29 janvier 2019

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

 

Union européenne. La Commission européenne a proposé de mettre progressivement fin à la règle de l’unanimité qui prévaut sur toutes les questions fiscales dans l’UE depuis sa création en 1957.

« Ma conviction est que lunanimité ne protège plus la souveraineté nationale, comme laffirment certains États membres. Il est temps de constater que face aux menaces actuelles, elle nest plus un rempart mais un obstacle », plaide Pierre Moscovici, le commissaire à la Fiscalité. Courageux, mais pas téméraire pour un Pierre Moscovici en fin de mandat.

L’incapacité de l’UE à finaliser une « taxe Gafa » en dépit du soutien d’une large majorité d’États illustre la paralysie que peut engendrer un système conçu il y a soixante ans pour… six États. Trouver l’unanimité à 28 est bien plus complexe.

Allemagne. Angela Merkel a fait un geste en assumant complètement la responsabilité des crimes nazis en Grèce durant la IIe Guerre mondiale. Histoire d’apaiser le climat entre les deux pays, les Grecs associant les Allemands aux sévères politiques de rigueur imposées, dès 2010, pour éviter un défaut de paiement et l’implosion de la zone euro.

Le parti national AfD s’est prononcé pour une sortie de l’Europe, mais seulement « en dernier recours » et si un certain nombre de « réformes profondes » appelées de leurs vœux n’étaient pas mises en œuvre.

« Même si cela nous démange de vouloir abolir cette machine corrompue, hypertrophiée, non démocratique, échappant à tout contrôle et potentiellement totalitaire [qu’est l’UE], nous devons garder à lesprit que cela peut avoir des conséquences imprévisibles », a plaidé M. Gauland lors du congrès à Riesa.

Une vision à plus long terme montre que la croissance économique allemande en 2018 est supérieure à la moyenne de +1,2 % enregistrée au cours des dix dernières années, constate Destatis, l’Office fédéral de la statistique. Pour la cinquième année consécutive, le pays enregistre un excédent budgétaire de 59,2 milliards d’euros.

L’agence allemande du renseignement intérieur va enquêter sur le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) pour établir si cette formation politique a des motivations d’extrême droite, rapporte le Tagespiegel.

Angleterre. Sale temps pour Theresa May. Les députés britanniques ont massivement rejeté l’accord de Brexit négocié par la Première ministre conservatrice avec Bruxelles, dans un vote crucial pour l’avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l’Union européenne.

Au chaos politique s’ajoute désormais la perspective d’une sortie de l’UE sans accord. Précipitant Londres dans l’inconnu et la crise. Autre question, que va faire l’UE ?

Selon un sondage YouGov paru le 1er janvier, si un nouveau référendum sur le Brexit avait lieu, les Britanniques voteraient à 56 % pour un maintien de leur pays dans l’UE (vs 44 % pour le « Leave »). C’est le plus gros écart en faveur du « Remain » jamais enregistré depuis 2016

Espagne. L’ONG de sauvetage de migrants Proactiva Open Arms a affirmé que l’État espagnol refusait à son bateau, Open Arms, le droit de reprendre la mer. Selon un communiqué du ministère de l’Équipement, le bateau « viole plusieurs dispositions des normes internationales sur le sauvetage en mer ».

Italie. La police italienne a annoncé avoir interpellé 15 personnes à Palerme ainsi que dans les villes de Trapani, Caltanissetta et Brescia. Elles sont suspectées d’appartenir à une organisation de passeurs qui aurait aidé des djihadistes à entrer clandestinement en Europe.

Cesare Battisti, criminel d’extrême gauche, a été transféré à Cagliari, pour rejoindre le quartier de haute sécurité de la prison d’Oristano. Il devrait finir sa vie dans cet ancien centre de détention militaire de l’ouest de la Sardaigne.

Et Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur, d’ajouter : « Il y a trop de terroristes qui vivent en France, ce pays qui donne des leçons de morale, daccueil, de solidarité et de générosité. »

Il y aurait encore, selon Il Corriere della Sera, une quarantaine d’anciens militants d’extrême gauche italiens condamnés pour des crimes et attentats durant les années de plomb, en fuite à l’Étranger. Et le journal affirme que presque tous sont en France.

Russie. La Russie a sèchement averti le Japon, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l’issue d’une rencontre avec son homologue japonais, Taro Kono, de ne pas s’attendre à des progrès dans le différend territorial qui empoisonne leurs relations depuis la fin de la IIe Guerre mondiale tant qu’il n’aura pas reconnu la souveraineté russe sur les îles Kouriles, annexées par Staline en août 1945.

Les États-Unis seront « complètement » responsables d’une rupture du traité INF sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (500 à 5 500 km), a affirmé mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov après des négociations à Genève qui n’ont permis « aucune avancée ».

Décès d’Anatoli Loukianov, 88 ans, dernier président du Soviet suprême de l’Union soviétique, organe législatif de l’ex-URSS et adversaire résolu de Mikhaïl Gorbatchev.

Serbie. Le président russe Vladimir Poutine a reçu un accueil de « superstar » à Belgrade, lors d’une visite officielle en Serbie, principal allié de la Russie dans les Balkans. Les autorités n’ont pas lésiné sur le cérémonial, devant une foule de dizaines de milliers de Serbes.

Au-delà du lien historique, avec leur « grand frre slave orthodoxe », les Serbes apprécient le soutien apporté par Moscou sur la question du Kosovo. Mais la grande majorité des investissements étrangers et du commerce provient de l’UE.

Slovaquie. Les Slovaques se rendront aux urnes pour élire leur nouveau chef de l’État le 16 mars prochain. Une douzaine de candidats ont d’ores et déjà annoncé leur désir de briguer la magistrature suprême de ce pays de 5,4 millions d’habitants. Le président sortant, Andrej Kiska, ni le Premier ministre Robert Fico n’étant candidat.

Suède. Le parti libéral suédois, une formation de centre droit, a décidé de soutenir le Premier ministre sortant, le social-démocrate Stefan Löfven, deux mois après des législatives qui n’ont pas permis de dégager de majorité claire.

Quatre partis politiques ont décidé au total de soutenir le gouvernement pour faire barrage au parti d’extrême droite, les Démocrates de Suède, qui est arrivé au troisième rang lors des élections législatives de septembre dernier.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99