa popularitĂ© depuis sa victoire sur les bolcheviks en 1920. Il veut purifier la Pologne par une « dictature morale ».

Mai 1936 : La grande rĂ©volte arabe de 1936-1939 dĂ©buta en mai 1936, en Palestine mandataire alors dirigĂ©e par les Britanniques. Les Arabes palestiniens souhaitaient la crĂ©ation d’un État indĂ©pendant, et stopper la vague d’immigration juive dans le pays. L’adoption du livre blanc par les Britanniques impose, entre autres, l’arrĂȘt de l’immigration juive en Palestine. O tempora ! O mores !

Mai 1937 : Largo Caballero, jusqu’alors prĂ©sident rĂ©publicain, est remplacĂ© par le socialiste Juan NegrĂ­n. Une politique est mise en place contre les rĂ©volutionnaires nationalistes pour endiguer la guerre civile espagnole. AidĂ© par les communistes, le gouvernement exĂ©cute aussi bien les phalangistes que les trotskistes (POUM). Ce nouveau gouvernement prendra place Ă  Barcelone.

8 mai (ou 9 mai pour l‘URSS) 1945 : Fin (thĂ©orique) de la Seconde Guerre mondiale sur les ruines de Berlin.

9 mai 1950 : Le ministre des Affaires Ă©trangĂšres Robert Schuman lance l’idĂ©e d’une CommunautĂ© europĂ©enne du charbon et de l’acier (CECA). Ce plan mis au point par Jean Monnet, a notamment reçu le soutien de l’Italien Alcide de Gasperi et de l’Allemand Konrad Adenauer. Il amorce le rapprochement franco-allemand et jette les bases de la future Union europĂ©enne. Schuman sera surnommĂ© « le pĂšre de l’Europe ». Et de quelle Europe ! On s’en rĂ©jouit encore


14 mai 1955 : L’Albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la RDA, la Roumanie, l’URSS et la TchĂ©coslovaquie signent un pacte militaire Ă  Varsovie. Ce pacte d’amitiĂ© et d’assistance mutuelle est conçu comme une riposte Ă  l’intĂ©gration de la RFA, rĂ©armĂ©e, aux forces de l’Organisation du traitĂ© de l’Atlantique Nord (OTAN) crĂ©Ă©e en 1949 par les Occidentaux. Il concrĂ©tise l’opposition entre les deux blocs Est et Ouest.

13 mai 1958 : RĂ©volte des Français d’AlgĂ©rie. Le discours de de Gaulle du 4 juin (« Je vous ai compris ») du balcon du gouvernement gĂ©nĂ©ral d’Alger restera dans les mĂ©moires comme un chef-d’Ɠuvre d’hypocrisie politique et un malheur irrĂ©parable pour un million de Français bernĂ©s.

15 mai 1991 : Édith Cresson premiùre femme (et derniùre
) Premier ministre de François Mitterrand (10 mois)

29 mai 2005 : Les Français rejettent le projet de Traité constitutionnel européen par 55 %. Un exemple de démocratie foulée aux pieds.

Rendez-vous en juin pour en connaütre l’histoire et ses vicissitudes


EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99