11 février 2019

Lettre ouverte aux parlementaires et aux élus

Par Philippe Randa

par Claude Janvier.

«… Il est grand temps d’arrêter la remise en cause systématique des représentants de la démocratie. Il est temps d’arrêter la violence, il est temps d’arrêter la remise en cause systématique de nos forces de l’ordre… »

Ainsi s’exprimait Richard Ferrand, Président de l’Assemblée Nationale, au micro de BFM TV dénonçant une tentative d’incendie de sa résidence secondaire.
Cette tentative d’incendie est totalement inadmissible, et je pense que la quasi-totalité des citoyens de notre pays condamne fermement cet acte nuisible.

Marlène Schiappa déclare sur Europe 1 et je cite : «… Ce que l’on observe est que le décompte des parlementaires menacés, violentés, agressés est glaçant… »

Glaçant est un bon terme. Mais depuis le 17 novembre 2018, date du début de la crise sociale, voici un décompte encore plus saisissant, cinglant et glaçant que le sien :

– 144 blessés graves parmi les gilets jaunes et les journalistes dont 92 par des tirs de flash-ball ;

– 12 morts dont une personne à cause d’une grenade lacrymogène ;

– 15 victimes ont perdu un œil ;

– 5 personnes ont eu une main arrachée (grenade GLI F4) ;

– Une personne a perdu définitivement l’audition (grenade) (1) (2).

grenade GLI F4

Il est grand temps en effet d’arrêter le massacre d’innocents dont le seul tort a été de se trouver là au mauvais moment. Il est grand temps en effet de rétablir la démocratie où normalement, toute personne a le droit de faire valoir son opinion et ses revendications légitimes. Il est grand temps en effet que la violence s’arrête.

Le temps est à l’apaisement. Pour le bien de cette nation et pour le bien de tous.

Vous avez le pouvoir de faire entendre raison à un gouvernement qui semble atteint de surdité.

Basiquement, les citoyens de ce pays réclament :

– 300 € d’augmentation du SMIC ;

– Rétablissement de l’ISF ;

– Établissement du RIC ;

– Stop à la création de nouvelles taxes et stop à l’augmentation des carburants.

Ce n’est pourtant pas très compliqué à comprendre. Les citoyens qui vous font vivre aspirent, eux aussi, à vivre décemment et dignement.

Les quelques réformes ci-dessus ne sont pas insurmontables et ne vont pas mettre en danger votre hégémonie ainsi que la mondialisation que vous chérissez tant.

Vous avez le pouvoir d’arrêter les violences. Vous avez le pouvoir de restaurer notre démocratie. Votre responsabilité est pleine et entière.

C’est votre devoir en tant que parlementaires. Les citoyens vous ont élus pour que notre société leur apporte travail et vie décente.

Quand vos enfants vous blâmeront plus tard suite à votre refus de prendre vos responsabilités, il sera trop tard. Vous devrez vivre avec ce sentiment étrange, mais tangible qui s’appelle le regret.

Votre autodétermination utile dans certains cas, doit céder la place à un point de vue pan-déterminé. En effet, pour trouver une solution durable et équitable, vous devez être en mesure de regarder les deux côtés d’un conflit. Rien ne peut se résoudre sans prendre un peu d’altitude.

Vous avez le pouvoir d’arrêter ce massacre et cette situation infernale. Le temps n’est plus au bavardage, mais à l’action. Vous avez le choix d’aider notre démocratie ou de la laisser partir complètement à vau-l’eau. Le bon choix, c’est maintenant. Qui ne dit mot, consent.

Notes

(1) https://desarmons.net/index.php/2019/01/04/recensement-provisoire-des-blesses-graves-des-manifestations-du-mois-de-decembre-2018

(2) https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/14/gilets-jaunes-le-decompte-des-blesses-graves_1702863

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99