Les instances européennes et les gouvernements nationaux dont, paraßt-il, elles émanent, semblent désemparés devant le flot de ces « fake news » (en français dans le texte), que déversent sur notre ancien monde des réseaux sociaux manipulés par une coalition de complotistes et de conspirationnistes déchaßnés. Afin de neutraliser les effets dévastateurs de ces fausses nouvelles, il serait pourtant simple de diffuser les informations officielles fondées, rétablissant la vérité qui, seule, peut fermer la gueule de ces hyÚnes ricanantes.

Fake

Ces charognards prĂ©tendent par exemple que les populations carcĂ©rales de l’Europe entiĂšre sont composĂ©es en grande majoritĂ© de dĂ©linquants exotiques ou d’ascendance exotique. Il suffirait de communiquer des statistiques catĂ©gorielles pour Ă©teindre la rumeur. Pourquoi par exemple, la presse ne nommerait-elle pas les repris de justice dans les comptes rendus d’audience des procĂšs comme cela se faisait naguĂšre ? VoilĂ  qui lĂšverait toute ambiguĂŻtĂ©. Encore que
 Des rumeurs tout aussi fausses laisseraient dĂ©jĂ  entendre que les prĂ©noms sont europĂ©anisĂ©s sinon christianisĂ©s pour masquer les origines des prĂ©venus. Afficher la rĂ©alitĂ© des choses serait tellement plus simple.

Des nazillons affirment que 90 % des viols commis en Allemagne, 100 % en NorvÚge (pourquoi pas 110 % à Marseille) sont le fait de réfugiés et autres exilés « prétendument économiques ». Que Mesdames Angela Merkel et Erna Solberg fassent diffuser un état détaillé des agresseurs sexuels et ces vipÚres seront renvoyées dans leur trou.

Des fascistes italiens serinent que le flot de rĂ©fugiĂ©s dĂ©barquant dans leur pĂ©ninsule est constituĂ© d’hommes plutĂŽt jeunes et de trĂšs peu de femmes. Ils leur reprochent mĂȘme de ne pas ĂȘtre restĂ©s dans leur pays d’origine pour dĂ©fendre leurs familles et reconquĂ©rir leur libertĂ© perdue. Qu’à Rome, les ministres en charge du dossier fournissent les Ă©lĂ©ments permettant d’établir que cette pyramide des genres, sciemment dĂ©sĂ©quilibrĂ©e et abondamment diffusĂ©e, est imaginaire. L’accueil des authentiques demandeurs d’asile en sera d’autant plus facilitĂ©.

De mĂȘme, Ă  croire certaines dĂ©pĂȘches diffusĂ©es dans la presse, de nombreux attentats et agressions Ă  connotation islamiste seraient le fait de dĂ©sĂ©quilibrĂ©s mentaux. L’effet est catastrophique car les malveillants transforment l’information en statistique communautariste : il y aurait plus d’aliĂ©nĂ©s chez les Musulmans que dans la moyenne de la population, ce qui est bien Ă©videmment faux.

Nous pourrions citer pĂȘle-mĂȘle ces rumeurs qui pourrissent l’harmonie sociale. Telle communautĂ© bĂ©nĂ©ficierait exagĂ©rĂ©ment et indĂ»ment des prestations de SĂ©curitĂ© sociale, des allocations familiales et de chĂŽmage, de la mise Ă  disposition de logements sociaux, d’un regroupement familial abusif. Des dizaines de milliers de centenaires retraitĂ©s d’outre-mer seraient en fait dĂ©cĂ©dĂ©s depuis des lustres. Il suffirait de communiquer des statistiques incontestables qui Ă©teindraient ces feux de poubelles mĂ©thodiquement allumĂ©s par des pyromanes idĂ©ologues.

Les organistes du « Grand Remplacement » jouent Ă  pleins tuyaux la partition d’une dĂ©mographie europĂ©enne dĂ©sĂ©quilibrĂ©e pour inquiĂ©ter les populations autochtones. Elles vont jusqu’à affirmer que, dans certains États membres, un tiers des naissances enregistrĂ©es en une annĂ©e est le fait de « populations exogĂšnes ». Que soit confiĂ© Ă  Emmanuel Todd et Ă  HervĂ© Le Bras le soin d’établir un Ă©tat des lieux analytique permettant de souligner la forte contribution de la femme europĂ©enne autochtone au taux de renouvellement des gĂ©nĂ©rations. Avantage induit par une telle mesure : les fermetures inconsidĂ©rĂ©es de bon nombre de maternitĂ©s rurales, de l’Atlantique Ă  l’Oural et de Gibraltar au Cap Nord, deviendraient l’exception.

Des docteurs Mabuse laissent entendre que les homosexuels sont plus exposĂ©s au SIDA que la moyenne europĂ©enne. Ils veulent mĂȘme les exclure du don du sang. Qu’attendent nos ministres de la SantĂ©, s’appuyant sur les travaux de l’OMS, pour pulvĂ©riser pareilles assertions homophobes ?

Seule la vĂ©ritĂ© dispersera ces nĂ©crophages famĂ©liques qui d’un fait aussi anecdotique qu’insignifiant, tronquĂ©, biseautĂ©, dĂ©formĂ©, rĂ©gurgitĂ©, font hĂ©las une gĂ©nĂ©ralitĂ© tout Ă  fait acceptable par des millions de braves gens mal informĂ©s.

Le tĂ©nĂ©breux Jean-Paul Sartre ne voulait pas dĂ©sespĂ©rer Billancourt. Que nos gouvernements ne dĂ©sespĂšrent pas les banlieues de nos mĂ©tropoles europĂ©ennes. Qu’en rĂ©tablissant ces vĂ©ritĂ©s, ils les libĂšrent des chaĂźnes du ressentiment et de la rage forgĂ©es par des dĂ©cennies de stigmatisation. Ils leur rendront ainsi leur honneur et leur dignitĂ© confisquĂ©s au long des annĂ©es, par un excĂšs de prudence sinon par pusillanimitĂ©. Les Djeun’s pourront enfin replier leur doigt vengeur tĂ©tanisĂ© et oublier leurs « Fuck you ! » dĂ©sespĂ©rĂ©s pour pratiquer sereinement les petits bonheurs du vivre et travailler ensemble et surtout les vertus fraternelles de nos belles dĂ©mocraties.

Ainsi soit-il et que la paix soit avec vous.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99