En juillet 1495, Charles VIII en pleine dĂ©route contre les armĂ©es italiennes coalisĂ©es autour de Venise retraite pĂ©niblement vers la France. Il livre une bataille dĂ©sespĂ©rĂ©e pour forcer son passage vers son retour en France. Les Italiens vont qualifier ce baroud d’honneur de « furia francese ». L’expression est donc nĂ©e d’une cuisante dĂ©faite française contre les États italiens coalisĂ©s.

C’est une autre dĂ©faite française annoncĂ©e que prophĂ©tise le gouvernement italien face Ă  une nouvelle furia francese incarnĂ©e par les injures lancĂ©es (la « lĂšpre populiste », l’« irresponsabilitĂ© de Rome », « gouvernement Ă  vomir », entre autres) par M. Macron et ses fĂ©aux serviteurs. Injures inouĂŻes, puis mĂ©pris condescendant, puis rappel de l’ambassadeur de France Ă  Rome. On nage en plein psychodrame d’opĂ©rette Ă©lectorale lancĂ© par M. Macron lui-mĂȘme !

Luigi Di Maio, Giuseppe Conte, et Matteo Salvini.

Luigi Di Maio, Giuseppe Conte, et Matteo Salvini.

La France s’insurge et dĂ©roule ses rodomontades. D’autant que Luigi Di Maio a osĂ© rencontrer en grande rĂ©gion parisienne des Gilets Jaunes et un de leurs responsables en les assurant de son soutien. Quelle horreur, quel manque de tact ! hurlent les Macroniens et la presse bien Ă©levĂ©e. Le Quai d’Orsay vient donc de publier un communiquĂ© d’une violence et d’une condescendance sans pareil : « La France a fait, depuis plusieurs mois, l’objet d’accusations rĂ©pĂ©tĂ©es, d’attaques sans fondement, de dĂ©clarations outranciĂšres
 Avoir des dĂ©saccords est une chose, instrumentaliser la relation Ă  des fins Ă©lectorales en est une autre
 Les derniĂšres ingĂ©rences constituent une provocation supplĂ©mentaire et inacceptable. Elles violent le respect dĂ» au choix dĂ©mocratique, fait par un peuple ami et alliĂ©. Elles violent le respect que se doivent entre eux les gouvernements dĂ©mocratiquement et librement Ă©lus. La campagne pour les Ă©lections europĂ©ennes ne saurait justifier le manque de respect de chaque peuple ou de sa dĂ©mocratie. Tous ces actes crĂ©ent une situation grave qui interroge sur les intentions du gouvernement italien vis-Ă -vis de sa relation avec la France. À la lumiĂšre de cette situation sans prĂ©cĂ©dent, le gouvernement français a dĂ©cidĂ© de rappeler l’ambassadeur de France en Italie pour des consultations ». « Cela n’a pas de prĂ©cĂ©dent, depuis la fin de la guerre [
] Les derniĂšres ingĂ©rences constituent une provocation supplĂ©mentaire et inacceptable », a ajoutĂ© AgnĂšs von der MĂŒhll, Porte-parole et directrice de la Communication et de la Presse du MinistĂšre des Affaires ÉtrangĂšres.

Avec « AgnĂšs Von der MĂŒhll », l’amitiĂ© franco-allemande contre les dĂ©mocraties illibĂ©rales europĂ©ennes n’a pas de souci Ă  se faire
 « Croyez-vous que nous aurons la guerre ? », disait-on en 1938.

« Je suis proche, avec tout mon cƓur et tout mon travail, du peuple français, de millions d’hommes et de femmes qui vivent en France avec un trĂšs mauvais gouvernement et un trĂšs mauvais prĂ©sident de la RĂ©publique », avait lancĂ© Matteo Salvini dans une vidĂ©o mise en ligne sur sa page Facebook. On ne peut qu’ĂȘtre d’accord


Dimanche dernier, le vice-Premier ministre Luigi Di Maio, chef de file du M5S, avait de son cĂŽtĂ© accusĂ© la France « d’appauvrir l’Afrique » et de pousser les migrants Ă  rejoindre l’Europe par sa politique de « colonisation ». Une autre attaque simultanĂ©e contre le franc CFA accusĂ© de sordides manipulations par la France – comme bien d’autres l’ont affirmĂ© depuis bien longtemps et rĂ©cemment encore le sulfureux et honni Français d’origine bĂ©ninoise, KĂ©mi SĂ©ba –, de la part de Luigi di Maio, est venue poser une cerise sur le gĂąteau, ou clouer le dernier clou du cercueil.

« Je ne vais pas rĂ©pondre. La seule chose qu’ils attendent, c’est ça [
] Bon courage et bonne agitation. Tout ça n’a aucun intĂ©rĂȘt », a laissĂ© tomber de sa hauteur M. Macron. Comme d’habitude, M. Macron provoque, injurie, mĂ©prise ouvertement, puis s’étonne, s’insurge et remĂ©prise lorsque les offensĂ©s osent lui rĂ©pondent. MĂȘme politique Ă  l’intĂ©rieur qu’à l’extĂ©rieur. Comment 30 % de Français – selon certains sondages – lui apportent-ils encore leur soutien ?

  1. Macron veut semble-t-il aller au clash avec l’Italie, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la RĂ©publique tchĂšque, la Roumanie mĂȘme en train de rejoindre ce peloton maudit depuis qu’elle a pris la prĂ©sidence europĂ©enne pour 6 mois. Lorsqu’il feint de revivre les « annĂ©es trente », c’est lui qui en utilise les mĂ©thodes outranciĂšres. À quand un ultimatum et les chars Ă  la frontiĂšre italienne ? Il espĂšre susciter une « levĂ©e rĂ©publicaine » au niveau europĂ©en contre ce qu’il stigmatise et fantasme grossiĂšrement. Gageons que les peuples europĂ©ens ne s’y laisseront pas – encore – prendre


Gageons que cette Furia francese macronienne modernisĂ©e est le signal d’un homme isolĂ© et aux abois, en Europe comme en France.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires