Norbert Hofer, à quelques voix près…

Une fois de plus, comme lors de nos dernières élections régionales, en PACA et dans le Nord-Pas-de-Calais, il s’en sera fallu d’un cheveu.

Et c’est l’écologiste Alexander Van der Bellen qui est sorti du chapeau. L’on voit déjà les prochains gros titres des gazettes : la démocratie est sauvée en Autriche ! Tandis que les mêmes ne s’émeuvent que de loin qu’elle puisse être à petit feu menacée en Turquie, façon étrangleur ottoman.

Les mêmes, toujours, qui ont la mémoire bien courte, oublieront évidemment qu’en 1983, le FPÖ, parti de Norbert Hofer, fut intégré dans la coalition gouvernementale menée par les sociaux-démocrates du SPÖ du chancelier Fred Sinowatz. Tandis que trois ans plus tard, à l’occasion d’autres élections législatives, le FPÖ faisait son retour au gouvernement, toujours au côté du SPÖ, dans le premier cabinet de Franz Vranitzky. « L’extrême droite » était-telle donc à l’époque fréquentable ?