Il n’est pas de semaine, en France, sans qu’un immigrĂ© d’origine extra-europĂ©enne se croie autorisĂ© Ă  poignarder un « souchien », pas de jour oĂč une Française de race europĂ©enne soit violentĂ©e par de merveilleux envahisseurs exotiques.

Stockholm délinquance

Stockholm délinquance

Cela, c’est la rĂ©alitĂ©, d’ailleurs Ă©picĂ©e presque chaque mois de manifestations djihadistes : profanations d’églises et de cimetiĂšres ; attentats meurtriers. Quant aux manifestations verbales de racisme antiblanc, elles sont pluriquotidiennes, pratiquement non-comptabilisables du fait de leur frĂ©quence.

Or, les statistiques ethniques sont interdites en France ! On ne peut savoir le nombre des citoyens d’origine extra-europĂ©enne, ni mĂȘme celui des rĂ©sidents Ă©trangers. On ne peut ĂȘtre renseignĂ© sur les composantes ethniques de la population carcĂ©rale. Le fait mĂȘme de parler d’une Ă©vidence – la race – devient un dĂ©lit s’il faut en croire les dĂ©bats surrĂ©alistes de nos brillants dĂ©putĂ©s.

Soit, l’on crie : Au fou ! Et l’on enferme en asile psychiatrique la quasi-totalitĂ© de nos excellences et autres Ă©lus de moindre importance. Soit, l’on se lance dans une vĂ©ritable dĂ©marche citoyenne et l’on exige protection et information.

Payer impĂŽts et taxes Ă  la consommation n’a de sens que si, en contrepartie, la sĂ©curitĂ© des personnes et des biens est assurĂ©e. Ce n’est plus le cas en Macronie, oĂč l’on assassine du Français de souche europĂ©enne avec une frĂ©quence qui dĂ©passe tout ce que l’on avait connu.

La presse aux ordres poursuit sa noble tĂąche de dĂ©sinformation, mais les rĂ©seaux sociaux sont lĂ  pour tĂ©moigner de l’insĂ©curitĂ© grandissante en presque toutes les villes de France. Paris aussi bien que Nantes (entre bien d’autres exemples possibles) sont devenues des citĂ©s Ă  la fois insalubres dans certains quartiers et infrĂ©quentables, non seulement la nuit, mais aussi de jour. Les dĂ©clarations d’autosatisfaction de leurs mairesses « de gauche » amusent peut-ĂȘtre les badauds, mais le quotidien est moins drĂŽle : on est poignardĂ© Ă  Paris pour un oui ou pour un non, et Ă  Nantes, les incendies criminels des voyous de l’immigration ont servi de fĂ©erie urbaine estivale.

Si le « Pouvoir » est incapable d’assurer la protection des citoyens, que GĂ©nial PrĂ©sident Macron fasse appel Ă  des Milices citoyennes, il sera exaucĂ©. L’on comprend bien que le nettoyage de 2 000 citĂ©s de non-droit sera une affaire d’assez longue durĂ©e, mais nous ne manquons ni de chĂŽmeurs ni de retraitĂ©s encore verts qui ne demandent qu’à ĂȘtre utiles Ă  la Nation, en aidant une police surmenĂ©e Ă  force de garder les immeubles des beaux quartiers et de verbaliser les automobilistes.

Surtout, il est un point sur lequel l’on doit obtenir satisfaction immĂ©diate : l’information exacte sur l’invasion migratoire qui est une Ă©vidence d’observation Ă  qui circule dans n’importe quelle ville de France. Aucune restriction Ă  l’information vĂ©ridique ne peut ĂȘtre tolĂ©rĂ©e dans une DĂ©mocratie. Si Grand PrĂ©sident Macron l’ignore, qu’il relise ses manuels de Droit constitutionnel.

Évidemment, il est plus simple de se pavaner au milieu de foules sĂ©lectionnĂ©es d’admirateurs, de sourire et de distribuer des baisers Ă  de petits enfants dont la sĂ©curitĂ© immĂ©diate n’est pas plus assurĂ©e que l’avenir professionnel.

Il serait bon pour notre Grand Timonier de se remuer, avant que la situation ne devienne explosive.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires