Dans le cadre du fameux « Grand DĂ©bat national », vaste fumisterie propice Ă  tous les exercices d’enfumage et bel exemple de jacasseries dĂ©mocratiques futiles, les Français qui y participent suggĂšrent Ă  dĂ©faut du « rĂ©fĂ©rendum d’initiative citoyenne » une meilleure prise en compte du vote blanc. On distingue depuis 2014 les suffrages nuls des votes blancs.Grand Debat national

Au second tour de la derniĂšre prĂ©sidentielle, tandis que l’abstention atteignait 25,44 %, le nombre de suffrages blancs s’éleva Ă  8,52 % et les votes nuls Ă  3 %.

ComparĂ©s Ă  2012, ces chiffres en hausse expriment paradoxalement par leur non-reconnaissance officielle un refus implicite de choisir entre les deux finalistes. Le systĂšme Ă©lectoral hexagonal ignore la pertinence du vote blanc au nom de la fable de la majoritĂ©. Cette fiction s’achĂšve enfin.

Certains « Gilets jaunes » proposent que la prise en compte du vote blanc dans les suffrages exprimĂ©s permette, le cas Ă©chĂ©ant, d’annuler l’élection si les bulletins blancs dĂ©passent les 50 %.

Ne s’agit-il pas d’une confusion regrettable entre le refus d’entĂ©riner le choix (biaisĂ©e) proposĂ© et le rejet comprĂ©hensible des candidats ? Ne faudrait-il pas plutĂŽt instaurer au cĂŽtĂ© du vote blanc et du suffrage nul le « vote contre tous les candidats » ?

Existe Ă  l’AcadĂ©mie Française une procĂ©dure similaire. Les « Immortels » peuvent refuser un candidat en marquant leur bulletin d’une croix noire.

AppliquĂ© en Russie entre 1993 et 2006, rĂ©introduit en 2014 pour les Ă©lections locales, ce « vote contre tous » en vigueur aussi en Ukraine tĂ©moigne de la dĂ©termination d’une partie de l’électorat qui se mĂ©fie de tous les candidats.

À l’élection prĂ©sidentielle ukrainienne de 2010, le vote contre tous les candidats au second tour obtenait 4 %. Viktor Ianoukovitch Ă©tait Ă©lu avec 48,95 % face Ă  Ioula Tymochenko (45,47 %).

Plus que l’abstention qui rĂ©vĂšle un rĂ©el apolitisme/a-civisme, que le suffrage nul qui marque une certaine dĂ©sinvolture Ă  l’encontre des institutions et que le vote blanc qui exprime un vĂ©ritable mĂ©contentement impuissant, le « vote contre tous les candidats » reprĂ©sente une indĂ©niable motion de censure populaire aux consĂ©quences considĂ©rables.

Dans l’hypothĂšse oĂč ce vote Ă©galerait ou dĂ©passerait la majoritĂ© absolue, non seulement la consultation serait annulĂ©e, mais les candidats ainsi dĂ©fiĂ©s ne pourraient plus se reprĂ©senter Ă  la mĂȘme fonction pour une durĂ©e prĂ©cise. Introduire le « vote contre tous les candidats » correspond en fait Ă  l’ostracisme de la dĂ©mocratie antique athĂ©nienne.

La reconnaissance du vote blanc, voire du « vote contre tous les candidats », ne suffira pas Ă  dĂ©stabiliser la partitocratie. Deux autres mesures Ă©lectorales affranchiraient mieux l’électeur des pressions partisanes : gĂ©nĂ©raliser pour tous les scrutins de listes le panachage et le vote prĂ©fĂ©rentiel. N’est-il pas temps en effet de rendre la parole au peuple, une parole depuis trop longtemps confisquĂ©e par les politicards, les mĂ©dias officiels, les partis, les lobbies et les banksters ?

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99