Marseille est, comme le rapporte Le Figaro, « un territoire prĂ©curseur dans la mĂ©thode dite du “pilotage renforcĂ©â€ qui s’appuie sur le dĂ©cloisonnement du renseignement criminel entre diffĂ©rents services, avec des rĂ©sultats jugĂ©s “probants” par les autoritĂ©s ». Qu’en termes pompeux ces choses sont dites pour qualifier, Ă  l’évidence ! un Ă©chec : de nouveaux rĂšglements de compte entre bandes rivales pour le trafic de drogue ont embrasĂ© la ville le week-end dernier. Pas de mort, mais « deux hommes de 25 et 26 ans blessĂ©s par balles d’un cĂŽtĂ©, puis deux hommes de 35 et 40 ans blessĂ©s Ă  coups de couteau de l’autre »  sans parler du « mal vivre » de tous les habitants des quartiers dits « sensibles », obligĂ©s de subir l’omniprĂ©sence des trafiquants dans leur vie quotidienne.

Police

Face Ă  cette situation qui ne fait qu’empirer chaque annĂ©e, le gouvernement a dĂ©pĂȘchĂ© dans la CitĂ© phocĂ©enne quatre membres du gouvernement pour prĂ©senter un Ă©niĂšme « nouveau plan de lutte contre les stupĂ©fiants ». Pour ceux qui ne croiraient guĂšre Ă  l’efficacitĂ© de celui-ci, il est prĂ©cisĂ© qu’il sera accompagnĂ© « d’une trĂšs attendue rĂ©forme de l’office “anti stups” ». Ah bon !

Et pour les sceptiques qui hausseraient les Ă©paules, Ă©tant blasĂ©s de chez blasĂ©s, sachons encore que « ce plan “anti-stups” a pĂąti des tempĂȘtes politiques et sociales qui ont secouĂ© l’exĂ©cutif depuis plus d’un an, entre affaire Benalla, dĂ©mission de GĂ©rard Collomb ou encore crise des “gilets jaunes”, et qui ont retardĂ© son lancement  »

En clair, grĂące aux « affaires » des politiques, celles des voyous ont continuĂ© de prospĂ©rer (estimĂ©es Ă  quelque 3,5 milliards d’euros par le MinistĂšre de l’intĂ©rieur, malgrĂ© les 100 tonnes de cannabis [+ 18 %] saisies en 2018)
 comme si de rien n’était.

Puisque le trafic de drogue est dĂ©sormais inclus dans le calcul du PIB par l’Insee et que l’annĂ©e derniĂšre, il ne gĂ©nĂ©rait « que » 2,7 milliards d’euros en France, c’est bien la preuve que le gouvernement dit vrai quand il assure que l’économie « va mieux ». Pour certains, en tout cas !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires