Les dix-huit mois d’administration de la France par le PrĂ©sident Macron et son gouvernement, les dix-huit mois de spectacle mĂ©diatique indĂ©cent du couple Macron aboutissent Ă  une fronde durable, sans prĂ©cĂ©dent depuis la chienlit de 1968.

Emmanuel Macron

Un sondage rendu public la premiĂšre semaine de 2019 tendrait Ă  dĂ©montrer que 75 % des Français sont trĂšs mĂ©contents de l’ExĂ©cutif
 et l’on aimerait savoir quels sujets de contentement peuvent avoir les 25 % restant, car il n’y a assurĂ©ment pas 25 % de millionnaires en euros au sein de la Nation, soit les seuls Français qui pourraient ĂȘtre satisfaits du gouvernement ultrarĂ©actionnaire, dirigĂ© par le tandem Macron-Philippe.

Il serait d’ailleurs bon que les « politologues » – cette engeance fondamentalement inutile – et les journalistes comprennent enfin que seuls reprĂ©sentent « l’extrĂȘme droite » les hommes et les femmes vouĂ©s Ă  la conservation des privilĂšges des puissances d’argent.

Macron, Philippe et consorts, qui Ɠuvrent Ă  l’évidence pour les financiers internationaux, crĂ©anciers-charognards de l’État français (et des autres États europĂ©ens, mais c’est l’affaire des autres Nations d’Europe), qui alimentent les bĂ©nĂ©fices des multinationales de la production et de la distribution des biens de consommation – qui sont les uniques bĂ©nĂ©ficiaires de l’immigration-invasion que nous subissons, sans avoir Ă©tĂ© consultĂ©s, en nĂ©gation du principe dĂ©mocratique –, ces parvenus au pouvoir, forment la pire rĂ©action que nous ayons connue depuis les dĂ©buts de la Ve RĂ©publique.

MĂȘme Georges Pompidou, qui Ă©tait dĂ©jĂ  un « homme des Rothschild », n’avait pas osĂ© en faire autant pour le grand capital et ses titulaires que les hypocrites de la « RĂ©publique en marche »  vers un dĂ©sastre Ă©conomique et financier sans prĂ©cĂ©dent, mais surtout – et c’est infiniment plus grave – vers l’anĂ©antissement de notre Nation.

Charles de Gaulle Ă©tait, certes, un gĂ©nĂ©ral de guerre civile, mais du moins savait-il que la France est peuplĂ©e de membres de la race europĂ©enne et s’opposait-il Ă  son invasion par les Extra-EuropĂ©ens. Il est de bon ton, en nos jours de confusion sĂ©mantique et d’abjecte dĂ©magogie tiers-mondiste – ou mondialiste, comme on voudra – d’en faire « un raciste ».

Mais s’il faut affronter ce qualificatif, qui effraie les esprits simples ou Ă©motifs, pour libĂ©rer notre patrie des envahisseurs qui n’ont rien, absolument rien Ă  y faire, alors affrontons-le !

Il est absolument nĂ©cessaire, en cette annĂ©e 2019, d’exploiter, pour le salut de notre Patrie et la sauvegarde de notre Nation, le mouvement de rejet de la mondialisation qui est incarnĂ© – de façon malhabile, c’est Ă©vident – par l’émotion populaire durable des Gilets Jaunes.

Il est grand temps que les Français de souche europĂ©enne comprennent que les clivages droite-centre-gauche ne signifient plus rien en cette Ăšre d’économie globale qui nous tue.

Il n’existe qu’une alternative : ou l’on continue de subir la vĂ©ritable rĂ©action – celle du grand capital international – ou l’on se lance dans l’expĂ©rience populiste. Les Ă©chĂ©ances Ă©lectorales prochaines ne seront qu’un test et sĂ»rement pas le plus important. L’essentiel est de regrouper la Nation autour d’idĂ©es simples orientĂ©es vers la conservation et l’accroissement du Bien Commun.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires