Les Ă©lections prĂ©sidentielles offrent une image dĂ©plorable des pouvoirs mĂ©diatiques et politiques. Depuis quelques mois, les hyĂšnes sont lĂąchĂ©es dans la savane et sont Ă  la recherche de proies blessĂ©es ; si elles ne le sont pas, un coup de fusil mĂ©diatique fera l’affaire.

Il faut que les enjeux soient immenses et risquĂ©s pour que ces dĂ©chirements, ces hurlements, ces cris de bĂȘtes effroyables, Ă©branlent les directions des mĂ©dias, inondent les studios et s’étalent sur les plateaux de tĂ©lĂ©vision.

Il faut que la peur de l’alternance soit violente. Une alternance qui souhaite arracher les gamelles lucratives, les postes juteux, les places et les bienfaits des griffes de ceux qui ont plantĂ© leurs crocs dedans.

En effet, je n’ai jamais vu un tel acharnement sur les adversaires politiques qui ne cadrent pas avec la doxa europĂ©iste, mondialiste, immigrationniste et multiculturaliste. MĂȘme cette « minable droite » prend dĂ©sormais des coups aprĂšs avoir Ă©tĂ© si longtemps absente, si souvent compromise, si intellectuellement prisonniĂšre d’une gauche dominatrice.

Elle ne comprend toujours pas pourquoi, aujourd’hui, elle est bĂąillonnĂ©e, fouettĂ©e, malmenĂ©e, et mise sur croix de Saint AndrĂ© dans l’acceptation de sa soumission. Elle s’éveille et reste cette « minable droite », tout Ă©tonnĂ©e. J’ai envie de lui dire qu’elle mĂ©rite ce qui lui arrive.

Il faut par ailleurs que le Front National fasse trÚs peur à ces politiciens nourris à la subvention, aux indemnités, aux postes bien choisis, au népotisme, au clientélisme pour que tout soit fait pour le faire taire.

J’ai connu dans ma ville la « Droite » avachie, compromise, clientĂ©liste, adepte du nĂ©potisme Ă  travers 46 ans de rĂšgne sans partage de la mĂȘme famille.

Hier, c’est le maire Front National de Hayange Fabien Engelmann qui a indiquĂ© avoir Ă©tĂ© mis en examen mercredi, dans le cadre d’une enquĂȘte sur les conditions de location de photocopieurs destinĂ©s aux Ă©coles de la ville (Cliquez ici).

Le maire conteste avoir commis une infraction : « Il m’est reprochĂ© de ne pas avoir respectĂ© les procĂ©dures applicables pour les marchĂ©s publics, ce qui est minime », a-t-il affirmĂ©, confirmant une information du RĂ©publicain lorrain. Deux autres chefs d’accusation ont Ă©tĂ© abandonnĂ©s, a-t-il souligné : « BientĂŽt en vĂ©rifiera si les maires du FN ne commandent pas trop de papiers toilettes ! »

À l’AssemblĂ©e Nationale, la « justice » cherche Ă  retirer l’immunitĂ© parlementaire Ă  cette formidable et vraie « Grande Gueule » de Gilbert Collard. Une Grande Gueule qui n’a pas grand-chose Ă  voir avec les perroquets qui sĂ©vissent de 10h00 Ă  13h00 sur RMC, hormis William Goldnadel.

Aujourd’hui, la justice Française s’auto-saisit et mĂšne une « enquĂȘte » sur le bien-fondĂ© d’une plainte venue de la commission europĂ©enne, ennemie jurĂ©e du Front National et de l’UKIP. Elle perquisitionne les locaux et duplique tous les ordinateurs du FN, en bafouant la constitution de la Ve RĂ©publique qui garantit l’indĂ©pendance des partis politiques. Tous les coups semblent permis. Dans quel pays vivons-nous dĂ©sormais ?

Monsieur Thierry LĂ©gier, garde du corps de Marine Le Pen est mis en garde Ă  vue comme un vulgaire dĂ©linquant, une racaille des banlieues. C’est un homme d’honneur, un homme que je connais personnellement, ce dont je suis fier. Cet homme d’honneur n’a rien d’un truand magouilleur. C’est un homme de parole et de fidĂ©litĂ©, mais il est le garde du corps de Marine Le Pen. La RĂ©publique, en son temps, dĂ©capitait pour moins que ça avec sa « loi des suspects ». Robespierre n’est jamais bien loin des socialistes. La justice des Fouquier-Thinville cherche des poux sur la tĂȘte d’un homme chauve. Tout est dit.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.