Le dĂ©bat sur le projet de Notre Dame des Landes est instructif, car il dĂ©montre que toute dĂ©mocratie, exprimant toujours les utopies qui n’exigent aucune vertu, tend vers l’anarchie, ce qui appelle l’ultime recours Ă  la tyrannie. L’ancienne histoire de la GrĂšce est rĂ©vĂ©latrice de ces phases de la sociĂ©tĂ©.

Notre Dame des Landes


Notre Dame des Landes


Lorsque Hugues Capet fut tentĂ© de prendre le pouvoir aprĂšs la mort du Roi Louis V, il restait un hĂ©ritier lĂ©gitime de la branche des Carolingiens, soit le duc Charles de Basse-Lorraine, de sorte que pour savoir s’il pouvait prĂ©tendre Ă  la RoyautĂ© contre le principe dynastique, il s’en serait ouvert au Pape Louis V qui aurait rĂ©pondu qu’il valait mieux que la RoyautĂ© fut assumĂ©e par celui qui, sans en avoir le titre en avait le pouvoir, plutĂŽt que celui qui en avait le titre sans en avoir la pouvoir.

Auparavant, le moine AldabĂ©ron avait soutenu que la lĂ©gitimitĂ© n’était point tenue par hĂ©rĂ©ditĂ©, mais par Ă©lection. C’est ainsi que l’assentiment de la grande majoritĂ© des feudataires lĂ©gitima Hugues Capet qui avait montrĂ© sa valeur face aux ennemis.

En fait, dans cette position de l’Église, on trouve la rĂ©ponse que donna Alexandre Ă  ses gĂ©nĂ©raux sur son lit de mort. À ceux-lĂ  qui lui demandaient Ă  qui laissait-il l’Empire, il rĂ©pondit : « Au plus digne  »

Il en fut de mĂȘme de NapolĂ©on, Ă  qui les armes donnĂšrent le pouvoir face aux factions rĂ©publicaines et qui trouva un Pape qui accepta de le « lĂ©gitimer » par le couronnement. Et pourtant entre le bonapartisme et la chrĂ©tientĂ©, il y avait une grande distance ; mais avec le Concordat, l’Église acceptait le « moindre mal ».

L’attitude « laĂŻque » Ă©clairĂ©e se tient dans la rĂ©ponse de NapolĂ©on Ă  qui Pie VII avait fait demander, « si leurs Excellences communieraient lors de la cĂ©rĂ©monie du sacre ? ».

Napoléon écrivit : « Nous ne croyons pas assez pour cela. Mais nous croyons assez pour ne pas commettre un sacrilÚge ! ».

Face Ă  ce qu’avait Ă©tĂ© la monstrueuse Ire RĂ©publique, l’Empire pouvait sembler le recours que les Grecs acceptaient en nommant un tyran, Ă  ceci prĂšs tout de mĂȘme, que les tyrannies grecques Ă©taient limitĂ©es dans le temps, alors que NapolĂ©on avait l’ambition hĂ©rĂ©ditaire !

C’est ainsi que l’Histoire Ă©claire quelque peu l’aventure macronienne, dont les faillis d’hier disent tout le mal possible pour faire oublier le leur, sauf ceux qui ont retournĂ© leur veste afin de profiter encore un peu des prĂ©bendes du pouvoir.

Nous ne sommes plus tout Ă  fait en dĂ©mocratie, et non pas tout Ă  fait encore en dictature. Nous sommes en « Monocratie ». La rĂ©alisation de l’aĂ©roport de Notre – Dame des Landes avait Ă©tĂ© dĂ©mocratiquement dĂ©cidĂ©e, les dĂ©cisions de justice l’avaient garantie et le PrĂ©sident en avait donnĂ© l’assurance ! Rien donc n’était plus lĂ©gal !

Et pourtant voici que le régime désavoue les promesses du Président, fait passer la Justice pour injuste, et déclare que le vote populaire est sans valeur ! Y a-t-il eu un fait nouveau qui permette ce retournement ? Non.

Ou du moins on ne nous le dit pas


Il est mĂȘme difficile d’introduire dans le dĂ©bat l’argument financier, surtout Ă  l’heure ou dĂ©putĂ©s et sĂ©nateurs viennent de s’augmenter trĂšs gĂ©nĂ©reusement, tandis que l’on rogne sur les retraites les plus humbles, et que l’on s’apprĂȘte, grĂące aux nouvelles limitations de vitesse sur des voies ou il n’y a quasiment jamais d’accident, Ă  se procurer l’argent des nouvelles verbalisations !

Et pourtant, personnellement, j’aurais votĂ© contre le projet, et je vais me rĂ©pĂ©ter Ă  nouveau en faisant Ă©tat d’Anatole France qui disait en son temps : « Si 40 millions de Français disent une bĂȘtise, c’est quand mĂȘme une bĂȘtise ! ».

Oui, je pense que le projet Ă©tait une bĂȘtise, comme le sont les « Ɠuvres d’art » qui sortent de la diarrhĂ©e intellectuelle des cerveaux socialistes et qui salissent les abords de nos villes. Cela aurait Ă©tĂ© un ouvrage de prestige conçu par des tourneboulĂ©s Ă  la tĂȘte desquels l’ex-Premier ministre Ayrault, vĂ©ritable monument d’inaptitude.

En fait, l’on avait menti aux Français en prĂ©textant que l’ancien aĂ©rodrome n’était point suffisant pour notre glorieux trafic commercial ! Or, voici que le commandant Richard de Crespigny qui a Ă  son actif 14 500 heures de vol, a pu le comparer Ă  tous les aĂ©rodromes oĂč il a atterri et dĂ©collé  Lui estime qu’il pourrait accueillir deux fois plus de trafic


EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99