Notre RĂ©publique est sourcilleuse des droits de l’homme et plus souvent dĂ©sormais des droits de l’étranger
 mais ce n’est pas toujours forcĂ©ment du goĂ»t de tous. Parfois la rĂ©volte vient mĂȘme de militants politiques les plus inattendus ! Exemple en Martinique oĂč l’on ne sait plus trĂšs bien Ă  quel hĂ©ros se vouer ces temps-ci.

Des manifestants n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  s’en prendre Ă  la sacro-sainte statue de Victor SchƓlcher, Ă©rigĂ©e sur la place du Palais de justice de Fort-de-France
 et pas des militants de cette droite dite extrĂȘme auxquels les mĂ©dias toujours bien dĂ©sinformĂ©es auraient pu s’attendre, non ! des manifestants
 anti-hĂ©ritage colonial ! Qui l’ĂȘut crû ?

Statue vandalisĂ©e de Victor SchƓlcher, Ă©rigĂ©e sur la place du Palais de justice de Fort-de-France.

Statue vandalisĂ©e de Victor SchƓlcher, Ă©rigĂ©e sur la place du Palais de justice de Fort-de-France.

Victor SchƓlcher, rappelons-le, est ce dĂ©putĂ© de la Martinique (1871-1875), puis sĂ©nateur inamovible (1875-1893) restĂ© dans l’Histoire pour son engagement en faveur de l’abolition de l’esclavage. ClassĂ© Ă  l’extrĂȘme-gauche de l’échiquier politique, il fut Ă©galement membre du Grand Orient de France dont il sera toutefois exclut pour avoir soutenu un courant interne minoritaire.

On se demande bien alors ce que ces « manifestants anti-hĂ©ritage colonial » peuvent lui reprocher, pourquoi « SchƓlcher n’est pas (leur) sauveur » 

Parce qu’il aurait Ă©crit, au tout dĂ©but de son engagement contre l’esclavage, que « les nĂšgres, sortis des mains de leurs maĂźtres avec l’ignorance et tous les vices de l’esclavage, ne seraient bons Ă  rien, ni pour la sociĂ©tĂ© ni pour eux-mĂȘmes » et qu’il ne voyait «  pas plus que personne la nĂ©cessitĂ© d’infecter la sociĂ©tĂ© active (dĂ©jĂ  assez mauvaise) de plusieurs millions de brutes dĂ©corĂ©s du titre de citoyens, qui ne seraient en dĂ©finitive qu’une vaste pĂ©piniĂšre de mendiants et de prolĂ©taires » ? (article « Des Noirs », paru en 1830 dans la Revue de Paris).

Pas du tout : une simple « faute de jeunesse », sans doute
 Non, son crime impardonnable est d’ĂȘtre
 nĂ© en MĂ©tropole et parce que tous les hommages qui lui sont rĂ©guliĂšrement rendus « empĂȘchent la reconnaissance des hĂ©ros locaux de l’abolition, comme l’esclave Romain. »

Ses dĂ©tracteurs exigent, d’ailleurs, que la bibliothĂšque et la ville qui portent son nom soient dĂ©baptisĂ©s « au profit d’acteurs locaux de l’abolition de l’esclavage et de l’émancipation des Noirs. »

Donc, si on comprend bien ses braves gens : « Les Martiniquais d’abord ! », en quelque sorte.

La prĂ©fĂ©rence nationale, il n’y a, dĂ©cidĂ©ment, que cela de vrai !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il y co-anime Ă©galement avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » chaque semaine. Derniers livres publiĂ©s : "Le dĂ©fi" (avec Marie-Simone Poublon) aux Ă©ditions Dualpha et "Le dictionnaire sulfureux" aux Ă©ditions SynthĂšse nationale.

Articles similaires