7 mars 2017

Brèves d’Europe début mars 2017

Par Patrick Parment

 

Union européenne. Jaroslaw Kaczynski, l’homme fort de la droite polonaise, a averti qu’il ne soutiendrait pas Donald Tusk dans la reconduction de son mandat comme président du Conseil européen. Il faut dire que le président Kaczynski accuse Tusk d’être responsable de la mort de son frère. Une vieille rancune.

Au sommet de Versailles quatre jours plus tard, la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne pourraient préciser leur choix, avec dans la manche l’option d’une candidature miracle s’il faut briser l’impasse.

Treize pays de l’Union européenne ont élaboré à Paris un « socle européen des droits sociaux » permettant de lutter contre le dumping social, qui propose notamment un salaire minimum et une carte étudiante européenne. Une initiative lancée par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et que la France soutient.

Débat de cornecul. Le président du Parlement européen a annoncé l’ouverture d’une enquête contre l’eurodéputé nationaliste polonais Janusz Korwin-Mikke, 74 ans, qui a balancé que les femmes étaient « inférieures aux hommes ». Et on paie pour ce genre de connerie !

Suède. Aujourd’hui, le déclin de l’appétit sexuel de ses habitants est devenu un sujet d’inquiétude nationale, après avoir été en 2013 l’objet d’une étude du tabloïd Aftonbladet. Selon cette enquête, les Suédois n’auraient plus que 3,8 rapports sexuels par mois en moyenne.

Aussi un homme politique suédois propose de permettre aux salariés de repasser par chez eux, pendant leur journée de travail, pour faire l’amour avec leur partenaire, et ce sans baisse de rémunération.

Allemagne. Ce ne sont pas moins de dix attaques par jour qui ont été perpétrées contre des migrants et des centres de demandeurs d’asile l’an passé. Au total, 560 personnes, dont 43 enfants, ont été blessées lors de ces 3 533 agressions. Les trois quarts d’entre elles ont visé des réfugiés en dehors de chez eux, alors que près de 1 000 ont ciblé leurs logements.

La chancelière allemande Angela Merkel a entamé jeudi 2 février au Caire une tournée de deux jours en Égypte et en Tunisie, pour parler de l’afflux de migrants par la Méditerranée, mais aussi de la Libye et de coopération économique.

La thématique est d’autant plus importante qu’elle risque de dominer la campagne des élections législatives du 24 septembre en Allemagne, lors desquelles Mme Merkel vise un quatrième mandat.

Angleterre. Le comité international de la Chambre des communes du Parlement britannique a établi un rapport dans lequel il condamne l’absence de dialogue avec la Russie et demande à l’exécutif de réévaluer ses relations avec cette grande puissance.

Suède. « La situation de sécurité a changé ». Voilà comment le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist a justifié le retour du service militaire national. Aboli depuis 2010, il devrait être rétabli dès cet été afin de faire face à la tension grandissante en mer Baltique.

Concrètement, cette mesure permettrait d’enrôler 4 000 jeunes hommes et femmes parmi 13 000 nés en 1999. Les nouvelles recrues passeront des tests psychologiques et physiques avant de servir pendant 9 à 12 mois à partir du 1er janvier 2018.

Pays-Bas. Sortir de l’euro, un scénario absurde et dangereux pour les Pays-Bas ? Les autorités du pays souhaiteraient savoir ce qu’il en est réellement, et ont pour cela décidé d’approuver le lancement d’une étude sur la faisabilité et les conséquences d’un abandon de la monnaie unique européenne.

Ukraine. Selon des sociologues ukrainiens, le niveau très bas de confiance du peuple ukrainien à l’encontre du président actuel du pays, Piotr Porochenko, bat des records. Par rapport à 2013, le nombre d’enlèvements a augmenté de 264 %, le vol de véhicules de 100 %, les meurtres de 67 % et les vols de 46 %.

Le président ukrainien Piotr Porochenko se préparerait à quitter le pays pour s’installer en Espagne, a déclaré Vladimir Oleïnik, ancien député au Parlement.

L’Ukraine reste le plus grand acheteur de bière russe et est devenue pour la première fois le plus grand acheteur de viande russe, reléguant le Kazakhstan au second plan. Les produits russes sont livrés dans les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL, toutes deux autoproclamées).

Russie. La Russie pourrait viser une part substantielle des transports de marchandises entre l’Europe et la Chine dans le cadre de l’Union économique eurasiatique (UEE), a déclaré fin février Alexandre Micharine, premier vice-président des Chemins de fer de Russie.

Selon ses déclarations, il est question de créer un corridor de transport unifié entre l’Europe et l’Asie dans le cadre duquel les principaux axes de transport russes seront refinancés : le chemin de fer Baïkal-Amour, le Transsibérien, ainsi que les accès à la mer Noire et à la mer Baltique.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.