L’Italie est Ă  son tour empĂȘtrĂ©e dans ses contradictions pour former un gouvernement. Pourtant l’Italie, vieille habituĂ©e des combinazione de toutes sortes, passĂ©e maĂźtre dans l’art de gĂ©rer l’ingĂ©rable depuis des dĂ©cennies, bute sur un problĂšme qui n’est plus interne mais de dimension europĂ©enne.

Montée du populisme en Europe


Montée du populisme en Europe


Au-delĂ  des oppositions entre la Ligue et le M5S et des atermoiements « neutralisants » du parti dĂ©mocrate et mĂȘme de Forza Italia, s’ajoute une problĂ©matique politique europĂ©enne. L’imbroglio italien est l’avatar d’un pataquĂšs europĂ©en.

D’ailleurs Beppe Grillo, fondateur devenu franc-tireur du M5S vient de rĂ©clamer un rĂ©fĂ©rendum pour la sortie de l’euro de l’Italie. Comment s’y retrouver Ă  travers des clivages nouveaux qui ne respectent plus la machine dĂ©mocratique bien huilĂ©e « gauche/droite », sans signification rĂ©elle depuis quelque temps.

L’Allemagne surtout, et l’Autriche aussi ces derniers mois ont Ă©tĂ© dĂ©stabilisĂ©es suite Ă  leurs Ă©lections respectives pour mettre sur pied leurs gouvernements.

Et encore faudrait-il Ă©voquer la fragilitĂ© des alliances gouvernementales en Belgique ou aux Pays-Bas notamment, l’incroyable maintien de Rajoy, minoritaire et dĂ©crĂ©dibilisĂ© en Espagne. Mathilda May en Grande Bretagne n’a pas non plus de lĂ©gitimitĂ© bien Ă©tablie.

Il y a un point commun Ă  ces situations politiques incertaines et fragilisĂ©es dans la quasi-totalitĂ© de l’Europe « de l’Ouest » : la dĂ©mocratie bien comprise depuis la fin de la IIe Guerre mondiale est grippĂ©e.

Les rĂšgles du jeu viennent de changer depuis quelques annĂ©es. Les alternances perpĂ©tuelles entre sociaux-dĂ©mocrates et chrĂ©tiens-dĂ©mocrates de tous poils ont atteint leur niveau d’incompĂ©tence. C’était pourtant le parangon de dĂ©mocraties apaisĂ©es, postmodernes et post-racistes, selon la nouvelle expression idĂ©ologique Ă  la mode politico-mĂ©diatique.

Dans cet ocĂ©an de bonheur paisible, bercĂ© par les lendemains radieux promis par l’Union EuropĂ©enne triomphante, une partie des peuples europĂ©ens, sans doute peu convaincus par ces chimĂšres lĂ©nifiantes, a dĂ©cidĂ© d’utiliser la dĂ©mocratie pour affirmer une pensĂ©e fondamentalement diffĂ©rente.

La prolifĂ©ration de mouvements Ă  dominante identitaire, au sens large du mot, anti-immigrationistes, fiers des valeurs europĂ©ennes traditionnelles, dĂ©fenseurs des intĂ©rĂȘts primordiaux des peuples, privilĂ©giant les hommes sur les intĂ©rĂȘts financiers colossaux dĂ©multipliĂ©s par la mondialisation, s’est imposĂ©e peu Ă  peu en Europe. C’est un choc des valeurs qui se produit en Europe et non plus une lutte factice entre politiques aux diffĂ©rences Ă  la marge.

Ce choc des valeurs perturbe les connivences et combines dĂ©mocratiques bien Ă©tablies entre une soi-disant « gauche » et une prĂ©tendue « droite » qui ont mis la dĂ©mocratie en coupe rĂ©glĂ©e depuis bien longtemps. Le vote « populiste », terme de mĂ©pris utilisĂ© par les dĂ©mocrates perturbĂ©s, envahit l’Europe dans une mesure suffisante pour bloquer la machine Ă  voter des intĂ©rĂȘts dominants. Car il faut bien comprendre que la dĂ©mocratie est respectable et sacrĂ©e Ă  condition de « bien voter ». C’est ce qu’on pourrait appeler une « dĂ©mocratie retenue », proche d’une « dictature Ă©clairĂ©e » pour d’autres pays


Ainsi les coalitions traditionnelles deviennent minoritaires, refusent de s’allier avec ces nouveaux Ă©lus aux concepts trop Ă©loignĂ©s des leurs, et stigmatisĂ©s grossiĂšrement, diabolisĂ©s, mĂ©prisĂ©s. Les dĂ©mocraties s’affolent devant ces nouveaux empĂȘcheurs de combiner en rond, qui remettent en cause leurs idĂ©ologies fructueuses.

D’autant qu’une circonstance aggravante augmente leur panique. Le clivage sacro-saint et tellement commode gauche/droite tend Ă  disparaĂźtre devant des valeurs transpartisanes dont les intĂ©rĂȘts vitaux transgressent les vieilles fractures dĂ©passĂ©es auxquelles s’accrochent encore farouchement les idĂ©ologues de la « dĂ©mocratie apaisĂ©e » dont elles sont le fonds de commerce servant leurs intĂ©rĂȘts supĂ©rieurs et mondialisĂ©s.

Alliances impossibles ou passĂ©es au forceps ici ou lĂ , les gouvernements nationaux europĂ©ens sont aux abois et leurs devenirs incertains, ce qui, dans le cadre d’une UE elle-mĂȘme fragilisĂ©e, dĂ©grade encore plus une Europe cacophonique, bouleversĂ©e, inaudible voire piteuse dans le monde.

L’Italie n’est pas au bout de ses peines et va rejoindre les pays d’Europe aux gouvernements dĂ©lĂ©gitimisĂ©s par des peuples qui n’ont pas encore pu donner toute leur voix dans des dĂ©mocraties libĂ©rĂ©es.

Une seule exception Ă  ce tableau europĂ©en : la France. Emmanuel Macron a rĂ©ussi ce tour de force de transcender les vieux partis – ce qui est une contestation bien analysĂ©e – tout en bloquant d’une part la poussĂ©e nationale identitaire, et d’autre part surtout, en Ă©tant un partisan institutionnel de l’UE, de l’immigration, des puissances financiĂšres mondialisĂ©es et de toutes les valeurs dites gĂ©nĂ©reuses des vieilles dĂ©mocraties par ailleurs remises en cause !

La triple manƓuvre a magnifiquement rĂ©ussi sous un matraquage mĂ©diatique spectaculaire. Le peuple bernĂ© est toujours sous anesthĂ©sie. Une image illustre cette situation de superbe isolement français : pour le concours de l’Eurovision, la France a choisi une chanson trĂšs politisĂ©e porteuse d’une idĂ©ologie qui reste l’apanage de l’« esprit Macron ». Chanson Ă  la gloire de l’immigration et du devoir de gĂ©nĂ©rositĂ© de l’Europe vis-Ă -vis de tous les migrants. Dont acte.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires