En 2015, Delphine Ernotte affirmait sur le monde tĂ©lĂ©visuel français : « On a une tĂ©lĂ©vision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change ».

L’idĂ©e a pris du temps avant de traverser l’Atlantique, mais voilĂ , elle est dĂ©sormais reprise par l’organisme DiversitĂ© Artistique MontrĂ©al, un organisme financĂ© par les divers paliers de gouvernement et des organismes publics, qui vient de produire un rapport pour rendre le monde artistique plus diversifiĂ©. On ne parle Ă©videmment pas de diversitĂ© de pensĂ©e, car s’il est un milieu dans lequel le conformisme et la rectitude politique dominent c’est bien celui-ci, mais de diversitĂ© raciale.

Dans le rapport prĂ©sentĂ© cette semaine, on se plaint de la sous-reprĂ©sentation des minoritĂ©s dans le domaine des arts. En d’autres mots, il y a trop de Blancs. Que personne ne tente de dire que dans certains domaines il y aurait trop de Noirs ou trop d’Arabes, ce serait un aller simple pour le tribunal, pour propagande haineuse. L’ethnicitĂ© est un sujet qui se discute, mais seulement dans un sens.

D’abord, ce rapport se base sur la prĂ©misse que le systĂšme serait intrinsĂšquement raciste. Le directeur de l’organisme, JĂ©rĂŽme Pruneau, explique ainsi que « tant qu’on ne reconnaĂźt pas que ça existe [le racisme systĂ©mique], on est dans le dĂ©ni ; et dans le dĂ©ni, on n’est pas dans l’action ».

Pour lui le racisme systĂ©mique n’est point une thĂ©orie du complot sans fondement, c’est un fait avĂ©rĂ©, un fait indĂ©niable.

Toujours est-il que pour mettre fin à cette injustice criante qui afflige le Québec, Diversité Artistique Montréal a un plan. Un plan se basant sur 31 mesures. Rien de moins.

On propose évidemment des quotas, mais aussi une représentation positive des membres des minorités ethniques pour que ceux-ci ne reflÚtent pas de stéréotypes. On se garde bien de donner des exemples concrets ; il faudrait chercher loin avant de trouver des émissions ou films québécois promouvant des stéréotypes négatifs. « Un financement accru aux artistes racisés et aux organismes qui les produisent et les diffusent est aussi demandé », peut-on lire dans Le Devoir.

Le directeur DiversitĂ© Artistique MontrĂ©al dĂ©fend ouvertement dans les colonnes du quotidien montrĂ©alais le systĂšme de quotas : « Dire “mon CA est ouvert Ă  tous ceux qui postulent est une chose”, illustre M. Pruneau. Dire plutĂŽt “L’an prochain, je voudrais que trois postes soient tenus par des personnes de la diversitĂ©â€ est plus proactif. Le quota n’est rien d’autre qu’une dĂ©marche intellectuelle ».

Une « dĂ©marche intellectuelle », analysĂ©e de fond en comble par le journaliste Laurent Obertone dans La France interdite, qui n’est ni innocente, ni bĂ©nigne.

L’égalitĂ© est donc une question de nombres, mais de façon intĂ©ressante, Pruneau se fĂ©licite qu’un quart du conseil d’administration de Culture MontrĂ©al soit issu de la diversitĂ© et ce alors que le QuĂ©bec ne compte que 13 % de minoritĂ©s visibles. Leur surreprĂ©sentation n’est donc pas un problĂšme, comparativement Ă  la surreprĂ©sentation des « de souche ».

Toujours est-il qu’au final ce qu’on souhaite c’est accĂ©lĂ©rer le Grand remplacement dans les mĂ©dias, les « de souche » doivent s’effacer et laisser la place aux NĂ©o-QuĂ©bĂ©cois.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99