Le tsunami de haine qui a accompagnĂ© la campagne Ă©lectorale du candidat Donald Trump et sans doute atteint son point culminant le jour de sa prestation de serment comme 45e PrĂ©sident des USA, aura empĂȘchĂ© tout bilan sociĂ©tal sur les huit annĂ©es passĂ©es par son prĂ©dĂ©cesseur Ă  la Maison Banche.

À l’exception notoire de celui sur l’Obamacare, cette rĂ©forme du systĂšme de santĂ© amĂ©ricain censĂ©e venir en aide Ă  tous les AmĂ©ricains, mais brocardĂ© pour « son coĂ»t et sa lourdeur » par « The Donald » ; Ă  peine installĂ© dans le Bureau ovale, il n’a pas manquĂ© de signer un premier dĂ©cret ordonnant aux diverses agences fĂ©dĂ©rales de « soulager le poids » de cette loi, via des dĂ©rogations
 en attendant que le CongrĂšs, Ă  majoritĂ© rĂ©publicaine, ne l’abolisse pour lui en substituer une autre, plus adaptĂ©e au budget du contribuable amĂ©ricain.

Mais Ă  part cela, quid des deux mandats du premier prĂ©sident mĂ©tis des USA en politique intĂ©rieure ? Pas grand-chose, finalement, sinon une dĂ©ception Ă  la hauteur des espĂ©rances que les minoritĂ©s avaient mises en lui
 Car plus que jamais « inĂ©galitĂ©s, bavures policiĂšres et prolifĂ©ration des groupes suprĂ©macistes » divisent la nation et expliquent en partie l’échec de la candidate dĂ©mocrate Clinton.

MĂȘme LibĂ©ration en convient, sous la plume de son correspondant Ă  New-York FrĂ©dĂ©ric Autun : « Du point de vue sociĂ©tal, la prĂ©sidence Obama restera marquĂ©e par la trĂšs nette dĂ©gradation des relations raciales » 

Le dĂ©ferlement de haine anti-Trump ne serait-il pas finalement qu’une mĂ©diocre tentative pour cacher le bilan dĂ©sastreux d’un PrĂ©sident de couleur Ă  la popularitĂ© peut-ĂȘtre quelque peu usurpĂ©e ?

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

 

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires