par Pieter Kerstens

En accusant l’homme Blanc de tous les maux de la Terre : destruction de la couche d’ozone, disparition des hannetons et des abeilles, propagation du Sida, dette morale des occidentaux envers les pays en voie de dĂ©veloppement, culpabilisation des anciens pays colonisateurs, hausse du niveau de la mer ou encore Ă©missions du COÂČ, le lobby des Khmers verts, soutenu par les mĂ©dias, ne montre qu’un aspect des problĂšmes.

L’intelligentsia altermondialiste et les Ă©colos-bobos socialistes exonĂšrent les pays les plus peuplĂ©s (CHINE : 1.460 millions d’habitants ; INDE : 1.320 millions ; INDONESIE : 265 millions ; BRESIL : 210 millions ; NIGERIA : 188 millions) de tous pĂ©chĂ©s de pollution !

SEUL l’homme blanc serait responsable de toutes les formes de dĂ©gradation de l’environnement. Pour ces gourous de la PensĂ©e Unique, il faut impĂ©rativement culpabiliser l’EuropĂ©en en particulier et imposer le dogme d’une douleur morale causĂ©e par la conscience d’avoir mal agi dans le passĂ©.

Il est indispensable de le persuader d’ĂȘtre LE fautif !

Ce serait l’homme blanc par qui toutes les catastrophes arrivent, parce qu’il a trouvĂ© et mis au point toutes les formes d’énergie : chimique, Ă©lectrique, hydraulique, mĂ©canique, nuclĂ©aire, rayonnante et thermique. Ces ayatollahs de la bioĂ©thique voudraient nous convaincre de retourner Ă  l’utilisation de la lampe Ă  huile, du transport en char Ă  bƓufs et de l’habillement en peaux de bĂȘtes


L’utopie de ces saboteurs de notre civilisation n’a d’égale que leur vision sectaire de nos sociĂ©tĂ©s. A leurs yeux, les pays sous-dĂ©veloppĂ©s auraient droit, eux, Ă  un futur meilleur en passant de la bicyclette Ă  la voiture, puis utiliseraient l’avion et au poulet dominical ils ajouteraient aussi un steak par semaine dans leurs assiettes.

Vous multipliez cet exemple par 3 milliards d’individus en 25 ans et la Planùte succombera ! Combien de milliards de m³ d’eau et de millions d’hectares de pñturages en plus ?

Alors, soyons clairs : pour ces Ă©colos-bobos, l’europĂ©en doit Ă©changer son niveau de vie actuel avec celui de 250 millions d’africains et d’autant de chinois !

Qui, en France ou ailleurs en Europe est prĂȘt Ă  monnayer sa semaine de 35h en Ă©change d’une rĂ©munĂ©ration ou d’une retraite de 100 € mensuels ?

Qui, demain, accepterait de vivre sans voitures dans nos capitales ? Sans énergie nucléaire, la moins chÚre et la moins polluante de toutes ?

Qui encore parmi les 500 millions d’europĂ©ens voudrait faire 20 km Ă  pied ou en vĂ©lo pour aller travailler ou vendre ses produits sur les marchĂ©s ? Renoncer Ă  la tĂ©lĂ©, aux soins mĂ©dicaux, Ă  ses vacances ? RĂ©duire sa retraite de moitiĂ© ?

Pour le bien-ĂȘtre du tiers-monde ?

OUI, l’Etat providence que nous connaissons depuis des dĂ©cennies est pris d’assaut par ces fanatiques de l’égalitarisme et les talibans du « dĂ©veloppement durable ».

La propagandastaffel des euro-mondialistes nous assĂšne SES vĂ©ritĂ©s quotidiennes par la dĂ©sinformation, la manipulation et l’intoxication de nos peuples, en imposant ses chimĂšres.

Cet article est paru sur le site SynthĂšse nationale.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.