DĂšs le 15 mai 2017, certains politologues attentifs, inquiets faut-il le prĂ©ciser, avaient cru dĂ©celer chez le prĂ©sident nouvellement Ă©lu, une certaine difficultĂ© Ă  se situer dans l’espace et Ă  distinguer sa droite de sa gauche.

Le Roi des fous par Louis Boulanger et W. Finden, 1878.

Le Roi des fous par Louis Boulanger et W. Finden, 1878.

DĂ©jĂ , quelques mois plus tĂŽt, victime d’un vertige inexplicable, n’avait-il pas confondu le siĂšge monarchique et le trĂŽne prĂ©sidentiel dans une envolĂ©e, douteuse pour beaucoup d’observateurs : « Dans le processus dĂ©mocratique et dans son fonctionnement il y a un absent. Et dans la politique française, cet absent est la figure du roi. »

Des chroniqueurs d’une presse insoumise, Ă  la plume aussi vicieuse qu’une langue de vipĂšre, avaient laissĂ© entendre que, douillettement transportĂ© depuis des annĂ©es par une Ă©pouse omniprĂ©sente sinon omnipotente, il Ă©prouvait logiquement quelque difficultĂ© Ă  maĂźtriser l’attelage du char de l’État dont il prenait les rĂȘnes, sans la moindre expĂ©rience dans le domaine particuliĂšrement pĂ©rilleux du pilotage Ă  vue.

OutrĂ© par les Ă©carts de conduite de son ancien challenger, Jean-Luc MĂ©lenchon se lamentait devant l’aile droite enfoncĂ©e de sa toute rĂ©cente bĂ©taillĂšre. Qui plus est, tout constat amiable s’avĂ©rait impossible.

Chez les RĂ©publicains, c’était non seulement leur susceptibilitĂ© qui Ă©tait froissĂ©e, mais leur portiĂšre gauche par laquelle venaient de s’enfuir les enfants d’Edouard ravis d’aller batifoler dans les jardins de l’HĂŽtel Matignon.

SollicitĂ©s par quelques gĂ©rontologues du SĂ©nat, des professeurs Ă©mĂ©rites n’avaient pas tardĂ© Ă  avancer l’hypothĂšse d’une dĂ©faillance de la fonction cĂ©rĂ©brale visuospatiale chez cet individu apparemment incontrĂŽlable.

Il paraĂźt, selon un adage aujourd’hui oubliĂ©, que le Bon Dieu ne frappe jamais des deux mains et pourtant


Les derniĂšres semaines ont rĂ©vĂ©lĂ© chez le prĂ©sident une autre anomalie de son systĂšme visuel. Elle se manifeste par une totale absence de la perception des couleurs. Impossible pour lui de distinguer par exemple un gilet jaune d’un stylo rouge, le bleu casbah du bleu gendarme, le tricolore d’un drapeau français de celui d’un bundesflagge (drapeau de l’Allemagne), l’irisation d’une banderole de la LGBT de l’arc-en-ciel du maillot d’un champion du monde de cyclisme.

Qu’adviendra-t-il devant un feu de croisement se dressant soudainement devant lui, sur les voies incertaines du Pouvoir ?

Aux derniĂšres nouvelles, la FacultĂ© travaillerait sur les origines de ce mal insidieux. Il pourrait ĂȘtre classĂ© Ă  court terme dans la catĂ©gorie des maladies professionnelles sous l’appellation de Macromatopsie.

On peut aisĂ©ment en imaginer les consĂ©quences invalidantes sur l’avenir du malade : « La sortie ? C’est la porte verte, suivez la flĂšche rouge… Oubliez l’escalier Ă  votre gauche… c’est tout de suite Ă  droite… »

Et plouf !

S’il vous plaĂźt, ne blasphĂ©mez pas. Il pourrait vous en coĂ»ter.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99