Le Magyar Nemzet, principal quotidien conservateur hongrois, y voit un retour de la « doctrine Brejnev depuis Bruxelles ». Selon la doctrine Brejnev imposĂ©e par Moscou, les pays de l’Est pouvaient appliquer les principes et valeurs du marxisme-lĂ©ninisme Ă  leur maniĂšre, mais Ă  condition de ne pas s’en Ă©carter et de ne pas remettre en cause la cohĂ©sion du bloc. Aujourd’hui, le marxisme-lĂ©ninisme a Ă©tĂ© remplacĂ© par les fameuses « valeurs europĂ©ennes » qui sont un mĂ©lange de progressisme nĂ©o-marxiste et de fĂ©dĂ©ralisme.

Alors que, comme le remarquait devant son Parlement le ministre hongrois des Affaires Ă©trangĂšres Peter SzijjĂĄrtĂł le 7 avril dernier, « face Ă  l’épidĂ©mie, ce sont les rĂ©ponses nationales qui fonctionnent le mieux », et, alors que la Pologne et la Hongrie comptent parmi les pays de l’UE qui contrĂŽlent le mieux la propagation de l’épidĂ©mie de Covid-19, le Parlement europĂ©en joignait vendredi Ă  sa rĂ©solution « sur une action coordonnĂ©e de l’UE pour combattre la pandĂ©mie de Covid-19 et ses consĂ©quences » une condamnation de la Pologne et la Hongrie. Au gouvernement polonais, il est reprochĂ© de modifier le code Ă©lectoral juste avant des Ă©lections. Au gouvernement hongrois, il est reprochĂ© d’avoir prolongĂ© l’état d’urgence pour une durĂ©e indĂ©terminĂ©e. Quant au libĂ©ral polonais Donald Tusk, aujourd’hui prĂ©sident du PPE, il a estimĂ©, dans une interview avec l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, que le juriste allemand Carl Schmitt, qui avait lĂ©gitimĂ© la prise de pouvoir par les nazis dans les annĂ©es 1930, n’aurait pas dĂ©sapprouvĂ© la politique de Viktor OrbĂĄn contre l’épidĂ©mie.

Comme souvent, les dĂ©putĂ©s europĂ©ens se sont mĂȘlĂ©s de choses qu’ils connaissent mal, dĂ©sinformĂ©s qu’ils sont par les membres les plus radicaux de l’opposition des deux pays qu’ils condamnent. En Hongrie, il n’y a pas d’état d’urgence, mais un Ă©tat de danger qui confĂšre au gouvernement des pouvoirs exceptionnels limitĂ©s Ă  son action contre le danger en question, en l’occurrence l’épidĂ©mie de Covid-19. Quant Ă  la durĂ©e illimitĂ©e, elle correspond en rĂ©alitĂ© Ă  la durĂ©e de l’état de danger qui est dĂ©crĂ©tĂ© et rĂ©voquĂ© par le Parlement. Or le Parlement hongrois continue de siĂ©ger et peut rĂ©voquer ces pouvoirs exceptionnels Ă  n’importe quel moment.

Quant Ă  la Pologne, son Parlement y discute en ce moment de la maniĂšre d’organiser les Ă©lections prĂ©sidentielles du 10 mai dans le contexte Ă©pidĂ©mique. Le principal parti d’opposition (celui dont est issu Donald Tusk) voudrait reporter ces Ă©lections Ă  l’automne ou, mieux encore, Ă  l’annĂ©e prochaine pour se donner le temps de remplacer une candidate qui s’est rĂ©vĂ©lĂ©e ĂȘtre pour lui un vĂ©ritable dĂ©sastre.

Ceci n’est toutefois pas possible sans dĂ©crĂ©ter l’état de catastrophe naturelle pour de longs mois (faute de quoi le mandat d’Andrzej Duda prendra fin le 6 aoĂ»t et la Pologne se retrouvera sans prĂ©sident), ce que la majoritĂ© PiS refuse de faire pour ne pas exposer l’Etat Ă  de coĂ»teuses demandes de compensations. Il prĂ©fĂ©rerait retarder l’élection d’une ou deux semaines au plus et organiser un vote par correspondance uniquement, comme cela s’est fait en BaviĂšre il y a quelques semaines pour le deuxiĂšme tour des Ă©lections locales.

En bref, les eurodĂ©putĂ©s reprochent Ă  la Hongrie d’avoir dĂ©crĂ©tĂ© l’état d’urgence et reprochent Ă  la Pologne de refuser de dĂ©crĂ©ter l’état d’urgence.

Pourquoi ces reproches ? Comme les autres fois, c’est parce que ces deux pays ne respectent pas la nouvelle doctrine Brejnev.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99