Ce serait, pour les Juifs de France, ce qu’ils nomment, de façon totalement erronĂ©e, « l’antisĂ©mitisme ». C’est, en rĂ©alitĂ©, une affaire bien plus complexe et surtout infiniment plus grave pour l’avenir de notre Nation.

Présentation par manuel Valls du plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme à la préfecture de Créteil le 17 avril 2015.

PrĂ©sentation par manuel Valls du plan de lutte contre le racisme et l’antisĂ©mitisme Ă  la prĂ©fecture de CrĂ©teil le 17 avril 2015.

D’abord, il faut une bonne fois pour toutes abandonner les termes de sĂ©mitisme et d’antisĂ©mitisme tels qu’ils sont employĂ©s usuellement et pour d’excellentes raisons.

AprĂšs des millĂ©naires de brassages des quatre races fondamentales et de leurs sous-variĂ©tĂ©s, il est Ă©vident qu’il n’existe plus de rameau sĂ©mitique pur de tout mĂ©tissage, mĂȘme chez les Juifs. Les Ă©tudes gĂ©nĂ©tiques ont dĂ©montrĂ© de façon indubitable l’existence de croisements entre populations de tout le Proche-Orient (populations caucasiennes et touraniennes inclues), sauf peut-ĂȘtre chez les YĂ©zidis du Kurdistan et les Samaritains.

En outre, pour le cas français, seuls les mahomĂ©tans font quotidiennement usage d’une langue sĂ©mitique, au moins pour leurs priĂšres : celle de leur prophĂšte, l’arabe. Et c’est de ce bord que proviennent la quasi-totalitĂ© des attentats contre les personnes juives et la trĂšs grande majoritĂ© des insultes, pour des raisons de haines religieuses et en reprĂ©sailles des mesures politiques de l’État d’IsraĂ«l, ce qui est gĂ©nĂ©ralement appelĂ© de « l’antisionisme ».

Effectivement, depuis plusieurs dĂ©cennies, les politiciens israĂ©liens pratiquent des actions que l’on peut objectivement qualifier d’impĂ©rialistes, usant parfois de mĂ©thodes terroristes, que leurs partisans justifient par l’expression : « contre-terrorisme ».

Ce jeu pervers et auto-entretenu, opposant sionistes et antisionistes, gĂąche la vie de millions de citoyens plus ou moins passifs d’IsraĂ«l et des États voisins, mais il ne devrait en aucun cas perturber la vie quotidienne de la Nation française, installĂ©e en Europe occidentale, donc loin de cette zone de haine hyperactive, dĂ©pourvue de tout bon sens.

Que ces Proche Orientaux s’étripent mutuellement est une triste rĂ©alitĂ© qui dĂ©montre la persistance de tout ce qu’il y a de destructif dans les comportements de l’ĂȘtre humain : le fanatisme, la violence aveugle, la haine, le mĂ©pris d’autrui et de ses droits les plus Ă©lĂ©mentaires. Mais cela ne concerne en aucun cas les Français.

Le cancer social français est bien diffĂ©rent et beaucoup plus complexe, protĂ©iforme. Il se nomme : dĂ©natalitĂ© autochtone, aggravĂ©e par une loi ignoble favorisant l’avortement de complaisance ; dĂ©sertification industrielle du pays ; chĂŽmage de masse et de longue durĂ©e ; inadaptation de l’enseignement gĂ©nĂ©ral et professionnel ; immigration-invasion inassimilable de millions d’individus d’origine extra-europĂ©enne ; islam djihadiste ; corruption politico-administrative ; dĂ©ni de la notion dĂ©mocratique par excellence, celle de l’égalitĂ© de tous devant la Loi – par la multiplication des passe-droits d’origine familiale, ethnique ou tribale, maçonnique et politique, ou encore par l’effet de la pure prostitution.

Cessons d’accepter passivement les Ă©crans de fumĂ©e rĂ©pandus par les membres trĂšs agitĂ©s de lobbies antidĂ©mocratiques et les glapissements des politiciens en difficultĂ©, oublions cette mousse mĂ©diatique et d’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale tout ce qui nous cache les vrais problĂšmes, qui sont d’autant plus angoissants qu’ils obĂšrent l’avenir de nos descendants.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires