L’ancien ministre de l’IntĂ©rieur, Claude GuĂ©ant, a Ă©tĂ© qualifiĂ© « d’homme le plus puissant de France ». Mais tout bascule en fĂ©vrier 2013. En deux mois, l’existence de l’ancien SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ÉlysĂ©e est devenue un enfer. Face aux affaires qui le mettent directement en cause, il clame son innocence et Ă©voque une machination, une instrumentalisation visant Ă  le dĂ©truire, et Ă  travers lui, Nicolas Sarkozy.
Interrogé par Martial Bild et Elise Blaise, Claude Guéant évoque les éléments qui figurent dans son livre « Quelques vérités à vous dire »mais il va plus loin.
Sans reprendre le terme de cabinet noir, il affirme qu’une structure, une Ă©quipe au ministĂšre de l’IntĂ©rieur Ă©tait chargĂ©e de son sort.
Claude GuĂ©ant tĂ©moigne longuement de son engagement aux cĂŽtĂ©s de Nicolas Sarkozy. Il Ă©voque aussi l’affaire Merah et plus gĂ©nĂ©ralement l’Islam en France.
Un entretien important avec l’ancien ministre de l’IntĂ©rieur qui ouvre ses placards sur quarante annĂ©es durant lesquelles il a cĂŽtoyĂ© ministres, patrons, artistes et chefs d’Etat.

Verbatim

Affaires :
« Il y avait une structure, une Ă©quipe qui s’est occupĂ©e de mon sort au ministĂšre de l’IntĂ©rieur. »
« J’affirme que jamais, en ce qui me concerne, je n’ai mis en place ou fait fonctionner un cabinet noir au ministĂšre de l’IntĂ©rieur »

Fillon
« Dans l’affaire Fillon, il y a eu des rĂ©vĂ©lations qui ont Ă©tĂ© organisĂ©es et orchestrĂ©es. Il y a eu une intervention extĂ©rieure »

Le Fouquet’s de Sarkozy
« Je pense qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat mais, dans le mĂȘme temps, il n’aurait pas fallu le faire »

Macron
« Nicolas Sarkozy Ă©tait moins intervenant qu’Emmanuel Macron. Avec Sarkozy, le Premier ministre existait vraiment. Toutes les rĂ©unions donnant lieu Ă  dĂ©cision se faisaient en prĂ©sence du Premier ministre »

Défaite de 2012 
« Il y a eu un trouble chez certains en raison de la ligne politique. Des propos ambigus provenant de l’entourage du candidat ont fait douter une partie de l’électorat de la rĂ©alitĂ© de la pensĂ©e de Nicolas Sarkozy ».

XĂ©nophobie
« Je considĂšre que dire que, les Français ne sont pas xĂ©nophobes mais ils veulent que la France reste la France,est d’une extreme banalité »

Islamisme
« Est-il normal que dans des librairies, on vende des livres appelant au Djihad ? Est-il normal que l’on vende des burqas pour des petites filles de quatre ans ? je rĂ©ponds non ! »
« L’organisation de l’Islam en France est compliquĂ©e
Le Conseil Français du Culte Musulman n’est pas une rĂ©ussite »

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.