Toute l’économie de transformation des matiĂšres premiĂšres nĂ©cessaires Ă  la vie humaine repose sur la « valeur ajoutĂ©e » par le travail humain. L’on n’a pas attendu Karl Marx pour le savoir.

La cuisson de la viande est un exemple de valeur ajoutĂ©e qui remonte fort loin dans la prĂ©histoire, comme la fabrication des armes ou le tannage, puis l’assemblage des peaux pour s’en vĂȘtir, de façon Ă  lutter contre le froid. Il appartenait Ă  l’économie globale et Ă  la sociĂ©tĂ© mondialiste, au dĂ©but du XXIe siĂšcle de notre Ăšre, de dĂ©montrer le contraire !

Depuis le mois de juin 2016, l’on connaĂźt les caractĂ©ristiques de la vague migratoire de l’An funeste 2015, oĂč l’Europe occidentale, danubienne et scandinave fut littĂ©ralement envahie d’Africains (noirs et maghrĂ©bins), de Moyen et de Proche-Orientaux, en immense majoritĂ© musulmans.

Ils se sont fait passer pour des demandeurs d’asile politique et quelques-uns le furent rĂ©ellement. Un nombre absolument inconnu d’entre eux sont des clandestins du DjihĂąd, en sommeil jusqu’à ce qu’ils reçoivent l’ordre de passer Ă  l’activitĂ© meurtriĂšre pour la plus grande gloire d’un dĂ©nommĂ© Allah. Cela, tout le monde le sait, depuis plus d’un an.

L’on peut dĂ©plorer que les fous furieux qui dirigent les USA depuis 2001 aient mis Ă  feu et Ă  sang le Maghreb et le Sahel, l’Irak, le YĂ©men, l’Afghanistan, la Syrie (en attendant mieux), parfois avec la complicitĂ© de dirigeants indignes des nations britannique, française, italienne etc., ce qui n’implique nulle responsabilitĂ© de ces nations, desquelles personne n’a songĂ© Ă  demander l’avis.

Nous n’avons, EuropĂ©ens de souche, Ă  dĂ©velopper nulle repentance Ă  propos des guerres qui ont ravagĂ© les pays du DĂąr al-Islam, Ă©tant donnĂ© qu’aucun des chefs « dĂ©mocrates » n’a eu recours Ă  la seule forme de dĂ©mocratie qui soit : la pratique du rĂ©fĂ©rendum avant de se lancer dans des opĂ©rations de guerre. AprĂšs tout, c’est l’argent des Nations qui est dĂ©pensĂ© dans ces interventions ; il est donc logique et lĂ©gitime de prendre l’avis des peuples souverains.

Sans responsabilitĂ© directe de leur part, les EuropĂ©ens se sont vus envahir, depuis janvier 2015, par des hordes de rĂ©fugiĂ©s-immigrĂ©s. Le pape a hurlĂ© sur tous les tons, comme la ChanceliĂšre teutonne et luthĂ©rienne d’Allemagne, la nĂ©cessitĂ© d’accueillir ces millions d’envahisseurs qui amenaient avec eux leur aviditĂ© de biens de consommation, leur racisme anti-Blancs, leurs mƓurs mĂ©diĂ©vales (notamment un mĂ©pris total de la femme), enfin leur religion de haine et d’intolĂ©rance absolue : l’islam conquĂ©rant, meurtrier par son DjihĂąd.

Au plan politico-sociologique, les collaborateurs des maĂźtres de l’économie globale justifiaient cette immigration-invasion par l’apport de « travailleurs » qu’elle rĂ©alisait. On a surtout vu un apport de violeurs, de pillards, de vandales et d’assassins. L’on sait maintenant que l’on a surtout importĂ© des nuls !

En SuĂšde, oĂč l’on a accueilli 163 000 « rĂ©fugiĂ©s politiques » en 2015, il s’avĂšre que 494 seulement ont trouvĂ© un emploi en 15 mois ! Et il s’agit de statistiques officielles issues d’une coalition gouvernementale de sociaux-dĂ©mocrates et de verdĂątres.

L’Agence fĂ©dĂ©rale allemande pour l’emploi d’Angela Merkel vient de rendre son verdict en juin 2016, Ă  propos des 1 100 000 rĂ©fugiĂ©s-immigrĂ©s-envahisseurs de 2015 : un tiers sont des analphabĂštes (deux tiers si l’on compte les femmes). Sur 297 000 dossiers d’hommes en Ăąge de travailler, 74 % d’entre eux n’ont ni qualification ni mĂȘme la moindre expĂ©rience professionnelle !

En rĂ©sumĂ©, l’on a importĂ© et l’on continue d’importer des non-valeurs, des consommateurs improductifs
 Et le pape François, qui ressemble bien davantage Ă  un homme lige de la globalo-mondialisation qu’au chef de l’Église catholique, nous exhorte Ă  continuer dans cette voie ; idem pour Merkel ou nos glorieux « chefs ».

À chacun d’en tirer ses conclusions.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires