Le magazine RĂ©flĂ©chir & Agir n°56 a publiĂ© un entretien avec Alain Escada, le prĂ©sident de Civitas, qui mĂ©rite toute l’attention du camp national.

Réfléchir & Agir

PersonnalitĂ© vue Ă  la tĂ©lĂ© comme le nouveau Grand MĂ©chant Loup hexagonal depuis les manifestations gĂ©antes contre le mariage homo et des piĂšces de thĂ©Ăątre blasphĂ©matoires, Alain Escada est le prĂ©sident de Civitas qui vient d’ailleurs de se transformer en parti politique.

Rencontre avec un homme qui hérisse le poil de tous les républicains de stricte obédience en général, et du député PRG de La Rochelle, Olivier Falorni, en particulier.

(Propos recueillis par Georges Feltin-Tracol)

‱ Civitas s’est fait connaĂźtre Ă  l’occasion des protestations contre le PissChrist et des piĂšces anti-chrĂ©tiennes avant de devenir le fer de lance de la loi Taubira en 2012 – 2013. Pourquoi avoir dĂ©cidĂ© de faire de Civitas un parti politique ?
Ne trouvez-vous pas qu’il y a dĂ©jĂ  bien trop de formations politicardes ?

Si nous avons dĂ©cidĂ© de transformer Civitas en parti politique, ce n’est pas avec l’intention de sombrer dans la basse politicaille ou la prostitution Ă©lectoraliste, rassurez-vous. Mais nous considĂ©rions que nous Ă©tions des orphelins politiques puisque tous les partis prĂ©sents Ă  l’élection prĂ©sidentielle se rĂ©fĂšrent aux mĂȘmes “valeurs” laĂŻques et rĂ©publicaines. Nous avons donc choisi d’agir plus intensivement sur le terrain politique, y compris en participant aux Ă©lections lĂ©gislatives, afin de donner plus d’audience Ă  notre discours. Sans pour autant concĂ©der quoi que ce soit. Il ne s’agit pas pour nous d’aseptiser nos propos pour chercher Ă  plaire Ă  quelques Ă©lecteurs supplĂ©mentaires. Nous voulons dire aux Français la vĂ©ritĂ©, toute la vĂ©ritĂ©, y compris celle qui est difficile Ă  entendre, qui bouscule les habitudes. Nous voulons aussi proposer des solutions aux Français, mĂȘme si ces remĂšdes peuvent apparaĂźtre trĂšs exigeants pour la plupart de nos contemporains qui s’accommodent du matĂ©rialisme cosmopolite ambiant.

‱ Vous avez le courage de mettre en cause la franc-maçonnerie et ses liens profonds et anciens avec la RĂ©publique. Ne craigniez-vous pas de passer pour un affreux « complotiste » ?

Les Ă©tiquettes dĂ©livrĂ©es par des journalistes devenus valets du systĂšme sont les derniers de mes soucis. Je n’ai pas besoin de leur label de respectabilitĂ©. De toutes les façons, les journalistes et les politiciens ont tellement perdu tout crĂ©dit auprĂšs de l’opinion publique que leurs insultes deviennent un hommage du vice Ă  la vertu. Dans le contexte actuel, me traiter de « complotiste » Ă©quivaut Ă  confirmer que je dĂ©nonce une rĂ©alitĂ© cachĂ©e. A l’abri des regards, des dĂ©cisions sont prises au sein de sociĂ©tĂ©s secrĂštes, qu’elles s’appellent loges maçonniques, club Le SiĂšcle, B’naĂŻ B’rith, Bilderberg, Young Leaders ou Bohemian Grove. Et la liste n’est pas exhaustive ! Or, les dĂ©cisions prisent par ces sociĂ©tĂ©s secrĂštes s’opposent systĂ©matiquement au bien commun et Ă  l’intĂ©rĂȘt national.

‱ Quel regard portez-vous aux « valeurs rĂ©publicaines » ? Seriez-vous prĂȘts Ă  vous sacrifier pour elles ?

Je serais prĂȘt Ă  me sacrifier pour
 les voir disparaĂźtre. Ces « valeurs rĂ©publicaines », je les vomis. Elles sont la cause hier du gĂ©nocide vendĂ©en et des noyades de Nantes, aujourd’hui de la dĂ©cadence morale, de la thĂ©orie du genre Ă  l’école, de l’immigration de grand remplacement et du rĂšgne des puissances d’argent. Ce sont ces  « valeurs rĂ©publicaines », aujourd’hui couplĂ©es au diktat mondialiste, qui tentent de faire des Français des nomades sans Dieu, sans Famille, sans Patrie. A ces « valeurs rĂ©publicaines », j’oppose le Pays RĂ©el, son enracinement, sa foi catholique, la fiertĂ© de son identitĂ©, son patrimoine, son histoire, ses coutumes.

‱ Civitas souhaite refaire du catholicisme la religion d’État en France. Et la laĂŻcitĂ© dans tout ça ?

La laĂŻcitĂ© n’est qu’un simulacre de religion que la rĂ©publique maçonnique a voulu substituer au catholicisme qui Ă©tait la foi de la trĂšs grande majoritĂ© des Français jusqu’à la RĂ©volution de 1789. Des thĂ©oriciens de la laĂŻcitĂ© tels que Ferdinand Buisson ou Vincent Peillon ne s’en cachent pas, souhaitant mĂȘme faire de l’école le temple de la religion rĂ©publicaine.

Refaire du catholicisme la religion d’État en France, c’est signifier à la fois à l’UOIF, au CRIF et au Grand Orient qu’ils peuvent faire leurs valises.

‱ Sur le foulard musulman, ĂȘtes-vous du cĂŽtĂ© des laĂŻcards ou bien comprenez-vous les musulmanes qui font la nique Ă  Marianne ?

Je me souviens d’un ancien slogan, « Gardez vos foulards et mettez les voiles », qui Ă©tait moins simpliste qu’il n’y paraĂźt. Je peux bien admettre que nombre de musulmans souhaitent vivre strictement selon l’islam. La meilleure façon d’y arriver, c’est de remigrer. Car la France n’a pas vocation Ă  devenir terre d’islam. Si un gouvernement vĂ©ritablement soucieux du bien de la France et des Français organise un jour la remigration de quelques millions de personnes issues de l’immigration, la question du foulard musulman deviendra aussi anecdotique que le port du sombrero. De la mĂȘme façon que s’il n’y avait qu’un snack Kebab Ă  Paris, ce serait une touche d’exotisme, tandis que leur prolifĂ©ration devient un signe supplĂ©mentaire de l’invasion migratoire.

J’ajoute que refaire du catholicisme la religion d’État en France rĂ©soudrait bien des problĂšmes.

‱ La RĂ©publique française Ă  la vocation universelle n’est-elle pas pour vous seulement la somme du droit-de-l’hommisme, de l’antiracisme, du mĂ©tissage imposĂ©, du mariage gay, de la PMA et de la GPA ?

Absolument, et c’est bien pour cela qu’il faut rompre complĂštement avec ce systĂšme et changer de rĂ©gime. « Dieu se rit des hommes qui dĂ©plorent les effets dont ils chĂ©rissent les causes », Ă©crivait Bossuet. Quel que soit le pourcentage d’électeurs que l’on a derriĂšre soi, chercher Ă  restaurer la France sans remonter Ă  l’origine de ses maux n’a aucun sens.

‱ Au-delĂ  de cette RĂ©publique, quel rĂ©gime alternatif prĂ©conisez-vous ?

Civitas prĂ©conise un Etat corporatiste, fort et souverain, affranchi de l’Union EuropĂ©enne et de l’OTAN. Les multinationales, les banksters, les spĂ©culateurs et les usuriers ont anĂ©anti les forces Ă©conomiques rĂ©elles de la France. Civitas veut revaloriser le petit commerce, la petite industrie, l’artisanat et la paysannerie et restaurer des corporations professionnelles qui seraient reprĂ©sentĂ©es au sein d’une assemblĂ©e qui remplacerait le SĂ©nat.

AGENDA

Samedi 11 novembre 2017 Ă  15h Ă  Bruxelles :
participation d’Alain Escada Ă  un dĂ©bat
“Nationalisme, le temps des radicaux ?”

Alain Escada, prĂ©sident de Civitas, fera une confĂ©rence sur le thĂšme “Catholicisme social” Ă  l’invitation de RĂ©sistance HelvĂ©tique.

Lieu : 22 square de MeeĂŒs, 1050 Bruxelles

Mercredi 15 novembre 2017 Ă  Paris :
projection du film “La persĂ©cution des chrĂ©tiens aujourd’hui dans le monde”

Son rĂ©alisateur nous demande d’annoncer que ce film sera projetĂ© au cinĂ©ma Le Lucernaire, 53 rue Notre-Dame des Champs, Ă  75006 Paris

Informations ici.

Conférence 17 decembre

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.